WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Problématique de l'utilisation de khaya senegalensis comme arbre de reboisement urbain: cas de la ville de cotonou.


par Simplice ADANHOUNSODE
UAC-EPAC - Licence Professionnelle en Gestion de l'Environnement 2013
  

précédent sommaire suivant

RECOMMANDATIONS

La surexploitation actuelle dont Khaya senegalensis fait l'objet pour le bois d'oeuvre, le fourrage et les médicaments représente une grave menace pour un grand nombre de ses peuplements (Nikiema & Pasternak, 2008), surtout pour ceux du reboisement urbain. Il faut pour cette raison instaurer des méthodes durables de récolte et les mettre en oeuvre le plus vite possible (Nikiema & Pasternak, 2008).

Par ailleurs, en vue d'assurer un succès des actions de reboisement urbain et de garantir une pérennité du couvert végétal urbain, il convient de mettre en oeuvre un certain nombre de recommandations que sont :

F Améliorer les actions de sensibilisation et réaliser des campagnes d'Information, d'Education et de Communication pour un changement de comportement ;

F Responsabiliser les populations riveraines des rues plantées ;

F Créer des parcs à Khaya destinés à satisfaire les besoins des acteurs de la médecine traditionnelle en écorce, feuilles et racines ;

F Sécuriser les zones de plantation par des Arrêtés communaux ;

F Réprimer les personnes qui commettent des actes d'incivismes sur les arbres plantés conformément à la législation forestière en vigueur;

F Améliorer la collaboration entre la Mairie et l'administration forestière ;

F Renforcer les capacités financières et techniques des services techniques de la Mairie de Cotonou ayant à charge la gestion des espaces verts ;

F Elaborer et suivre des programmes d'entretien rigoureux du couvert végétal urbain ;

F Promouvoir d'autres espèces de reboisement urbain épargnées des agressions humaines (Photos 10).

Photos 10 : Quelques espèces intéressantes pour le reboisement urbain.

 
 

T. catappa

Roystonea regia

 
 

Ficus sp

T. mentaly

 
 

Cordia sp

Borassus sp

 
 

Gayak sp

Delonix regia

CONCLUSION GENERALE

Les arbres composant le couvert végétal urbain sont d'une grande importance écologique et pour le bien-être des populations.

Cette utilité est si bien comprise par les personnes averties qui ont mis en place depuis plusieurs années des programmes pour des villes plus vertes. Mais aujourd'hui, l'image environnementale de nos villes béninoises n'est point reluisante.

A Cotonou, différentes espèces d'arbres sont utilisées pour le reboisement des artères et terre-pleins centraux. Parmi elles, se trouve le Khaya senegalensis (2173 pieds recensés) qui a fait l'objet de notre étude. Il s'agit d'une essence forestière adaptée au reboisement urbain du point de vue écologique de la ville de Cotonou mais qui est perçue autrement par la population. La dimension du problème révèle un aspect socioculturel non négligeable. Ainsi, l'étude nous a permis de constater qu'effectivement le caïlcédrat utilisé comme arbre de reboisement urbain est menacé par les populations. Cette attitude est due aux nombreuses vertus dont cette plante regorge. Sur le plan médicinal, Khaya senegalensis contribue au traitement de 55 maladies recensées au Bénin (Sokpon & Ouinsavi, 2001).

Compte tenu de l'importance du couvert végétal urbain et de la nature des problèmes liés à cette problématique, il urge de veiller à la mise en oeuvre effective des recommandations susmentionnées en mettant un accent particulier sur les actions d'IEC, la création de parc à Khaya destinés à la satisfaction des besoins de pharmacopée et préférer l'utilisation d'autres espèces intéressantes de reboisement urbain en vue de garantir un environnement urbain vert durable.

précédent sommaire suivant