WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Effets de la hausse des prix des denrées alimentaires sur la consommation des ménages au Togo.


par Moubarak DJIGBA
Université de Lomé - Master en Economie 2012
  

précédent sommaire suivant

2.2.2- Spéculation et restrictions à l'exportation sur le marché des denrées alimentaires

La spéculation sur les contrats à terme des marchandises entraîne - t - elle une augmentation de la volatilité des prix sur les marchés alimentaires ? Certains économistes répondent que non, suggérant plutôt que les marchés à terme ont un effet stabilisateur, puisque les commerçants se contentent de réagir aux signaux donnés par les prix qui dépendent des fondamentaux du marché. De cette façon, la spéculation pourrait même accélérer le processus de découverte d'un prix d'équilibre (Friedman, 1953 ; De Jasay, 2008).Cette théorie ne fonctionne cependant pas en présence d'investisseurs qui suivent la tendance ou d'investisseurs qui ont un pouvoir de marché élevé. Par exemple, à court terme, uninvestisseur pourrait être attiré par les possibilités offertes par la tendance à la hausse des prix des produits bien que cette augmentation ne puisse être fondée sur aucune donnée fondamentale. Ces idées spéculatives pourraient renforcer la tendance et faire augmenter le prix à terme plus haut que son véritable cours d'équilibre, surtout si de nombreux investisseurs suivent la même tendance («effet de mimétisme») ou si ceux qui investissent ont suffisamment de fonds pour influencer le marché (Lieberman, 2008).

L'afflux de capitaux spéculatifs dans le secteur des produits de base (y compris les denrées alimentaires) sur un marché mondial de plus en plus interconnecté est un autre facteur. Il apparaît de plus en plus probable que l'envolée mondiale des prix des produits alimentaires est liée à l'instabilité et aux turbulences récentes constatées sur les marchés financiers, hypothécaires et immobiliers de la plupart des pays développés. Les spéculateurs à la recherche d'actifs promoteurs, ont réorienté leurs portefeuilles vers les biens alimentaires (contrats d'arbitrage sur indices, contrats à terme et contrats d'option sur les produits de base).Cette situation incita certains pays à entreprendre la limitation d'une manière directe ou indirecte leurs exportations de produits alimentaires, afind'accumuler des stocks nécessaires devant permettre de répondre temporairement aux besoins du marché intérieur (Christiaensen, 2009).Malheureusement, l'adoption de ces politiques ont exacerbé plus encore les marchés régionaux et mondiaux des produits alimentaires, et réduire l'offre mondiale de ces produits.Raisonnant dans la même logique, l'agenceIFPRI trouve que l'accroissement de la production de biocarburants et du prix de pétrole, la dépréciation du dollar américain, les restrictions à l'exportation, et les achats de panique, sont identifiés comme facteurs majeurs concourant à faire varier les prix. Une autre étude de Joe Glauber (Economiste en chef de l'USDA, 2008) sur le rôle joué par des restrictions à l'exportation lors de la crise alimentaire de 2007/2008, trouve que celles - ci ont contribué à hauteur de 20% à l'envolée des prix du blé.

précédent sommaire suivant