WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les collections "femmes" de Jeanne Lanvin 1909 -1946 et leurs inspirations artistiques.

( Télécharger le fichier original )
par Clémentine BROSSEAU
Paris 1 Panthéon Sorbonne - Master 1 recherche dà¢â‚¬â„¢histoire de là¢â‚¬â„¢art 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

A.2 -- Pablo Picasso et Henri Matisse dans les modèles de Jeanne Lanvin.

Jeanne Lanvin collectionne aussi des oeuvres d'art qui lui sont contemporaines, elle ne reste pas figée sur les oeuvres du passé189. Ainsi, dans sa collection de tableaux se trouvent des artistes comme Étienne-Adrien Drian (1885-1961), mais aussi des oeuvres d'avant-garde, bien que peu nombreuses. Pour l'instant, seules trois oeuvres sont connues. Une oeuvre de Georges Braque (1882-1963) : le Profil à la palette en 1939 ; une oeuvre de Roger de Fresnaye (18851925) en 1923 : l'Écossais et La coiffure de Pablo Picasso (1881-1973) de 1922 (Annexe I). Jeanne Lanvin rend hommage à Pablo Picasso en nommant un de ses modèles par son nom en 1929. Alors, que l'abstraction voit le jour dans les milieux artistiques, la couturière réalise une série de quatre pulls nommés des « sweaters », d'une modernité notable. Ces derniers sont de couleurs unies blanches ou bleu marine avec un col en V. Cependant, sur le devant de chaque pull figurent des motifs géométriques abstraits. L'un de ces modèles porte le nom de Piccasso, le lien avec l'artiste Pablo Picasso est évident malgré le rajout de la lettre « C » (ill. 12). C'est un modèle de 1929, le pull est de couleur bleu marine avec un col en V et stylisé de motifs rectangulaires sur le devant, puis de lignes verticales aux poignets et à la taille. Les motifs géométriques sur le devant du pull sont deux rectangles et un carré rouge sur le côté gauche. Pour séparer les deux rectangles rouges, Jeanne Lanvin place un rectangle beige en forme de S, puis un autre rectangle beige est présent en bas à droite, et un sur le haut de la manche droite du vêtement. Il est possible que le rajout de la lettre « C » soit une erreur. En effet, dans l'index des modèles réalisés par Jérôme Picon dans son ouvrage190, un modèle Picasso est nommé, daté lui aussi de 1929. Ainsi, le nom du modèle Piccasso présent sur le dessin du « sweaters » est très probablement une erreur de l'époque, corrigée ensuite par Jérôme Picon. Un autre « sweater » fait référence à l'avant-garde artistique du XXème siècle. Il s'agit du modèle Cubiste de 1939 (ill. 12). Il s'agit d'un pull sans manches avec une encolure en V. Le modèle est beige foncé et accompagné de motifs sur le devant. Le décor est composé d'une large bande noire oblique parcourant le pull du haut gauche au bas droit. Il y a aussi deux lignes jaunes qui se croisent dans le bas gauche du pull. De plus, une fine ligne noire parallèle à la plus grande bande jaune. Un côté de l'encolure est aussi marqué de la couleur jaune. Là encore, ce « sweater » est décoré de motifs géométriques d'une modernité remarquable, et rappelle les oeuvres géométriques omniprésentes en ce début du siècle.

189 Christie's France, Collection Jeanne Lanvin Fondation Polignac Kerjean et Forteresse de Polignac, Paris, 1er Décembre 2008.

