WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Effets de la hausse des prix des denrées alimentaires sur la consommation des ménages au Togo.

( Télécharger le fichier original )
par Moubarak DJIGBA
Université de Lomé - Master en Economie 2012
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION

La forte augmentation de prix des produits alimentaires constatée ces dernières années a remis en cause l'ensemble des stratégies de réduction de la pauvreté et de croissance consenties par les pays en développement et en particulier les pays africains, où les achats alimentaires représentent plus de 60% des revenues des ménages. Cependant, ces évènements ne doivent pas nous faire oublier que la problématique de la maîtrise des prix des produits alimentaires de base, s'est toujours posée avec d'autant plus d'acuité, que les marchés sont de nature extrêmement volatiles. Un fait contraignant pour un pays en développement comme le Togo, est que les incertitudes sur les prix des denrées alimentaires compromettent toute perspective de développement agricole, d'allocation optimale des ressources, d'équité sociale et de préservation des revenus des pauvres.

Fort de ce constat, la compréhension des facteurs qui gouvernent la dynamique ou hausse des prix des produits alimentaires se révèle être un enjeu important de politique économique et sociale ; car elle permet sinon de repérer les imperfections du marché et de procéder à leurs corrections, ou du moins de mieux prévoir les chocs de nature à perturber la stabilité des marchés. De plus, cette flambée des prix des produits alimentaires accroît la proportion des pauvres et crée des troubles sociaux dans le monde en développement. Elle se traduit aussi dans les pays importateurs comme exportateurs, par un certain nombre de politiques à court terme qui risquent d'exacerber la volatilité des marchés mondiaux. Plus encore, la hausse des prix alimentaires aura pour effet de stimuler l'offre lorsque les signaux du marché sont transmis aux agriculteurs qui ont la capacité d'accroître la production, et lorsque les infrastructures de transport et commercialisation existante permettent d'approvisionner le marché.

La présente étude s'est donc intéressée à appréhender l'évolution de la consommation finale des ménages dans le comportement dynamique des prix des denrées alimentaires au Togo (en particulier celui des hausses).

Dans un premier temps les faits stylisés ont révélé que les prix intérieurs sont moins volatiles que les cours internationaux des denrées alimentaires, en raison notamment de la nature des produits consommés, de la stabilité du taux de change et des mécanismes internes de régulation des prix.Ensuite, l'analyse empirique a révélé que la valeur ou le montant des dépenses de consommation finale des ménages, est significativement corrélées aux facteurs structurels (le produit intérieur brut) et conjoncturels (les importations alimentaires) de la flambée des prix des produits alimentaires domestiques.Ce constat permet d'infirmer la première hypothèse de l'étude. Le revenu national (PIB réel) s'est révélé significatif dans l'explication des dépenses de consommations finales. Cependant, lui seul ne détermine pas le revenu échu des ménages ; car une autre partie des revenus des ménages provenant du circuit informel, semble avoir été ignorée. En outre, les importations alimentaires se sont révélées être un bon indicateur de la consommation des ménages au Togo.

En outre, l'impact induit par rapport au niveau du pouvoir d'achat des ménages, n'est pas a priori figé ; car il varie en fonction du groupe de ménages. Pour un ménage rural, l'effet d'une hausse de prix alimentaires sur le pouvoir d'achat, est négatif et relativement moindre qu'un ménage urbain. De même, l'effet est relativement moindre pour un ménage riche et alarmant pour celui pauvre. En outre, un ménage producteur pur apprécie les hausses de prix des denrées alimentaires aux dépends d'un ménage consommateur pur qui les voit d'un oeil malveillant. Les répercussions des chocs de prix sur les ménages ont gagné en complexité si bien que qu'elle que soit la politique de stabilisation mise en oeuvre par les autorités publiques, elles auront raison d'au moins un groupe de ménages. L'idéal serait d'initier des politiques qui profitent à une plus grande majorité des ménages (analyses hypothético - déductives).

Enfin, l'analyse de l'impact de la hausse de prix de certains produits alimentaires consommés au Togo, a révélé que le riz importé et le sucre en poudre (essentiellement des produits importé) et le maïs et le sorgho (essentiellement des produits locaux) ont des effets négatifs sur les dépenses de consommation des ménages ; tandis que le mil et le riz local (essentiellement des produits locaux) ont des effets positifs.

La tendance actuelle des prix produits alimentaires peut donc représenter une véritable opportunité de promouvoir le développement agricole et rural dans de nombreux pays à faible revenu et à déficit vivrier comme le Togo, sous condition de créer dans les meilleurs délais un environnement propice en termes de politiques agricoleset de mesures de soutien.

précédent sommaire suivant