WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Problématique de l'utilisation de khaya senegalensis comme arbre de reboisement urbain: cas de la ville de cotonou.


par Simplice ADANHOUNSODE
UAC-EPAC - Licence Professionnelle en Gestion de l'Environnement 2013
  

précédent sommaire suivant

1.2. CONSIDERATIONS BOTANIQUES RELATIVES A Khaya senegalensis

1.2.1. Caractéristiques de Khaya senegalensis

Le genre Khaya A. Juss. appartient à la famille des Méliacées. Ce genre est constitué de six espèces dont une à statut incertain (Khaya madagascariensis). On rencontre Khaya senegalensis (Desr.) A. Juss. en régions sud-sahéliennes, K. grandifolia C. DC, en zone préforestière guinéenne et zone soudanienne, K. ivorensis A. Chev. et K. anthotheca (Welw.) C. DC en zone de forêt dense, et K. nyassica en Afrique orientale. (BFT.CIRAD, 1988).

Les feuilles sont paripennées ou parfois imparipennées atteignant 20 cm au plus, ayant 6 à 12 folioles opposées ou alternes, elliptiques-oblongues à sommet obtus ou obtusément acuminé. Les folioles ont (5) 7 à 12 cm de longueur et 4 à 5 (6) cm de largeur ; le dessous est gris ; elles ont 8 à 10 paires de nervures latérales peu saillantes ; les feuilles sont glabres et groupées aux extrémités des rameaux.

Les inflorescences sont petites, environ 5mm de long, blanches, peu apparentes, réunies en panicules de 15 à 20 cm de longueur, insérées au bout des rameaux avec les jeunes feuilles. Calice à 4-5 sépales imbriqués. 4-5 pétales blancs, libres. Couronne staminale blanche, courtement lobée au sommet, 8 à 10 anthères sessiles, entièrement incluses, alternant avec les dents de la couronne. Disque rouge ou orangé, portant un ovaire glabre à 4 loges multiovulées. Style terminé par un stigmate discoïde.

Les fruits présentent des capsules globuleuses de (4) 5 à 6 (10) cm de diamètre s'ouvrent en 4 valves. Les graines sont plates à bords feuilletés (formant une aile), suborbiculaires, brunes. Elles sont insérées sur une columelle centrale de section quadrangulaire ou pentagonale et paraissent empilées. On peut compter 15 à 20 graines par pile sur chaque face de la columelle. Avant la maturité, les fruits forment des boules blanches portées au-dessus de la cime des arbres et les graines ailées sont dispersées par le vent.

1.2.2. Position systématique

Le caïlcédrat ou acajou du Sénégal appartient au règne des Plantae, à la Division des Magnoliophyta, à la Classe des Magnoliopsida, à l'Ordre des Sapindales, à la Familles des Meliaceae et au Genre Khaya. Son nom scientifique est : Khaya senegalensis.

1.2.3. Etude ethnobotanique

L'analyse de la relation entre les acteurs (populations riveraines et acteurs de la pharmacopée) et les plants de caïlcédrats a été faite par une enquête auprès des acteurs en présence. Cette enquête a été organisée sous forme d'entretien et a révélé que les populations en général et les acteurs de la pharmacopée en particulier perçoivent le Khaya senegalensis comme un « arbre-médicament ». C'est-à-dire un arbre attributaire de nombreuses vertus thérapeutiques.

Il est identifié dans les parties aériennes de la plante des substances hypothermiques, antibactériennes, antipyrétiques, toniques, anthelminthiques et anti-contracturantes (PGFTR, 2012).

Les résultats d'enquête et les observations faites sur le terrain ont permis de constater que la population utilise les organes prélevés (racines, écorce et feuilles) en pharmacopée traditionnelle. Mais l'organe fréquemment prélevé à des fins médicinales est l'écorce. En témoignent les nombreuses mutilations remarquables sur les troncs de la plupart des caïlcédrats de la zone d'étude.

précédent sommaire suivant