WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les soignants et leur téléphone portable à l'hôpital

( Télécharger le fichier original )
par Frédéric GRIPON
Université de Caen Basse- Normandie - Master 1 des sciences de l'éducation option éducation, mutations, formation 2012
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.4 - L'équipe et le portable

Pour enrichir notre recueil de données, nous avons demandé aux personnes interrogées de nous expliquer comment les autres membres de l'équipe utilisent leur téléphone portable. Pour Michel quelques agents laissent leur téléphone au vestiaire, mais la plupart l'ont sur eux en mode sonnerie dans son service et répondent quand il y a un appel. Pour Laure, c'est le mode vibreur qui serait utilisé par les agents. Les trois interviewés signalent des comportements d'usage inadaptés, pendant les soins ou encore les transmissions, mais là encore c'est dans le service de psychiatrie que la problématique semble la plus répandue. Toutefois, les cas relatés concernent chaque fois un agent en particulier dans des situations qui ne correspondent pas à l'usage de l'ensemble de l'équipe. Tous évoquent les tensions que ces usages marginaux peuvent générer dans l'équipe.

16

3.5 - Génération Y

Il semble qu'il y ait un effet de génération entre les utilisateurs de téléphone mobile. En effet, les trois personnes interrogées évoquent un phénomène d'usage prépondérant chez les jeunes de moins 30 ans tandis que les anciens « vers 50-60 ans » ne l'utilisent pas dans le service de Laure. Michel pense même qu'il y a un conflit de valeurs sur les usages du mobile entre les nouvelles générations de professionnels et les plus anciens pouvant entrainer des conflits. Pour François, les jeunes qui ont des Smartphone consulteraient leurs réseaux sociaux pendant le travail.

3.6 - Qualité et sécurité des soins

L'utilisation du téléphone mobile parait impacter la qualité et la sécurité des soins. Elle est mise en question par les deux cadres de santé mais pour des raisons différentes. Michel considère que l'utilisation du portable rend les soignants moins disponibles car ils s'isolent pour téléphoner et cela entraine des problèmes de sécurité liés à son secteur d'activité. Tandis qu'Laure met en avant un risque lié à l'hygiène. François ne perçoit pas de risque mais au contraire considère que le téléphone portable peut-être une ressource utile dans son activité de soin. Enfin Michel relève aussi un risque lié à la confidentialité par la diffusion d'informations sur les réseaux sociaux.

3.7 - Réglementation et positionnement hiérarchique

La connaissance de la réglementation n'est pas homogène parmi les personnes interrogées et le positionnement du cadre de santé parait parfois difficile faute d'une cohérence institutionnelle. Ainsi Michel a un positionnement réflexif et pédagogique sur l'usage du portable. Il a déjà fait preuve d'autorité pour faire cesser des pratiques qu'il considère non respectueuses du patient. Il se plaint de ne pas avoir suffisamment d'influence sur l'équipe pour régler cette problématique du fait de l'absence de règlement intérieur et de politique institutionnelle. Il dénonce également une hétérogénéité des pratiques dans son établissement et une absence de consensus sur la stratégie à adopter de la part de l'encadrement supérieur. En effet, certains considèrent que l'interdiction serait « une atteinte à la liberté » et le directeur des soins n'a pas statué sur la question. D'après Michel, les cadres supérieurs auraient un raisonnement

17

basé sur leur propre rapport au téléphone mobile. Par ailleurs, selon lui, la circulaire actuelle n'est pas adaptée pour interdire l'usage des mobiles dans son service puisque la psychiatrie ne présente pas de dispositif sensible aux ondes émises par ces appareils.

Dans leur management, les deux cadres appellent volontiers les agents sur leur téléphone portable pour des ajustements de planning. Celui-ci permettrait de joindre plus facilement les agents.

Laure ne connait pas la réglementation et avoue ne pas avoir cherché à savoir s'il en existe une. Elle s'est informée auprès de son cadre supérieur qui considère que le personnel ne doit pas l'avoir dans la poche.

François pense que l'usage est toléré mais risque de bientôt être interdit à la suite des polémiques que cela suscite dans son service.

Ces trois entretiens semblent également mettre à jour une différence statutaire dans la gestion des communications personnelles. Les cadres de santé disposent tous deux d'un bureau qui constitue un espace « privé » de travail dans lequel ils ont une ligne téléphonique qui leur est propre et leur permet d'être facilement joignable, contrairement à l'aide-soignant. Michel a d'ailleurs donné le numéro de sa ligne directe à ses proches.

Ces données recueillies permettent d'élargir notre question de départ. Nous nous interrogeons sur l'usage réel du téléphone portable par les soignants et les cadres, puisqu'il semble qu'il n'y ait une difficulté à trouver un accord sur la régulation de cette pratique. Nous nous demandons également en quoi l'usage du téléphone portable est en lien avec la vie privée. Cet usage au travail reflète-t-il l'usage qui en est fait dans le privé ? A travers le téléphone portable, est-ce la vie privée qui entre au travail et quels effets cela peut-il produire sur l'activité de soin ?

Nous allons maintenant exposer le cadre conceptuel pour découvrir ce que la littérature scientifique, médiatique et professionnelle nous apprend de la téléphonie mobile et ses enjeux pour le secteur hospitalier.

18

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy








"La première panacée d'une nation mal gouvernée est l'inflation monétaire, la seconde, c'est la guerre. Tous deux apportent une prospérité temporaire, tous deux apportent une ruine permanente. Mais tous deux sont le refuge des opportunistes politiques et économiques"   Hemingway