WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Calcul et analyse des coà»ts par activités à  l'agence PAPME ( Agence pour la Promotion et l'Appui aux Petites et Moyennes Entreprises )

( Télécharger le fichier original )
par Mathieu AHAN
Centre africain d'études supérieures en gestion - Diplôme d'études supérieures spécialisées en audit et contrôle de gestion 2004
  

précédent sommaire suivant

1.1.1.1 Définitions

Selon Gosselin (2003 :6) « les facteurs tels que les changements dans la structure des coûts, l'augmentation des coûts d'entretien et d'utilisation, la compétition, la nouvelle technologie de fabrication, la déréglementation, la tarification des services et l'importance croissante de la `face cachée de l'usine' » explique l'émergence de la CPA.

En effet, avec la réduction de la part de travail dans la production (conséquence de l'automatisation des procédés de fabrication), l'importance des fonctions de support et les contraintes d'investissement de plus en plus importantes en recherche et développement, en marketing et en informatique ; les charges indirectes prennent des ampleurs de plus en plus importantes dans les coûts totaux des entreprises. Son pourcentage peut facilement atteindre 70% à 80% de ces derniers. Boisvert (1991 :64-65)

De plus, la diminution de la durée du cycle de vie des produits et des services est aussi un facteur non négligeable. Ces facteurs obligent à revoir les techniques d'affectation par l'entremise de clés de répartition de ces types de coûts (qualifiés souvent d'arbitraires).

De ce fait, la pertinence de la comptabilité par la méthode traditionnelle se trouve remis en cause. Ces diverses observations ont amené les pouvoirs publics, les experts-comptables, les universitaires et les industriels à créer des creusets de réflexion et de recherche. C'est ainsi que la méthode ABC (Activity Based Costing), issue des travaux du CAM-I (Consortium for Advanced Manufacturing International) a été popularisée aux Etats-Unis et dans le monde entier par les écrits, entre autres, de Berliner et Brimson (1987), Brimson (1991) et Turney (1991), Alcouffe & al (2003 :10). La comptabilité par activités a été définie comme :

  «A methodology that measures the cost and performance of cost objects, activities and ressources. Cost objects consume activities and activities consume resources. Resources cost are assigned to activities based on their use of those resources, and activity costs are reassigned to cost objects (outputs) based on the cost object proportional of those activities. Activity based costing incorporates causal relationships between cost objects and between activities and resources.» (CAM-I: 2003)

Cette définition montre que grâce à la CPA, on arrive à mesurer le coût et la performance des objets de coût (tels que par exemple le produit ou le service, le client...), des activités et des ressources. Turney (2003 :54) remarque fort bien que cette définition donne une large part à l'information concernant le coût et la performance.

Pour Boisvert (1996 :27) « la CPA est un modèle d'organisation de l'information comptable pour la gestion ». Mais déjà deux ans auparavant il écrivait : « la CPA nous livre une nouvelle image de l'entreprise qui est représentée comme un ensemble de processus plutôt qu'un ensemble d'unités administratives... cette représentation de l'entreprise nous apporte une explication nouvelle du comportement des coûts : les coûts sont issus des activités et de la façon dont les activités sont liées entre elles. Les activités sont enclenchées par des facteurs ; de même la consommation des ressources par ces activités est induite par d'autres facteurs... ces facteurs sont la cause véritable des coûts ; ils sont les éléments clés d'une stratégie de réduction des coûts. » (Boisvert, 1994 :67)

A travers ces deux définitions apparaissent les deux visions de la méthode : la première est « cost assignment view » c'est-à-dire la vision de l'affectation des coûts (la verticale) et la seconde « process view » c'est-à-dire la vision processus (l'horizontale).

La 1ère vision, celle de l'affectation des coûts, porte sur le rattachement des ressources aux activités en fonction de leur utilisation et aux objets de coût en fonction de leur utilisation de ces activités. Cette dimension permet à l'entreprise la prise de décisions stratégiques concernant la fixation du prix, l'allocation des ressources, la conception des produits, l'origine des coûts etc. dans l'optique de la création d'un cadre d'amélioration des efforts.

La 2nde vision « process view » reflète les besoins des organisations d'aujourd'hui d'avoir de nouvelles formes d'informations pouvant concerner par exemple les activités (qu'est ce qui cause les activités ? comment sont elles exécutées ? pourquoi les fait t-on ?).

Ces informations aident l'entreprise à améliorer sa performance et à augmenter la valeur aux yeux des clients. (Turney, 1992 :54)

La figure 1 ci-après constitue un modèle de synthèse de la définition de la comptabilité par la méthode ABC.

Figure n°1 : Modèle de synthèse de la définition de la CPA

Source : Pape Gorgui TOURE (2000)

Après avoir défini la méthode ABC, nous allons nous intéresser aux domaines où elle s'applique.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.