190 PICON, Jérôme, Op. Cit., p. 383.

46

Jeanne Lanvin s'inspire aussi de l'oeuvre d'Henri Matisse (1869-1954) avec la robe Arabesque de 1939 (ill.13) : il s'agit d'une longue robe à col rond, et aux manches évasées. Sur tout le long de la robe figure des motifs d'entrelacs, mais surtout des arabesques. Ce modèle est photographié à l'époque sur un faux mannequin. Il semble que ce soit une photographie provenant d'un journal191 (ill. 13). La photographie prise en 1940 présente le modèle sur un mannequin non vivant assis sur une table. Au second plan, une représentation d'une oeuvre de Matisse composée des mêmes motifs que la robe est visible. L'oeuvre de Matisse représentée sur la photographie est : La leçon de piano de 1916192 (ill. 13). La couturière s'inspire ici des motifs arrondis de Matisse présents dans la plupart de ses oeuvres. Sur la photographie sous le visage représenté dans l'oeuvre se trouvent deux lignes arrondies se rejoignant. Ce motif est présent de manière verticale sur la robe de Jeanne Lanvin, au niveau des manches et sur les côtés de la robe, puis sur la poitrine. Le motif en bas de l'oeuvre de Matisse est une longue ligne sinueuse avec des points dans les zones creuses, ces éléments se retrouvent sur le devant de la robe en dessous de la ceinture. Jeanne Lanvin ici reprend les arabesques présentes dans l'oeuvre de Matisse. Cette photographie est intéressante, elle démontre l'influence des arts plastiques dans les créations de Jeanne Lanvin. Cette dernière l'affirme avec ce style de photographie, où est représenté un modèle avec l'oeuvre picturale dont elle s'est inspirée. Le décor montre aussi un goût pour les arts en général de la part de la couturière, avec ces colonnes massives décorées de motifs figuratifs. Un autre modèle de Jeanne Lanvin fait preuve d'une inspiration au niveau des arabesques. Il s'agit de la robe de 1931, dont le nom est sans équivoque : Arabesque (ill. 14). C'est une robe en tulle de soie noire, avec des applications de tulle de soie blanc pour créer le décor. Ce motif occupe la totalité de la surface de la robe. Les motifs ne sont pas remplis, seule la ligne est présente. Cet élément peut rappeler la ligne de Matisse, une fine ligne de dessins. Cependant, l'inspiration reste légère ici et ne permet pas d'affirmer une comparaison directe entre le modèle Arabesque de 1931 et l'oeuvre d'Henri Matisse. Le rapprochement entre les deux artistes est plutôt théorique, car chez chacun le décor tient un statut emblématique. Dans les années 19201930, des éléments comme les arabesques d'un papier peint, le fer forgé d'une rambarde ou les feuilles d'une plante sont des éléments aussi essentiels que les arts majeurs193. Finalement, chez Henri Matisse, l'ornement est aussi noble que le reste de l'oeuvre et c'est une idée

191 Photographie tirée d'un journal dont le nom n'est pas connu. Pas daté. Photographie disponible à la bibliothèque municipale Forney à Paris.

192 Henri Matisse, La leçon de Piano, 1916, Huile sur toile, 245,1 x 212,7 cm, Museum of Modern Art, New-York.

193 FELICI, Lucio (dir.), Encyclopédie de l'Art, Paris, Libraire Générale Française, 2005. Notice sur Henri Matisse.

47

présente dans les modèles de Jeanne Lanvin. Les détails d'une grande finition sont l'une des caractéristiques des créations de Jeanne Lanvin, cela se retrouve dans les surpiqures, les broderies ou des techniques comme l'appliqué. De manière générale, les robes de Jeanne Lanvin sont assez sobres dans leurs couleurs unies et leurs coupes élégantes, et ce sont souvent les détails qui amènent l'originalité et le style aux créations de la couturière194. Cette idée que l'ornement est inséparable du décor est aussi un principe fort de l'Art Nouveau, mouvement contemporain à Jeanne Lanvin qui l'a certainement influencé.

Ces artistes appartiennent aux mouvements artistiques d'avant-gardes du XXème siècle, particulièrement influents dans les années 1920 dans le milieu de la mode et de la décoration. Un style comme le cubisme est souvent repris par des motifs géométriques et anguleux. Jeanne Lanvin comme d'autres couturiers se laisse influencer par ces artistes avant-gardistes, et s'ouvre vers un mouvement artistique contemporain de ses collections : l'Art déco.

précédent sommaire suivant