WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Réflexions autour du projet de vie en EHPAD


par Catherine Nedelec Lissillour
IFCS Montsouris / Créteil - Master 1 management et santé 2010
  

précédent sommaire suivant

1.1.4. Les professionnels

En tant que professionnel, il est nécessaire pour moi de connaitre la personne âgée, son histoire, ses habitudes, ses envies et son identité. Diverses formations permettent de chercher à donner du sens à nos pratiques professionnelles et de pouvoir évoluer.

J'ai notamment bénéficié de la formation dite `'Humanitude7 `': « Vivre et mourir debout nous permettra de comprendre l'importance du mouvement, de la verticalisation et de la marche, qui impose aujourd'hui de modifier en profondeur nos pratiques soignantes pour proposer un prendre-soin debout ».

Réévaluer ses pratiques professionnelles est indispensable pour éviter les automatismes du quotidien, se redonner de la motivation, s'impliquer davantage, et surtout agir dans la bientraitance.

Il est important de savoir travailler en multi cultures, comme c'est le cas dans l'EHPAD où je travaille, sachant que 12 à 15 nationalités de professionnels se côtoient.

6 REJAULT William, op.cit.

7 GINESTE Yves, PELLISSIER Jérôme, ( 2007), Humanitude : Comprendre la vieillesse, prendre soin des Hommes vieux, Editeur Armand Colin, 319 pages.

Il faut garder un professionnalisme par rapport au résident, savoir le respecter, quel que soit son état de dépendance.

1.1.5. Rôle du cadre de santé

Un projet de vie peut paraitre paradoxal quand on sait que pour la gran-de majorité de ces résidents, l'EHPAD sera leur dernière demeure.

Quel est alors le sens de ce projet de vie pour les professionnels, les résidents, la famille ou les proches ?

Le cadre de santé a pour objectifs d'obtenir la satisfaction du résident ainsi que celle des soignants. Face à un turn over `'normal8», il fait évoluer un projet avec des personnes de différentes cultures, en impliquant tout le personnel.

Il élabore un projet de vie en partenariat avec le chef d'établissement, un projet individuel dans un lieu collectif.

1.2. Le cheminement vers l'objet de recherche

1.2.1. Arrêt sur le projet de vie Que signifie-t-il ?

Il répond aux attentes, aux besoins de la personne âgée. Il est attentif à ses envies. Il l'aide à exécuter les gestes de la vie quotidienne afin de pouvoir maintenir son autonomie. Il lui permet de garder une vie sociale. « Chaque mission doit être mise en oeuvre dans le respect des personnes, de leurs droits et de leur citoyenneté, surtout lorsqu'elles sont dépendantes d'autrui [...]9

Il est fonction de l'histoire de vie du résident, donc fonction de la singularité de chacun : « [...] prolonger une conception de l'action gérontologique centrée sur la qualité de vie des résidents, et non sur les impératifs organisationnels de l'institution »10.

À quoi sert-il ?

Il permet à l'équipe pluri-professionnelle de mieux connaître la personne âgée, de suivre son évolution, de transmettre des informations sur elle et de valoriser chaque acteur.

À qui est-il destiné ?

L'objectif est d'atteindre tous les professionnels qui gravitent autour du résident, sa famille et évidemment le résident qui est le premier concerné.

8 Propos recueillis auprès de la Direction des ressources Humaines

9 AMYOT Jean-Jacques, AMYOT Annie, op.cit.

10 ARGOUD Dominique, 2001, Du projet de vie au projet d'animation, Gérontologie et Société, Cairn Info, n°96, 2001-1, pp.125-135.

Qui le conçoit ?

Les textes réglementaires qui ont défini la convention tripartite désignent le médecin coordonnateur en relation avec le cadre de santé, les soignants, le résident et la famille. Il ne faut pas oublier tous les professionnels qui sont en contact avec la personne âgée : de l'agent d'accueil à l'animatrice, de la technicienne de surface à l'infirmière, de la kinésithérapeute à l'orthophoniste, le médecin traitant.

La nomination de référents pour le résident est préconisée : « Le projet est construit avec la personne et éventuellement son référent11». Il s'agit de « relais » qui en cas de « perte d'autonomie importante ou de manque de discernement [...] peuvent être associés à la décision et à la validation du projet12.

Qui le conduit ?

C'est le cadre de santé en association avec le médecin coordonnateur. Qui y participe ?

Tous les professionnels qui entourent la personne âgée, la famille, les amis et le résident en fonction de ses capacités.

précédent sommaire suivant