WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Effets de la hausse des prix des denrées alimentaires sur la consommation des ménages au Togo.

( Télécharger le fichier original )
par Moubarak DJIGBA
Université de Lomé - Master en Economie 2012
  

précédent sommaire suivant

1.2.4- Bilan des productions animales (y compris halieutiques)

Globalement, la production animale n'arrive pas à satisfaire toute la demande nationale, excepté les porcins. Par exemple de 2003 à 2008, le taux de couverture des besoins en produits d'élevage est largement déficitaire (environ 70%). Et pour combler ce déficit, le Togo importe d'importantes quantités de viande.

Pour ce qui est des halieutiques, le taux de couverture de la consommation nationale est inférieur à 50%, et risque de s'aggraver à l'avenir en raison de la faiblesse des ressources maritimes et de la surexploitation des ressources lagunaires. Le potentiel d'amélioration résiderait éventuellement dans le développement de la pisciculture ; et de façon plus générale, dans la rationalisation de l'exploitation des ressources halieutiques continentales. Les captures nationales en pêche maritime artisanale représentent en valeurs 3.5 à 4 milliards de F CFA en moyenne au cours des dix dernières années ; alors que les importations s'élèvent à 19 900 tonnes en2006 contre 29 800 tonnes en 2010, pour une valeur respectivement de 5.5 milliards et 8.2 milliards de FCFA.

1.2.5- Les exportations

Le Togo exporte de très petites quantités de denrées alimentaires en particulier les céréales. Mais certains produits dérivés des tubercules notamment le Gari et le Tapioca, sont exportés. Ces exportations représentent au moins 15% des recettes d'exportations du Togo. Ce qui est relativement faible par rapport aux autres secteurs d'activité.

1.2.6- Les importations

Le Togo achète des quantités considérables de produits alimentaires pour consolider ses disponibilités alimentaires. Parmi ces produits figurent en bonne place le riz, le blé, les pâtes alimentaires et les protéines animales. Le Togo importe annuellement au moins 30 000 têtes de bovins, 40 000 têtes de petits ruminants, et un million de volailles. En 2002, il a importé pour 24.327 milliards de F CFA de produits alimentaires (TCHEMI et al, 2009). En 2007, le pays a dépensé environ 7,14 millions $EU pour l'importation de poisson et 2,92 millions $EU pour celle de la viande (DGSCN, 2008).

Figure 5 : Evolution de la facture des importations de riz au Togo (en millions de FCFA CAF) de 1995 à 2009

Source : Statistiques de la BCEAO (2010) et estimations de l'auteur.

La tendance de la facture des importations de riz montre la dépendance non négligeable du Togo vis - à - vis de l'extérieur pour sa consommation de riz. Ce qui fait que toute variation du prix international de ce produit, l'affecte substantiellement.

Il faut reconnaître toutefois qu'une quantité non négligeable de produits alimentaires importés, est réexportée par des circuits informels à cause de la porosité des frontières. Le taux de couverture des importations alimentaires par les exportationsrestelargement très insuffisant.

précédent sommaire suivant