WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les conditions d'accès à  l'emploi des jeunes diplômés bac plus deux et plus des zones urbaines sensibles de l'agglomération nantaise

( Télécharger le fichier original )
par Jean-Baptiste DROUET
UFR de Sociologie de Nantes - DESS 2005
  

précédent sommaire suivant

Deuxième partie : La méthodologie et les difficultés de l'enquête

2.1. Les premiers temps de l'étude, le choix méthodologique et ses difficultés

2.1.1. Les principes méthodologiques :

La problématique de la discrimination des jeunes diplômés des ZUS sur le marché du travail pose des difficultés méthodologiques certaines.

Parmi ces difficultés, on pourra retenir :

Celle technique du repérage des jeunes concernés.

Celle plus méthodologique de la comparaison des situations entre les jeunes concernés issus de ces quartiers et ceux non originaires de la géographie prioritaire.

Celle plus systémique de la compréhension des processus même de discrimination dont ils peuvent faire l'objet.

Enfin celle plus sociologique de la détermination singulière des territoires de la géographie prioritaire dans ces processus.

Elle nous oblige par conséquent à préciser le questionnement et à faire un choix méthodologique clair qui nous permette tout à la fois d'esquisser la mesure du phénomène et d'en comprendre les principaux facteurs dynamiques.

Il y a par conséquent nécessité pour répondre le plus justement à la commande de trouver un équilibre entre une approche quantitative du phénomène et une approche qualitative, entre une représentation photographique à un temps T0 et ce qui détermine une nouvelles photographie à un temps T+1, entre le constat brut et factuel des situations repérées et identifiées et l'analyse d'un processus dont on a pu faire l'hypothèse que celui-ci est la résultante d'un système d'acteurs où chacun a sa part de responsabilité dans la situation créée. On pense en particulier :

Au public lui même qui, s'il est souvent victime de la discrimination peut également en être l'un des acteurs,

Les professionnels intervenant au titre du service public de l'emploi dont le rôle de passeur entre la formation et le marché du travail constitue un maillon important de la chaîne d'accessibilité à l'offre et ont ainsi tant en terme de diagnostic que de stratégie à l'égard de ces publics et des entreprises une implication essentielle dans les perspectives d'insertion proposées.

Et bien entendu les entreprises elles mêmes qui restent les ultimes décideurs d'un processus qui tient à la fois à leurs critères d'embauches et donc à l'existence ou non d'a priori plus ou moins fortement marqués à l'égard des sites de la géographie prioritaire, mais bien sûr aussi aux processus amonts de construction et d'élaboration de la demande d'emploi à leur égard et à la manière dont se négocie la relation aux entreprises.

La méthodologie privilégiera l'approche qualitative sur les processus de discrimination plutôt que de chercher à saisir plus quantitativement les phénomènes et ainsi tracer la photographie d'un constat sur les écarts de situation, qui en soit ne nous dira rien sur leurs fondements et les mécanismes qui les produisent.

Il apparaît plutôt nécessaire de substituer à la simple image d'un tel constat une analyse qualitative des processus mis en cause dans les phénomènes de discrimination.

Seule cette approche qualitative permettra d'identifier les facteurs de risque ou au contraire les facteurs de résistance à ces phénomènes.

C'est à partir d'une telle approche que nous serons en mesure d'identifier les marges de manoeuvre sur
lesquelles l'action publique pourrait infléchir certaines tendances. C'est par conséquent sur la base de

cette analyse qualitative que des pistes de réflexion et d'action pourront être proposée et qui, à l'avenir, faciliteront l'élaboration de réponses adaptées aux problèmes posés.

La démarche consiste sur le plan méthodologique à entrer par la voix de filières diversifiées de formations diplômantes et professionnalisantes qui soient significatives d'un risque limité des difficultés d'accès au marché de l'emploi.

On peut faire effectivement l'hypothèse que plus on réduira les facteurs parasites de l'accès à l'emploi, plus on aura de chance de faire apparaître et rendre lisible les facteurs de discrimination. Dés lors à partir de ces filières de formation initiale, il faut interroger aussi bien des jeunes des quartiers de la géographie prioritaire que des jeunes non originaires de ces quartiers afin de connaître, de manière comparative, leurs perceptions et représentations des difficultés relatives à leur insertion par l'emploi. Par ailleurs, il faut interroger dans un deuxième temps les autres éléments du système local (professionnels en lien avec le service public de l'emploi) et les entreprises.

C'est la confrontation de ces discours qui permettra in fine d'identifier les principaux noeuds des difficultés d'accès à l'emploi pour les publics concernés (ceux des ZUS) et les leviers sur lesquels l'action publique pourrait améliorer son dispositif d'intervention tant à l'égard des publics eux mêmes, qu'à l'égard des entreprises ou encore du service public en charge d'établir en quelque sorte une médiation entre la formation et l'emploi.

précédent sommaire suivant