WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Eglise evangélique du cameroun et coopération internationale (1957-2007)


par MOISE NKAPMENI NGAPET
UNIVERSITE DE YAOUNDE I (ENS) - DIPES II 2015
  

précédent sommaire suivant

VIII. ORIENTATION MÉTHODOLOGIQUE

Pour répondre à notre problématique, la démarche scientifique nous a imposé une approche méthodologique rigoureuse basée sur l'analyse et la critique des sources comme le souligne Léon Halkin :

L'histoire est inséparable de l'historien qui enchaîne les causes et les effets. Il n'existe pas de réalité historique toute faite avant la science qu'il conviendrait simplement de reproduire avec fidélité, car l'histoire c'est aussi un jugement (...). L'historien doit donc se soumettre à la critique

27 M. Beaud, L'art de la thèse, Paris, La Découverte, 1985, p.38.

11

historique qui est le fil d'Ariane qui le guide à travers la masse confuse des faits transmis par les documents28.

Cet extrait de Léon Halkin met en relief l'importance de la multiplicité des sources dans la production historienne. Dans cette optique, nos sources écrites comprennent : quelques notes d'archives des Archives Nationales de Yaoundé et ceux de l'Église Évangélique du Cameroun, des ouvrages généraux et spécialisés, des articles, des thèses, des mémoires, des journaux, des revues, etc.

Toutefois, les centres de documentation n'ont pas pu répondre à toutes nos sollicitations. C'est pourquoi les sources orales sont mises à contribution. En effet, comme le souligne Théophile Obenga, la tradition orale vient souvent valablement compléter l'histoire là où les écrits sont inexistants ou muets29. C'est dans cette logique que nous avons complété les sources écrites avec les enquêtes orales menées sur le terrain.

Les techniques de l'information et de la communication nous ont également été d'une grande utilité. Elles nous ont permis de consulter les documents importants pour ce travail.

IX- DIFFICULTÉS RENCONTRÉES

Un travail de cette envergure ne peut se faire sans difficultés. À propos d'écueils, ils sont multiformes. Nous avons eu affaire au problème d'instabilité des documents qui traitent vraiment de notre thème. Aux Archives Nationales, nous avons noté une grande absence de documentation propre à l'Église Évangélique du Cameroun.

Plus compliqué, a été l'indisponibilité des archives de l'Église Évangélique du Cameroun. En effet le service abritant ces archives est fermé depuis pratiquement quatre ans, faute d'archiviste. Ce qui ne nous a pas facilité la tâche. Nous avons été obligé, de souvent forcer la main à certains responsables et nous référer à certains ouvriers et autres cadres de l'Église pour entrer en possession des documents utiles dans le cadre de ce travail. Nous pensons ici aux archives personnelles des pasteurs Michel Ngapet, Isaac Kamta.

À l'Université Protestante d'Afrique Centrale de Yaoundé (U.P.A.C.), nous avons eu un ensemble de documents sur le christianisme, sur le protestantisme. Mais ceux en rapport direct avec notre thème étaient très limités. De même n'avons pas pu retrouver une bonne

28 L. Halkin, Initiation à la critique historique, Paris, L'Harmattan, 1980, p. 12.

29T. Obenga, "Sources et techniques de l'histoire africaine. Aperçu général", J. Ki-Zerbo (dir.), Histoire Générale de l'Afrique, UNESCO, T1, 1980, p. 108.

12

partie des parutions de certains journaux à l'instar de la "Semaine Camerounaise", le Journal des Missions Évangéliques la revue Flambeaux, et autres rapports.

En ce qui concerne l'enquête sur le terrain, nous avons également rencontré d'énormes difficultés. La première concerne l'indisponibilité des informateurs. Ici, nous avons fait état de ce que, plusieurs ouvriers, laïcs et fidèles de l'É.É.C. n'ont pas grande connaissance ou ne s'intéressent pas du tout au volet des relations internationales de cette Église. De ce fait, les personnes approchées ayant véritablement des informations à propos ont été moins nombreuses. D'autres par contre avaient des connaissances approximatives. Nous avons tout de même fait face au à la méfiance de certains informateurs qui hésitaient ou même évitaient de nous apporter certains éclairages compte tenu, selon eux du domaine très réservé de cet aspect de la vie de l'Église.

précédent sommaire suivant