WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les soignants et leur téléphone portable à l'hôpital

( Télécharger le fichier original )
par Frédéric GRIPON
Université de Caen Basse- Normandie - Master 1 des sciences de l'éducation option éducation, mutations, formation 2012
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

8.4 - Le portable, une question de génération ?

Il est impossible d'aborder le phénomène « mobile » sans parler de la génération Y. C'est en effet la première génération qui risque de ne pas se souvenir qu'avant... le portable et internet n'existaient pas. Et cela se retrouve dans leurs habitudes de consommation de la téléphonie mobile.

La génération Y désigne « les individus nés entre le début des années 1980 et le milieu de années 1990. »60 Ils ont donc aujourd'hui entre 18 et 30 ans. On la surnomme encore « digital native » puisque née dans un environnement numérique ou « génération pouce » du fait de leur habileté à rédiger les SMS et leur assiduité dans la pratique des jeux-vidéos. Notre propos ici n'est pas d'aborder les caractéristiques générales de cette génération mais de décrire leurs habitudes liées à l'usage du portable. En effet, ils sont à la fois les étudiants stagiaires et les jeunes effectifs professionnels recrutés aujourd'hui. Ils importent dans les organisations leur culture numérique, dont le mobile fait partie intégrante. Les sociologues les disent « Hyper-connectés ». Leur relation précoce avec les ordinateurs, l'internet et les réseaux sociaux les amène à entretenir en continu leur sociabilité amicale ou familiale et presque tous font partie de réseaux sociaux.61 D'après Monique Dagnaud : « Internet est indéniablement un outil de sociabilité qui prolonge et amplifie les contacts sociaux et amicaux de la "vie réelle" ». La technologie mobile et les offres actuelles de l'internet illimité à leur disposition leur permet d'exprimer toute cette sociabilité, où qu'ils soient et quand ils veulent. Ils savent tirer parti de la technologie et s'approprient rapidement toutes les nouveautés digitales. Ils seraient ainsi en avance sur les autres classes d'âge concernant leurs usages.62 M. Dagnaud fait un parallèle entre leur maitrise d'internet et l'époque dans laquelle ils se sont construits :

59 www.lequotidiendumedecin.fr, 2012.

60 Dagnaud M. , Génération Y, les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion, Paris :Presses de Sciences Po, coll. Nouveaux débats, 2011, p.25.

61 Ibid. p.51.

62 Ibid. p.119.

34

« Ainsi dans une période qui leur était peu favorable, le Net s'est imposé à eux comme une opportunité pour agir et s'adapter au contexte. Ils sont devenus les pionniers de pratiques qui sont en train de se généraliser. » Cette pratique d'internet et des réseaux sociaux a cultivé leur sociabilité amicale, mais "la toile"63 a constitué une densification de ce réseau de connaissance. Toujours selon M. Dagnaud, cette sociabilité a pris une part d'autant plus importante qu'elle a pu s'inscrire dans la durée chez ces jeunes qui quittent le nid familial de plus en plus tard du fait d'études souvent longues et d'insertion professionnelle plus tardive.64 Il semble donc que ce soit finalement toute cette part de sociabilité et de culture du web que l'on retrouve dans l'usage du mobile de cette tranche d'âge aujourd'hui à travers l'usage des SMS dont ils sont les pionniers65 ou des réseaux sociaux tel que Facebook L'objet lui-est un vecteur identitaire empreint d'affectivité, surtout chez les plus jeunes selon C. Martin. Nous ne retrouvons pas d'étude française récente pour mettre les générations en débat sur l'usage du téléphone mobile, la segmentation des enquêtes étant plus souvent réalisée soit quantitativement en tranche d'âge 12-24 ans puis 25-35 ans ... Et concernant les études qualitatives elles ne concernent pas une génération mais une catégorie : l'adolescent, la famille, les cadres, les étudiants... Hors il nous semble intéressant de pouvoir aborder l'usage du portable non pas sous l'angle catégoriel mais générationnel, plus en rapport avec notre recherche. Aussi nous mobiliserons une étude américaine de Forrester Reseach publiée en septembre 2010,66 qui montre les différences d'usage entre la génération Y et la génération X qui la précède (les 30-44 ans). « Ainsi, c'est la génération Y qui domine l'usage d'internet et du mobile. Elle utilise les services de son mobile pour tout, de la recherche de produits à la communication sociale. 1/5 de la génération Y utilise le mobile pour se repérer dans son environnement grâce à la géolocalisation, tandis que la génération X est plus intéressée par les infos, le sport et la météo.

? 85% des Y envoient et reçoivent des SMS, contre 68% de la génération X. Le chiffre tombe à 15% chez la génération suivante.

? 37% des Y surfent sur le web via mobile. 27% naviguent sur Facebook sur leur mobile, contre 18% des X. Les autres générations sont à 1%.

63 Dénomination populaire du réseau internet.

64 Ibid. p.80.

65 Rivière C.A. , « La pratique du mini-message » Une double stratégie d'extériorisation et de retrait de l'intimité dans les interactions quotidiennes, Réseaux, 2002/2 n° 112-113, p. 140-168.

66 www.Readwriteweb.com, 2012.

? 23% des générations X et Y ont un Smartphone. Soit 5 points de plus que la population américaine totale (17%). »

Nous pouvons donc constater que dès 2010, la génération Y prenait de l'avance pour un usage plus intensif et diversifié du portable aux Etats Unis. Les seuls chiffres que nous retrouvons semblent confirmer cette tendance en France puisque selon l'AFOM, en 2010, 29 % de la population utilise son mobile pour un accès internet, tandis que les chiffres montent à 48 % pour les 12-24 ans, 31% pour les 25-35 ans et seulement 18% pour les 40 ans et plus67. En outre, 95 % des 12-24 ans ont au moins un portable et pour 86% des 16-24 ans il s'agit d'un téléphone multimédia68.

Cette différence d'usage selon les générations se traduit dans leurs habitudes quotidiennes. Pour la jeune génération, en mobilité, le portable est plus souvent rangé près du corps ou dans le sac à main mais à portée immédiate pour pouvoir s'en saisir rapidement. Dans la maison il peut suivre son propriétaire d'une pièce à l'autre au gré de ses déplacements69. Chez les papys boomers (nés entre 1945 et 1960)70, il est en revanche plutôt considéré comme une « cabine téléphonique portable », destiné à appeler, en cas de nécessité ou d'urgence, le fait d'être joignable semblant plus secondaire.

A travers ces lectures, nous pouvons donc observer l'effet générationnel lié à l'usage du portable, l'appropriation de l'objet et son utilisation étant d'autant plus intégrée que l'individu est jeune.

35

67 ATOM-TNS-SOFRES ; Observatoire sociétal du téléphone mobile; édition 2010 ; p 12.

68 Groupm-sfr-regie, Enquête de l'Observatoire de l'internet mobile, 3ème édition, avril 2011.

69 Op. cit. Martin C. ,2007.

70 www.insee.fr, 2012.

36

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy








"La première panacée d'une nation mal gouvernée est l'inflation monétaire, la seconde, c'est la guerre. Tous deux apportent une prospérité temporaire, tous deux apportent une ruine permanente. Mais tous deux sont le refuge des opportunistes politiques et économiques"   Hemingway