WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Effets de la hausse des prix des denrées alimentaires sur la consommation des ménages au Togo.


par Moubarak DJIGBA
Université de Lomé - Master en Economie 2012
  

précédent sommaire suivant

2.2.3- Coûts de l'énergie, biocarburants et sécurité alimentaire

Les prix élevés de l'énergie ont fait augmenter le coût de la production agricole et de la transformation et distribution des produits alimentaires en majorant le coût des intrants tels que les engrais, les semences et pesticides ; ainsi que les coûts d'exploitation du matériel agricole et des opérations d'irrigation, de transport et de transformation. Alors que la part de l'énergie dans le coût de la production agricole est d'environ 4% dans la plupart des pays développés, elle est de 8 à 20% dans certains pays émergents et en développement, comme le Brésil, la Chine et l'Inde (IFPRI, 2008).

L'industrie des biocarburants a aussi créé un nouveau lien entre les marchés et les prix de l'énergie et des produits agricoles. L'augmentation continuelle des prix de l'énergie a tiré à la hausse la demande de biocarburants et, par conséquent, leurs prix. Cela afait augmenter de manière directe la demande et les prix des produits utilisées comme matières premières dans la production de biocarburants et, de manière indirecte, sans doute aussi les prix des autres produits qui sont en concurrence avec aux - tout en contribuant à faire augmenter les prix des autres produits alimentaires achetés à titre de substitution ainsi que les prix du foncier. La demande de biocarburants a donc été un important facteur dans la hausse des prix mondiaux des produits agricoles de ces dernières années (OCDE - FAO, 2008 ; Collins, 2008). Toutefois, la nature de ce lien est mitigée, et il semble qu'elle varie selon les intrants de la production du biocarburant, le volume des échanges, et les possibilités de substitution. Par exemple, 1.4%seulement du blé est utilisé pour produire des biocarburants dans l'Unioneuropéenne, et environ 0.6 % seulement au niveau mondial. Le prix du rizs'est envolé de 165 % entre avril 2007 et avril 2008 quand bien même il ne sertpas à produire des biocarburants, et que rien ne permet de croire a priori que desterres où le riz était cultivé aient été transformées en zones de production desintrants pour les biocarburants. Mais on ne sait pas clairementà quel moment il y a eu un effet de substitution de la demande à cause dela hausse des prix des autres céréales.

Au regard de toutes ces affirmations, il s'avère donc impérieux de continuer à mener des réflexionssur l'explication des liens entre les prix de l'énergie, lesbiocarburants, les mesures liées au commerce, les effets directs et indirectssur l'offre, et les prix des produits agricoles et conséquences pourla sécurité alimentaireavec une prise en compte adéquate de laproblématique de la durabilité (Collins, 2008).

précédent sommaire suivant