WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Cartographie de l'évolution spatio-temporelle de la ville de Niamey (Niger) et évaluation de l'état de sécheresse moyennant les outils SIG et télédétection.

( Télécharger le fichier original )
par Mamane Barkawi MANSOUR BADAMASSI
Université Mohamed V Agdal - Master spécialisé 2016
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

I.2.2 Caractéristiques climatiques

La ville de Niamey est caractérisée par un climat de type sahélien qui désigne une zone de transition, à la fois floristique et climatique, entre le domaine saharien au nord et les savanes du domaine soudanien (à ne pas confondre avec le pays du même nom), où les pluies sont substantielles, au sud. Les précipitations s'étalent sur trois à quatre mois (juin à septembre) dans l'année suivie d'une longue saison sèche (octobre à mai) (Sanda Gonda H., 2009). La saison des pluies (juin à septembre) (figure 2) est marquée par un flux de sud-ouest : « la mousson ». Il apporte au début de la saison des pluies des tempêtes de sables, dans lesquelles de nombreuses averses et des orages très violents se développent, avec un pic en août (Tableau 1). Cette période correspond au passage du Front intertropical (FIT) au-dessus des pays sahéliens et sub-sahéliens. Malgré les températures beaucoup plus modérées (minimum 16,1°C et maximum entre 40 à 47°C), le ressenti est toujours lourd, en raison de la forte humidité ambiante (Niamey., 2016). La période d'été correspond aux mois de mars, avril et mai.

Tableau 1 : Données climatiques de la ville de Niamey

P. mm

250 200 150 100 50

0

 

125 100 75 50 25 0

T. °c

J F M A M J J A S O N D

Figure 2 : Précipitation et courbe de température de la ville de Niamey tiré à partir de (Géologie du Sud-Ouest-Niger., 1981)

17

Projet de fin d'étude CRASTE-LF 2016 : Cartographie de l'évolution spatio-temporelle de la ville de Niamey (Niger) et évaluation de l'état de sécheresse moyennant les outils SIG et Télédétection

Partie I. Présentation de la zone d'étude/Concepts et méthodologies

I.2.3 Caractéristiques géologiques

Des études géologiques ont été réalisées dans l'ouest du Niger entre autres par [Greigert (1961, 1963), Greigert et Pougnet (1967), Machens (1966, 1967, 1973) et Ferier (1981)] (Géologie du SO-Niger., 1981). Pour ces auteurs, la partie ouest du Niger, où se localise notre zone, est située sur diverses formations du socle précambrien ouest africain (région du Liptako-Gourma à l'ouest, Aïr au nord-est) et sur des formations Paléozoïques, Mésozoïques et Tertiaires du Bassin des Iullemeden qui s'étendent de l'Algérie au Mali vers le Bénin et le nord du Nigéria.

I.2.4 Caractéristiques hydrographiques

Le fleuve Niger et ses affluents constituent l'essentiel du réseau hydrographique dans la ville de Niamey (figure 3). Ils constituent pour cette ville un atout naturel remarquable et draine une superficie de 700 000 km2 en amont de Niamey avec un débit maximum journalier d'environ 2340 m3/s (Sanda Gonda H., 2010). La période des hautes eaux correspond aux mois de décembre-janvier, celle des basses eaux aux mois de mai-juin. Les abords du fleuve sont le domaine de la riziculture et de cultures de contre-saison (jardinage). Le réseau hydrologique secondaire est saisonnier.

Figure 3 : Reseaux hydrographiques de la ville de Niamey, extrait à partir du MNT SRTM et validé avec une carte topographique (1/20 000)

18

Projet de fin d'étude CRASTE-LF 2016 : Cartographie de l'évolution spatio-temporelle de la ville de Niamey (Niger) et évaluation de l'état de sécheresse moyennant les outils SIG et Télédétection

Partie I. Présentation de la zone d'étude/Concepts et méthodologies

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net