WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Artificialisation et trame verte et bleue : de la protection de la biodiversité à  un outil d'aménagement. Le cas de Lille métropole depuis 2002.


par Daphné Lecointre
Université de Lille II - Master 2015
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

b. La fragmentation des habitats naturels

L'artificialisation du territoire génère la fragmentation des habitats naturels. D'après le Ministère du développement durable, « la fragmentation des milieux naturels peut être défavorables à de nombreuses espèces, d'une part à cause de la faiblesse des surfaces accessibles et d'autre part par l'isolement, le cloisonnement des différents espaces naturels »138. Ainsi, l'artificialisation réduit les habitats naturels, et provoque également des barrières infranchissables pour certaines espèces. L'accroissement des surfaces bâties, que ce soit pour des infrastructures telles que des autoroutes, ou pour des lotissement, conduit donc à la fragmentation des habitats naturels, et menacent la biodiversité nationale.

135 Guillaume Sainteny, « L'étalement urbain », Annales des Mines - Responsabilité et Environnement, n° 49, 2008, pp. 7-15

136 Ibid.

137 Philippe Chéry, Alexandre Lee, Loïc Commagnac, Anne-Laure Thomas-Chery, Stéphanie Jalabert and Marie-Françoise Slak, « Impact de l'artificialisation sur les ressources en sol et les milieux en France métropolitaine », Cybergeo : European Journal of Geography, 2014

138 Commissariat général au développement durable - Service de l'observation et des statistiques, « Conservation

et gestion durable de la biodiversité et des ressources naturelles », Etudes & documents, n°57, novembre 2011

45

L'étalement urbain est un puissant facteur de fragmentation paysagère ; l'urbanisation met en place des structures anthropiques permanentes qui provoquent de profondes modifications du paysage et des changements d'occupation du sol « généralement irréversibles »139. L'artificialisation est également responsable de la minéralisation et de la pollution et de leurs conséquences sur la biodiversité. Il ne s'agit pas seulement d'une fragmentation des habitats naturels, mais de pressions plus ou moins directes exercées sur les écosystèmes.

Philippe Clergeau souligne également l'étalement et l'uniformisation du modèle urbain, sous-tendu par l'artificialisation des sols. Peu à peu, les villes se développent, et elles adoptent la même structure, ce qui est un danger pour la biodiversité régionale et locale. En effet, l'uniformisation des paysages urbains conduit à un « processus d'homogénéisation taxonomique des communautés en milieu urbain »140 et favorise l'introduction d'espèces exotiques qui sont un danger pour la conservation de la biodiversité locale. « La ville détruit la nature soit directement par la destruction des habitats naturels, soit indirectement, par la fragmentation et l'isolement des sites naturels »141. Quand cette nature est présente, elle est résiduelle dans quelques espaces qui lui sont dédiés. Les préoccupations actuelles en termes de conservation de la biodiversité urbaine, voire de restauration des milieux, intéressent tous les territoires et se pose aujourd'hui concrètement en ville.

L'étude de l'artificialisation et de ces conséquences connaît un fort développement, au travers des institutions nationales, et de travaux des chercheurs en géographie et en écologie. Il apparaît donc que le phénomène de l'étalement urbain, et ces répercussions sur la biodiversité, est un constat national, et qu'il est urgent de ralentir de rythme de l'artificialisation, ou du moins de corriger le mieux possible la dégradation des écosystèmes. Ce constat national se décompose à l'échelle de la région, qui dresse le bilan de l'artificialisation des territoires et des conséquences sur la biodiversité locale.

139 Rahim Aguejdad, thèse intitulée « Etalement urbain et évaluation de son impact sur la biodiversité, de la reconstitution des trajectoires à la modélisation prospective. Application à une agglomération de taille moyenne : Rennes Métropole », Géographie, Université de Rennes2009

140 Philippe Clergeau, « Biodiversité urbaine : de l'inventaire naturaliste au fonctionnement écologique », Société Française d'Ecologie, 16 décembre 2010

141 Ibid.

46

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy