WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'impact des droits de douane sur les importations de chinchrad en RDC (cas de l'Orgaman)

( Télécharger le fichier original )
par Jules Junior Ilunga bitokuela
I.S.I.P.A - Licence 2009
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

0.3. CHOIX ET INTERET DU SUJET

De nos jours, il n'est un secret pour personne que la faim et la pauvreté sont des jumelles et qu'on ne peut attaquer l'une sans attaquer l'autre. (3(*))

En République Démocratique du Congo, le gouvernement a mis en place une stratégie nationale de lutte contre la pauvreté. Cette stratégie poursuit entre autres objectifs, l'éradication de la faim, autrement dit la sous alimentation et la malnutrition.

C'est donc cette relation étroite existant entre la faim et la pauvreté qui nous a poussés à porter notre choix sur une des alternatives susceptibles d'aider à résoudre le problème de la faim dans notre pays. A défaut d'une production intérieure suffisante, il s'agit, en effet, de recourir aux importations des aliments de base consommés couramment par la population congolaise.

Toute fois, comme les importations en République Démocratique du Congo sont frappées de droits d'entrée notamment le droit de douane et les impôts sur le chiffre d'affaire, beaucoup d'opérateurs économiques trouvent mieux, s'ils n'ont pas abandonné, de réduire le volume de leurs importations des poissons de mer « chinchards », ne faisant pas exception bien que cette denrée est de consommation courante, ont particulièrement retenu l'intérêt de ce travail dont le sujet central est ainsi libellé : « Impact de droits de douane sur les importations « chinchards en République Démocratique du Congo », cas de l'ORGAMAN de 2005 à 2008 »

0.4. METHODES ET TECHNIQUES UTILISEES

S'agissant des méthodes, nous en avons retenu deux, à savoir : analytique et comparative.

La première nous a aidé à cerner les contours théoriques de la fiscalité et du commerce extérieur, en insistant sur la manière dont les droits d'entrée peuvent impacter la capacité du pays à importer les denrées alimentaires de base, particulièrement les poissons de mer « chinchards. »

La seconde nous a préparés à un exercice de confrontation des chiffres. Elle a permis en d'autres termes, de rapprocher les données statistiques relatives aux importations de « chinchards » ainsi qu'aux droits d'entrée payés au cours de la période sous étude.

En sus des méthodes, nous avons recouru aux techniques documentaires et de l'interview. La technique documentaire nous a permis de réunir des documents écrits, publiés ou non, en rapport avec notre sujet.

Par ailleurs, l'interview nous a été d'une grande utilité en ce sens qu'en discutant avec les experts des ministères de l'Economie Nationale et Commerce, de l' OFIDA, de la Banque Centrale du Congo et de l'ORGAMAN, nous avons eu en enrichir nos connaissances théoriques tout en élaguant de notre esprit toutes les zones d'ombres sur certaines matières relatives à la douane et au commerce extérieur.

* 3 MENDE, La faim et paix

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour