WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le dessin du bonhomme chez des enfants autistes : quatre études de cas à  l'association burkinabè d'accompagnement psychologique et d'aide à  l'enfance (abape).

( Télécharger le fichier original )
par Wendpanga Daniel OUEDRAOGO
Université Ouaga 1 Professeur Joseph Ki-ZERBO - Maitrise en psychologie clinique et pathologique 2015
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4.1.4. Cas Julie

· Eléments d'anamnèse

Julie (10 ans) est la deuxième fille d'une fratrie de trois enfants. Ses parents sont tous burkinabè et vivent dans la capitale. Le père est constamment en déplacement parce qu'il est un cadre d'une entreprise agroalimentaire. D'après les deux parents la grossesse et l'accouchement ont été normaux. Ils ont négligé les troubles du comportement de leur jeune enfant et l'ont inscrite dans une école maternelle ou elle sera recaléeplus tard.

L'électroencéphalogramme (EEG) qu'ils ont ensuite réalisé après avoir consulté un médecin était normal. Après avoir longtemps erré à la recherche de soins pour leur enfant, ils ont alors découvert le centre de l'ABAPE ou l'enfant est suivi jusqu'à ce jour. L'évaluation au CARS a révélé que Julie présentait un autisme léger et l'examen au PEP-R à 6 ans a révélé un âge développemental (AD) de 37 mois.

Julie aime écouter la musique ou manipuler l'ordinateur de son père. Elle passe la plupart de son temps dans un salon de coiffure situé à une vingtaine de mètres de sa maison. Souvent, ellefait semblant d'écrire dans le vide et lorsqu'elle s'irrite, elle casse tout ce qu'elle trouve dans la maison.

Elle n'a pas une bonne relation avec sa petite soeur qui pourtant cherche à jouer avec elle. Elle se bouche régulièrement les oreilles, fait des écritures dans le vide et applaudit. Elle a également une obsession à la propreté.

· Passation du test et présentation du dessin

Julie arrive dans la salle de passation habillée d'un pull-over de couleur blanche et d'un pantalon « jean ». Elle marche très lentement les pieds nus. Dès qu'elle s'assoit sur la chaise, elle fixe le chronomètre pendant longtemps et commence à rire. Toute joyeuse, elle me fixait des yeux pendant que je lui formule la consigne.

Le crayon dans la main droite, Julie retourne la feuille et se met tout de suite à dessiner un rond qui deviendra la tête, puis le bras droit, la main droite, le bras gauche et enfin la main gauche. Les prolongements des bras vers la partie inférieure de la feuille viendront former le tronc. On voit apparaitre respectivement la jambe droite, le pied droit, la jambe gauche et la main gauche.

Elle revient sur le rond et dessine les yeux, la bouche, les sourcils et les cheveux. Elle s'arrête un instant et fait semblant de dessiner avec le doigt dans le vide.

Elle prend le crayon de couleur jaune et colorie les cheveux. Elle reprend le crayon noir et dessine une limite pour les cheveux qu'elle va encore colorier avec le crayon de couleur jaune. Après cela elle appuie son ventre et se met debout.

Lorsque je lui demande où est ce qu'elle veut aller, elle répond « pipi ». Cependant elle ne sort pas mais se rassoit. Elle reprend le crayon de couleur jaune et se met à colorier les cheveux maintenant en se tournant vers moi. Elle se met ensuite à chuchoter en tapotant sur les cheveux de son bonhomme avec son crayon. Elle gomme les yeux et dessine deux autres plus grands, puis colorie les chaussures en noir. Puis, elle se met à répéter : « c'est fini, Burkina Faso, Burkina Faso ». Elle termine son dessin en 10 minutes mais continue de manger le bout du crayon. Elle me regarde prendre des notes, puis chuchote et fait semblant de dessiner dans le vide.

Après cela elle ne cessait de répéter : « c'est fini ».

.

Figure 4: Dessin du bonhomme de Julie (10 ans)

· Analyse normative

Tableau 12: Tableau récapitulatif des scores de Julie (10 ans)

Note par niveau de représentation

Note globale

Tête

Schéma corporel

Vêtement

Couleur

44

15

22

07

08

Calcul du quotient intellectuel (QI)

Date de naissance : 23 Mars 2006

Date de la passation : 27 Novembre 2015

Quotient intellectuel = Age mental/Age réel X 100

Age réel = 9 ans + 8 mois + 4 jours = 10 ans + 4 jours soit 10 ans.

Pour une note globale de 44 on déduit un Age mental de 93 mois soit 8 ans.

QI = 8/10 ans X 100 => QI = 80

- Comparaison des scores partiels

Tête : le score obtenu la situe dans la population de son âge (9 ans et 6 mois à 10 ans et 6 mois).

Schéma corporel :le score obtenu est égaleau score le plus faible de la population de son âge. Ce score correspond en fait à une population dont l'âge est compris entre 7 ans et 6 mois à 8 ans et 6 mois.

· Analyse des caractéristiques graphiques

L'utilisation de l'espace : Julie dessine son bonhomme en retournant l'axe de la feuille. Le bonhomme est bien centré mais n'a pas de support (flottant). La taille et la forme s'adapte bien avec les dimensions de la feuille.

