WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'entreprise aux mains de la generation Y

( Télécharger le fichier original )
par Antoine AUBARD
ESCEM Tours-Poitiers - Master en Management des Hommes et des Organisations 2012
  

précédent sommaire suivant

La Génération Y dans l'entreprise

En l'occurence, ce groupe qu'est l'entreprise, les jeunes de la Génération Y le connaît bien. Aujourd'hui, 1/3 des membres de cette génération travaille à temps partiel durant sa scolarité. Mais ils en attendent beaucoup, comme l'explique Peter Sheahan, car si les entreprises veulent attirer les meilleurs talents, elles doivent convaincre les membres de la Génération Y de la valeur de leurs implications dans la communauté. Ils se souviennent des marques et des enseignes qui ont sponsorisé leur quête de talents et leurs compétitions sportives. Et davantage encore que les générations les précédent, ils ne font pas que se dire respectueux de l'environnement, ils agissent dans ce sens. Or si les employeurs veulent être considérés comme de choix, ils devront faire plus que simplement parler de respect de l'environnement mais agir de façon concrète.

En effet, comme le montre une étude de Manpower en Australie parue en 2005, les motivations pour un emploi d'un membre de la Génération Y sont avant tout la culture de l'entreprise, l'équipe avec laquelle il pourrait être amené à travailler, le style de management, la flexibilité du travail, les conditions de travail et enfin le salaire. Cette génération veut négocier, lors d'un entretien, autre chose que son salaire. Il lui est important d' « être dans un environnement de travail qui reflète l'acceptation des races, des sexes et des styles de vie » comme le rapporte Tamara Erickson.

Ils veulent « faire partie d'une équipe motivée de personnes engagées. Ils aiment travailler en étroite collaboration avec et apprendre de leurs collègues qu'ils respectent tout en espérant socialiser et même créer une amitié avec leurs collègues » (Bruce Tulgan, Carolyn A. Martin). Cette collaboration selon ces termes leur est importante, puisqu'ils ont passé beaucoup de temps seul plus jeune (situation familiale, divorce), environ 20% de leur temps selon les mêmes auteurs. Mais c'est aussi parce qu'elle leur permet un haut niveau d'indépendance et stimule une envie de connections qu'il y accordent autant d'importance. Cette envie les différencie de la Génération X qui préfère faire partie d'une équipe avec un chef unique qui met à contribution les autres, quand la Génération Y préfère travailler côte à côte avec énergie et avec une équipe vivante.

De plus, « quand la Génération Y veut de la structure (travail, finances, modes de vie ou relations) c'est à condition que son indépendance et sa liberté d'expérimenter ne soient pas réduites » comme le rapporte Rebecca Huntley. Or cette liberté d'expérimenter corrobore la forte envie de mobilité présente depuis leur jeune âge. « Ils sont très mobiles dans le sens physique du terme, génération de globe-trotteurs qui ne se contentent pas de voyage pour des vacances et d'aventure mais veulent vivre et étudier à l'étranger » et « ils sont très mobiles dans leur carrière, passant d'une entreprise à une autre, de ville en ville, de pays en pays, de formation en reconversion, passant dune orientation professionnelle à une autre avec une vitesse qui épuisent leurs parents et collègues ».

Comme la génération Y est de plus en plus représentée dans l'entreprise qui accueille ses membres soit lors d'un stage, soit lors d'un apprentissage ou d'un emploi il devient important de s'intéresser à celle-ci en se demandant s'il existe un style de leadership propre aux managers de la génération Y. Pour ce faire nous tenterons d'abord d'étudier des différents styles de leadership avant de répondre effectivement à cette question.

précédent sommaire suivant