WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Prévalence des infections des voies respiratoires superieures chez les enfants de 0 à  15 ans

( Télécharger le fichier original )
par Bienvenu Kongolo
Université de Kalemie - diplome de graduat sciences biomédicales 2015
  

précédent sommaire suivant

II.6 DIAGNOSTIC

A. CLINIQUES

1) Signes généraux

F la fièvre : elle oscille entre 38,5° et 40°C. Mais certaines infections ORL apparaissent parfois dans un contexte apyrétique.

F Ailleurs : une asthénie, une anorexie récente, une irritabilité, une insomnie peuvent s'observer.

2) Signes fonctionnels

Les symptômes des IRA comprennent généralement :

§ une toux,

§ des maux de gorge, une céphalée.

§ une inflammation de la muqueuse nasale, un écoulement nasal et une congestion nasale,

L'apparition des symptômes commence habituellement 1 à 3 jours après l'exposition. La maladie dure habituellement 7 à 10 jours.

3) Signes spécifiques

Mais en fonction de certaines infections ORL, on peut retrouver :

§ une otalgie qui se manifeste chez le nourrisson par des cris, des pleurs, une irritabilité.

§ une gêne auriculaire, une baisse de l'audition

§ une otorrhée qui peut révéler une otite moyenne aiguë entraînant généralement une sédation rapide des symptômes.

§ une rhinorrhée antérieure muqueuse ou mucopurulente bilatérale, une rhinorrhée postérieure inconstante avec un écoulement mucopurulent sur la paroi postérieure du pharynx, sous le voile entre les amygdales. Le pharynx est discrètement inflammatoire.

§ des douleurs maxillaires qui sont augmentées par l'effort, la toux et l'antéflexion de la tête.

§ une dyspnée d'installation progressive.

4) Signes physiques

a) Inspection :

§ Elle apprécie la morphologie et de la dynamique thoracique (abaissement respiratoire du larynx, tirage intercostale et/ou sus-claviculaire et/ou sus-sternale).

§ Elle recherche une cyanose par hypoxie, l'existence de la sueur, un trouble de la conscience, une anomalie tensionnelle.

b) Examen otoscopique

C'est un examen difficile à réaliser et à interpréter : l'enfant bouge, le conduit auditif externe est encombré de débris cérumino-épidermiques, le matériel d'otoscopie est inadapté.

Normalement le tympan est gris rosé, le manche du marteau est blanc nacré. Au tout début de l'otite, le tympan est rosé, le manche du marteau est rouge par dilatation des capillaires. Au stade collecté, le tympan est bombé, rouge ou lie-de-vin, d'aspect pseudo-polyploïde, le manche du marteau n'est plus visible. En cas d'otorrhée, celle-ci doit être aspirée ou «tamponnée» afin d'apercevoir la perforation qui peut être dans la partie soit inférieure du tympan (déclive), soit supérieure du tympan (non déclive, absence de drainage spontané).

Figure 6 : tympan normal

B. PARACLINIQUES

Ces examens seront demandés en fonction de l'étiologie recherchée.

1) Imagerie

a) Les clichés standards (Blondeau) sont peu spécifiques : l'opacité complète d'un ou plusieurs sinus peut signer l'évolutivité actuelle d'une sinusite.

b) Un scanner des sinus permettra de préciser l'extension de l'atteinte sinusienne.

c) La radiographie de profil en position verticale qui visualise le larynx distendu alors qu'il existe un net épaississement de l'épiglotte et des replis ary-épiglottiques.

1) Numération et formule sanguine (NFS) : L'hémogramme n'a aucune valeur précise. Elle peut être normale. Parfois, on note une hyperleucocytose à polynucléaire neutrophiles dans les infections bactériennes, une leucocytose modérée ou diminuée dans les viroses.

2) Autres examens complémentaires

Les autres méthodes de diagnostic sont : l'examen direct et culture, PCR, la recherche d'antigènes solubles (liquide pleural) et les hémocultures :

· Recherche de germes atypiques (M. pneumoniae, C. pneumoniae, ...) : Prélèvements : aspiration rhinopharyngée et prélèvement de gorge, LBA. Méthodes de diagnostic : culture (milieux spéciaux, laboratoires spécialisés), PCR, sérodiagnostic.

· Recherche de Corynebacterium diphteriae : Prélèvement : écouvillonnage pharyngé. Méthode de diagnostic : culture et identification, PCR

· Recherche de Bordetella pertussis : Prélèvement : aspiration rhino-pharyngée à la période catarrhale. Méthodes de diagnostic : culture (germe très fragile), PCR, sérodiagnostic

· Le diagnostic virologique rapide se fait par prélèvement naso-pharyngé par aspiration et mise en évidence par une technique d'immunofluorescence directe par microscope électronique et indirect par virage des anticorps.

· La recherche des bactéries pyogènes (S. pneumoniae, H. influenzae, S. aureus) les prélèvements sont faits avant tout traitement antibiotique : expectoration, aspiration pharyngée au cours d'une kinésithérapie respiratoire (mais contamination par la flore rhinopharyngée saprophyte) ;

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)