WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Effets de la hausse des prix des denrées alimentaires sur la consommation des ménages au Togo.

( Télécharger le fichier original )
par Moubarak DJIGBA
Université de Lomé - Master en Economie 2012
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

CHAPITRE 3 : EVALUATION ECONOMETRIQUE DE L'EFFET DES HAUSSES DE PRIX DES PRODUITS ALIMENTAIRES SUR LA CONSOMMATION AU TOGO

L'objectif de ce travail est d'appréhender l'importance de la hausse de prix des denrées alimentaires sur la consommation des ménages au Togo. L'évaluation de cet impact se fera à l'aide d'un modèle économétrique. A cet effet, il s'agira alors d'estimer une relation entre l'état de bien - être économique des ménages et la hausse récurrente des prix alimentaires constatée au cours de ces deux dernières décennies.

Et afin de s'affranchir des aléas dus à l'application des méthodes de régression linéaire classique sur des données évoluant dans le temps, les développements récents sur l'économétrie des séries temporelles seront utilisés.

3.1- Méthodologie

3.1.1- Modèle et données

Dans la littérature économique, l'approche traditionnelle et conventionnelle utilisée pour mesurer l'impact des changements de prix sur le bien - être ou la consommation des ménages, repose sur l'analyse d'effet de la variation des prix sur le surplus du consommateur et/ou du surplus du producteur. De plus, du fait de la nature ambigüe de certains ménages (à la fois producteurs et consommateurs), un autre concept plus usuel fut développé, le modèle de la variation compensatoire de Hickstout en intégrant les extensions de Taylor (voir annexes).Cependant, en raison de l'indisponibilité et de la difficulté des données relatives aux différentes variables de cette méthodologie, la notion de variation compensatoire établie par Hicks ne pourrait être utilisée dans le cadre de cette étude.

Ainsi, du fait de toutes ces considérations et del'intérêtdel'étude qui estd'évaluer et d'analyser l'impact des hausses de prix des denrées alimentaires sur la consommation des ménages au Togo, nous utiliserons un modèlestructurel à équations simultanées. Une relation nous permettra d'identifier les principaux déterminants de la hausse des prix des denrées alimentaires ; et une autred'évaluer l'impact de la flambée des prix sur la consommation des ménages au Togo.La modélisation repose sur l'hypothèse que l'évolution de la société en générale et de l'économie en particulier, est approchée par la description du comportement dynamique.

De manière synthétique, la consommation d'un ménage, est déterminée par le revenu du ménage, les prix des biens et services, l'indicateur de préférence pour la consommation présente ou future, et éventuellement d'autres variables socio - économiques.

En outre, l'évolution des prix des produits alimentaires dépend d'un certain nombre de facteurs tels que les facteursclimatiques (captés ici par la pluviométrie, PLU), les facteurs conjoncturels (captés par les importations alimentaires, MA ; et la production alimentaire domestique, PA), et les facteurs structurels (captés par le PIB réel, PR). Ainsi nous essayerons de voir l'influence de ces facteursdans l'explication de la hausse des prix des denrées alimentaires dont l'indicateur est l'indice des prix alimentaires (IPA), et leur impact sur la consommation (captée par les dépenses de consommation finale des ménages, DCM).

On a donc :

En remplaçant l'équation [2] dans l'équation [1],on obtient :

Cependant, en raison des soucis liés à la stationnarité des variables, les indicateurs des différentes variables de l'étude sont reconvertis en taux de croissance. Ce qui nous permet de réécrire notre modèle structurel sous cette forme :

En principe, une hausse de PLUdevrait entraîner une variation positive de DCMsuite à de bonnes récoltes (PA) ; et par conséquent une baisse de prix suivie d'une amélioration du pouvoir d'achat. De même, une hausse de PR doit a priori entraînerégalement une variation positive de DCM.Ensuite, unevariation de la valeur totale des MA suite à un accroissement des prix mondiaux des produits alimentaires, affecte d'une manière ou d'une autre la valeur totale des dépenses de consommation des ménages. Enfin, une production alimentaire nationale (PA) suffisante peut permettre de faire baisser les prix de ces produits, et ceteris paribusd'accroître la consommation.

La consommation d'un bien dépend de sa nature (bien inférieur ou normal) et de sa valeur marchande. Pour un bien normal de première nécessité (cas des denrées alimentaires), il existe une relation négative en termes de quantités consommées entre la valeur marchande et la consommation de ce bien. Cependant en termes de valeur dépensées ou déboursées, la relation est un peu mitigée. Tout dépend de la nature des ménages (consommateurs ou producteurs purs, pauvres ou riches, urbains ou ruraux, etc.)

Les séries sont disponibles en séries trimestrielles à l'exception de DCM, PR,MA et PA. Et pour ces séries, nous avons utilisé la procédure d'interpolation de données trimestrielles à partir de données annuelles proposée par Goldstein et Khan (1976).Les estimations sont donc faites sur séries trimestrielles, couvrant la période allant de Mars 2000 à Septembre 2011.

Le choix des observations trimestrielles plutôt qu'annuelles s'expliquent par notre souci de faire une analyse d'impact du plus court terme ; car les délais d'ajustements et les anticipations dans la consommation des ménages suite aux variations de prix des produits, sont de courtes périodes (relativement moins d'un an).

précédent sommaire suivant