WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Eglise evangélique du cameroun et coopération internationale (1957-2007)


par MOISE NKAPMENI NGAPET
UNIVERSITE DE YAOUNDE I (ENS) - DIPES II 2015
  

précédent sommaire suivant

III- LES PROBLEMES DE L'É.É.C. DANS LA COOPÉRATION INTERNATIONALE

L'É.É.C. dans son action sur la scène internationale a rencontré de multiples problèmes. Ces difficultés peuvent en des problèmes structurels et liés au fonctionnement des relations.

A- Les problèmes structurels

Il s'agit ici des problèmes liés à l'organisation interne de l'Église. Parmi ceux-ci, on peut recenser :

- le non respect des cahiers de charge ;

- la mauvaise gestion ;

- le manque de communication et de réflexion.

Ces cas se sont manifestés entre 1992 et 1993 lorsque les relations entre l'É.É.C. et l'E.Z.E. ont connu un moment de perturbation. En effet, le non respect du cahier de charge serait à l'origine de cette disconvenance. Tout serait donc parti du changement du directeur au Centre Polyvalent de Mbouo-Bandjoun, centre de renommé qui a longtemps été le centre d'accueil et formation continue de la majorité des départements opérationnels de l'É.É.C. Il est à relever que ce Centre a été construit avec l'assistance de l'E.Z.E. et dans les clauses de gestion de cette structure, les partenaires allemands aurait un droit de regard sur la gestion de cette structure. Cependant le changement d'un directeur par l'É.É.C. n'aurait pas été approuvé par les partenaires allemands, ce qui provoqua une brève crise entre les deux partenaires.

Ces problèmes se sont également matérialisés entre l'É.É.C. et l'E.R.P.B. L'une des sources de tension entre les deux Église s avait trait à la gestion des projets. Dans ce cas,

290 L'Appel n° 31, mars 2009, p. 37.

291 Certaines sources très discrètes indiquent que la même somme mise à la disposition de l'Eglise du Togo a été utilisée à bon escient que l'édifice construit reflète véritablement le montant alloué.

120

l'É.É.C. semblait vouloir préserver son autonomie. En effet, elle accusait les missionnaires Hollandais de s'ingérer dans les affaires internes, en voulant faire comme s'ils étaient encore au temps des Missions. Ce que les Hollandais n'appréciaient pas du tout.

Un autre problème réside dans la mauvaise gestion des fonds alloués par les partenaires ; des fonds destinés à certains projets et dont la gestion était confiée aux Camerounais. C'est le cas de l'argent pour la construction du Foyer Protestant de Nkongsamba, des fonds de coopération hollandaise pour les hôpitaux, des fonds alloués par la M.É.U. pour la construction du Centre Martin Luther de Garoua291, entre autres. Cet ensemble de dysfonctionnements ont amené certaines oeuvres à disparaître, c'est le cas de certaines fermes-écoles, et aussi à mettre d'autres en difficulté.

Il y a lieu de relever le manque d'ouverture des ouvriers, des laïcs et même des fidèles de l'É.É.C. vers d'autres Église s partenaires extérieurs. L'É.É.C. a accueilli des pasteurs missionnaires Allemands, Hollandais, qui ont séjourné au Cameroun de manière permanente. Pourquoi pas les ouvriers de l'É.É.C. en séjour permanent au sein de ces Église s étrangères ? Les pasteurs de l'É.É.C. sont en manque d'une expérience internationale, ce qui les poussent à solliciter les postes de responsabilités plus rentables en se livrant à des pratiques qui vont à l'encontre de l'éthique pastorale et de l'Église toute entière.

précédent sommaire suivant