L'utilisation de la couleur : Julie n'utilise que 2 couleurs à savoir la couleur jaune pour les cheveux et le noir pour les chaussures.

Les caractéristiques du trait :les traits sont nets et sont tracés lentement sauf au niveau des cheveux et des jambes où ils sont légers. Il y a une prédominance des lignes droites et des angles droits. Au niveau du tronc nous voyons que les traits sont trop appuyés. On observe également quelques lignes brisées.

· Analyse des caractéristiques du bonhomme

Julie dessine un bonhomme de type robot ayant une taille d'environ 18,7cm. Celui semble figé comme un monument, les avant-bras sont tendus et les coudes retournés. Le bonhomme est bien centré sur la page mais le support (sol) n'est pas représenté. L'âge et le sexe ne sont pas reconnaissables. Les cheveux sont mal représentés et il y a une transparence.

Le niveau des bras ne correspondent pas à la réalité de même que la forme et le nombre des doigts (4 doigts sur la main droite et 6 doigts sur la main gauche). La position des pouces semble indiquer que les mains sont retournées (l'une de face et l'autre de dos). La pupille droite est plus large que la pupille gauche. On ne voit pas les oreilles en dépit de la position de la tête. La bouche est représentée par un rond mal refermé.

De façon générale, il y a une asymétrie entre l'axe gauche et l'axe droit du corps du bonhomme : il y a une différence de largeur et de longueur au niveau des avant-bras et des bras, le pied gauche est plus court et moins réaliste que le pied droit, l'écart entre les cheveux est plus grand du côté gauche, la jambe gauche est mal rattachée au tronc.

· Interprétation du dessin

Julie a unâge mental de 8 ans pour un âge réel de 10 ans soit un retard de 2 ans. Son quotient intellectuel (80) traduit une déficience intellectuelle limite (OMS). L'aspect général du dessin nous renvoie au stade du réalisme intellectuel de Luquet (op.cit.) situé entre 4 et 10 ans. En nous référent aux caractéristiques des stades de Royer (op.cit.), nous pouvons dire que Julie se situe au stade du dessin localisé (6 à 8 ans). Cependant, Julie ne se trouve qu'au tout début de ce troisième stade. En effet, il n'y a pas assez de détails, ni vestimentaires (absence de plis, de boutons, etc.), ni sur les parties du corps (par exemple le sexe n'est pas reconnaissable). En outre, il n'y a pas de détails sur l'environnement (sol, ciel, soleil, etc.).

Les scores partiels se rapprochent de la moyenne mais traduisent un retard notable quant à l'intégration du schéma corporel.

Le bonhomme est bien centré sur la feuille et il y a un retournement; cela traduit une volonté d'affirmation de soi. Nous remarquons une importance des lignes droites, des lignes brisées et des angles droits. Ils nous révèlent aussi bien les dispositions agressives, l'opposition, l'instabilité de Julie mais aussi ses capacités d'organisation. Elle manifeste plus de virilité que de féminité. La lenteur dans le geste graphique peut révéler à la fois une lenteur du fonctionnement cognitif et un certain goût pour l'esthétique.

La pauvreté du dessin en couleur et la prépondérance du vide sur le corps du bonhomme sont le signe d'une instabilité émotionnelle associée à des carences affectives. Julie est une fille qui a tendance à passer à l'acte comme en témoigne l'utilisation de la couleur chaude (jaune). La robotisation du personnage traduit sa psychopathologie (préoccupation autour de l'intégrité et du fonctionnement du corps) et le flottement, une immaturité intellectuelle. Cette immaturité s'observe également à travers la taille de la tête, la forme ronde de la bouche et la présence des yeux aussi grands (et ronds) que la bouche.

Les difficultés de communication et d'établissement de contacts sociaux s'observent à travers l'absence des oreilles, les doigts pointus et des bras qui ne peuvent presque pas être tendus.

La présence des sourcils et de la coiffure témoignent d'un certain goût pour l'esthétisme mais également une confusion d'identité.

Le tronc est représenté par 2 lignes parallèles avec un vide central comme c'est le cas chez les enfants primitifs (Machover, 1949). Les traits sont épais au niveau de ses limites, cela trahit un sentiment d'insécurité au niveau de cette partie du corps. Nous remarquons aussi une difficulté de représentation de l'axe gauche du corps (la jambe gauche est mal reliée au tronc, le pied est plus court, plis, pupille plus petite, cheveux éloignés les uns des autres).

Julie est une fille qui cherche à s'affirmer malgré ses capacités intellectuelles limitées et les troubles que nous pouvons constater au niveau de l'image du corps. Elle a donc besoin d'un cadre structuré dans lequel elle pourra s'exprimer.

Les scores obtenus par nos quatre cas sont assez hétérogènes. Ils indiquent un niveau intellectuel allant de la déficience intellectuelle modérée (Alpha), légère (Brahim), limite (Julie) à un niveau intellectuel moyen (Clément). Le diagnostic au CARS a cependant révélé un autisme léger chez tous ces enfants. Leurs points communs se trouvent dans les carences affectives avérées et les troubles de l'image du corps.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net