WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Artificialisation et trame verte et bleue : de la protection de la biodiversité à  un outil d'aménagement. Le cas de Lille métropole depuis 2002.

( Télécharger le fichier original )
par Daphné Lecointre
Université de Lille II - Master 2015
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

b. La gestion des espaces naturels

ENLM engage des politiques de renaturation sur la Trame verte et bleue dans l'objectif de sauvegarder des écosystèmes, et donc, des espèces locales. L'écologie de la restauration invite

349 Ibid.

350 Robert Eliott, Faking Nature : the Ethics of Environmental Restoration, 1982

351 Jean-Louis Fabiani, « Ethiques et politiques de la techno-nature », Revue européenne des sciences sociales, n° 118, pp. 5-18, 2000

352 Moune Poli, « Recréer la nature », Espaces naturels, n°1, janvier 2003

353 Ibid.

354 Entretien avec Laure Cormier, géographe, le 5 mars 2015 à Paris

355 Moune Poli, « Recréer la nature », Espaces naturels, n°1, janvier 2003

85

à s'interroger sur la représentation de la nature, et donc, sur les implications concernant la biodiversité locale. En effet, les valeurs projetées par les citadins sur la nature ne peuvent être dissociées d'une matérialisation et cette dernière implique un choix dans la gestion des espaces naturels. « Le respect de la nature, principe quasi-sacralisé de non-interventionnisme, s'est donc inversé en parti-pris gestionnaire »356.

Cette gestion passe par « la manière dont (ENLM) conçoit la plantation »357. Pierre Dhenin, son directeur, ajoute : « Dans le parc de la Deûle, il y a des plantations pour avoir des baies toute l'année. Il y a 7 ans, il a fait un froid sibérien, et le jaseur boréal s'installe là où il a à manger. Il y a eu une colonie d'environ 10 jaseurs qui sont restés un mois avant de remonter. La qualité des boisements génère la qualité des lieux. Si on mélange les espèces botaniques, on aura un mélange des espèces animales. C'est à nous, dans nos choix de plantation, d'offrir cette diversité. On abat 150 peupliers à Villeneuve d'Ascq, et on replante des espèces variées. Sur un if, on trouve 5 à 6 variétés d'insectes, et sur un bouleau, 176 espèces donc on a des oiseaux plus variés ».358

La Trame verte et bleue lilloise est donc le résultat d'un travail précis de mélange des essences. La renaturation permet l'enrichissement de la biodiversité, et le directeur d'ENLM souligne bien que les espèces qui sont replantés sont des espèces floristiques indigènes, qui attirent donc une faune elle-aussi indigène. Toutefois, la sélection des essences, qui entraine la destruction d'autres, peut poser des problèmes éthiques. La gestion des espaces de nature conduit en effet à détruire les espèces qui ne seraient pas locales, ou qui n'apporterait aucune plus-value à la biodiversité. Cette gestion n'est pas toujours aussi précise, il peut également s'agir de la promotion d'une nature « sauvage » au sein de la TVB. A « Sainghin en Mélantois, il y a un petit étang, qui était beaucoup trop bien entretenu. On est passé de 12 tontes à 2 fauches par an. C'est un lieu de fort passage, mais cela n'empêche pas la diversité ; les martins pêcheurs se sont réinstallés »359.

La modification d'une gestion pour qu'elle devienne plus « douce » pour la biodiversité est une réalité pour toutes les politiques visant à améliorer la biodiversité. « Dans la forêt, du point de vue de la biodiversité, c'est limité, parce qu'il n'y a pas de photosynthèse en strate

356 Jean-Louis Fabiani, « Ethiques et politiques de la techno-nature », Revue européenne des sciences sociales, n° 118, pp. 5-18, 2000

357 Entretien avec Pierre Dhenin, directeur d'Espace Naturel Lille Métropole, le 27 février 2015 à Lille

358 Ibid.

359 Ibid.

86

inférieure. Au contraire, dans les friches, c'est là qu'on trouve la plus grande biodiversité, grâce aux essences prairiales. Mais la friche est un état temporaire, qui est destiné à devenir une forêt. La gestion permet, en évitant les arbres, de favoriser cet état temporaire »360. Ces gestions permettent de lutter contre l'appauvrissement de la biodiversité, et, pour Laure Cormier, « il est illusoire de se dire que dans notre société, il peut ne pas y avoir de gestion ».361

La gestion actuelle de la Trame verte et bleue lilloise ne met donc en avant « les usages et les pratiques associées à ces gestions »362, ces usages permettant « la durabilité du système »363. L'écologie de la restauration passe par des modes de gestion différenciés qui détruisent des espèces indésirables, et qui modifient le paysage, ou au contraire, empêche son évolution naturelle vers un autre milieu, au nom de l'accroissement de la biodiversité.

2.3.Une biodiversité d' « agrément » ?

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy