WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'optimalité du régime de change dans la zone UEMOA.


par AYA MARIE ESTELLE AMANI epse KONAN
université Félix Houphouet Boigny de Cocody/Abidjan - DEA/MASTER NPTCI option macroéconomie appliquée 2012
  

précédent sommaire suivant

INTRODUCTION

Le choix du régime de change fait partie des décisions de politiques économiques les plus importantes d'un pays ou d'un ensemble de pays. Ce débat a pris de l'ampleur vers le milieu du 20è siècle. En effet, au début du 20è siècle, le système étalon-or a eu du succès. Cependant, il se trouve que ce système a montré une instabilité entre 1914 et 1945, qui marquent respectivement le début de la première guerre mondiale et la fin de la seconde guerre mondiale. En 1944, est adopté le système d'étalon de change or qui donne naissance aux institutions de Bretton Woods. Ce système impose une liberté des changes, des mouvements des capitaux et une stabilité des changes par le maintien des parités fixes. La sortie de la deuxième guerre mondiale a rendu difficile la mise en place de ce système qui ne devint effective qu'à partir de 1955. Dès 1959, l'on constate encore un fonctionnement difficile du système de Bretton Woods. Le Dollar et la Livre Sterling s'affaiblissent tandis que les autres monnaies, notamment européennes deviennent fortes. A la suite de la crise monétaire qui a eu lieu entre 1969 et 1971, on assiste à l'effondrement du système monétaire de Bretton Woods. L'on passe alors du régime de change fixe au régime de change flottant.

Cette problématique du choix du régime de change a plusieurs fois été abordée, notamment par Daly (2007) et Diop et Fall (2011). Daly (2007) a étudié le choix du régime de change pour les économies émergentes, quand Diop et Fall (2011) se sont intéressés au choix du régime de change dans les pays de la Communauté Economique Des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Pour les pays de la CEDEAO, les auteurs ont préconisé un taux de change intermédiaire tandis que pour les économies émergentes, ils ont préconisé une plus grande flexibilité du taux de change au fur et à mesure que le compte du capital est libéralisé afin de préserver un certain degré d'indépendance monétaire.

La question du choix du régime de change se pose également pour les pays de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). Ces pays ont toujours été régis par un régime de change fixe entre le Franc CFA et le Franc Français puis l'Euro à partir de 1999. La coopération monétaire existante entre la France et ces pays consiste pour ces derniers à verser 50% de leurs avoirs extérieurs, c'est-à-dire de leurs réserves de change dans un compte appelé compte d'opération détenus par le trésor Français afin de garantir la parité fixe et la

AMANI Aya Marie Estelle, DEA/MASTER NPTCI 4ème promotion 12

convertibilité illimitée du Franc CFA. Cela oblige la Banque Centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) à privilégier l'objectif de stabilité des prix afin d'assurer à long terme la soutenabilité du taux de change et la compétitivité des économies de l'UEMOA. C'est dans cette optique que la BCEAO a une cible d'inflation de 2%. Ce taux d'inflation cible apparaît trop restrictif pour certains auteurs dont Nubukpo (2007), pour des pays qui recherchent une forte croissance économique, notamment de 7% comme le prescrivent les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

Le débat sur l'existence ou non de la courbe de Phillips reste prépondérant pour les pays de l'UEMOA. Des études empiriques répondent à cette préoccupation en montrant qu'il y a un effet non linéaire de l'inflation sur la croissance économique dans la zone UEMOA. Les études de Sarel (1996) sur les pays développés et les pays en développement montrent qu'en dessous du seuil de 8%, l'inflation a un impact positif sur la croissance économique mais au-delà de ce seuil, l'effet devient nuisible. De même, Khan et Senhadji (2001) ont par ailleurs trouvé que le niveau d'inflation acceptable se situe entre 1% et 3% pour les pays développés et entre 11% et 12% pour les pays en développement.

Lorsqu'on constate, à travers Nubukpo (2007), que l'inflation dans les pays de la zone UEMOA n'est pas seulement un phénomène monétaire mais provient principalement des aléas climatiques, et devant l'objectif principal de la BCEAO de lutter contre cette inflation, il serait judicieux de réviser le régime de change de l'UEMOA.

Dès lors, la question fondamentale de notre recherche est de savoir, quel régime de change serait optimal pour la zone UEMOA. Plus précisément, quel est l'impact du taux de change réel Euro/CFA sur la croissance économique des pays de l'UEMOA ? Quel est le taux de change réel qui a un impact positif sur la croissance économique des pays de l'UEMOA ?

L'objectif général de cette étude est d'examiner le lien entre le taux de change et la croissance économique dans l'UEMOA.

De façon plus spécifique, l'étude vise à :

- mesurer l'impact du taux de change réel Euro/CFA sur la croissance économique des pays de l'UEMOA ;

AMANI Aya Marie Estelle, DEA/MASTER NPTCI 4ème promotion 13

- déterminer le taux de change réel optimal qui assure une croissance économique positive aux pays de la zone UEMOA.

Pour ce faire, nous supposons que :

- Le taux de change réel est négativement lié à la croissance économique pour les pays de la zone UEMOA ;

- La flexibilité du régime de change est positivement liée à la croissance économique des pays de la zone UEMOA.

Pour répondre à ces différentes questions, notre travail s'articulera autour de deux principaux axes : le premier exposera les fondements théoriques du régime de change tandis que le deuxième traitera les analyses empiriques. La première partie comporte deux chapitres dont le premier traite des déterminants du choix du régime de change et le deuxième aborde la revue de la littérature. La deuxième partie comporte aussi deux chapitres dont le premier expose la méthodologie d'étude, tandis le deuxième chapitre donne les résultats et interprétations des études empiriques menées.

Le choix du régime de change par un pays ou un ensemble de pays passe par plusieurs critères. Nous allons analyser dans cette partie ce qui peut donc motiver le choix d'un régime de change. Puis, nous allons aborder les différentes théories du taux de change réel d'équilibre et parcourir la littérature concernant le régime de change optimal. Concernant la zone UEMOA, nous allons étudier les réalités auxquelles est confrontée cette zone dans la mise en place de la politique monétaire et de la politique budgétaire de chaque Etat.

précédent sommaire suivant