WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les collections "femmes" de Jeanne Lanvin 1909 -1946 et leurs inspirations artistiques.

( Télécharger le fichier original )
par Clémentine BROSSEAU
Paris 1 Panthéon Sorbonne - Master 1 recherche dà¢â‚¬â„¢histoire de là¢â‚¬â„¢art 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

C.2 -- Les décolletés de Raphaël.

Dans l'ouvrage écrit par Janine Alaux, cette dernière affirme que Jeanne Lanvin s'est inspirée des décolletés peints par l'artiste Raphaël : « [É] les décolletés « tentant », séduisantes dérives de ceux des Vierges de Raphaël »263. C'est un peintre italien né en 1483 et mort en 1520, également architecte. Ses oeuvres se caractérisent par une composition claire, un espace structuré, un naturel dans les attitudes, une précision du dessin, une finesse et une variété physionomique et psychologique. Raphaël représente de nombreuses figures féminines. Il voue un véritable culte pour la femme dans ce qu'elle a de chaste, d'où les nombreuses représentations de vierges, mais aussi dans ce qu'elle a de séduisant et de secret. Jeanne Lanvin étudie certainement Raphaël grâce aux ouvrages d'art de l'époque, dont le Kunstler Monographien, présent dans sa bibliothèque, qui recensent dans un de ses tomes des gravures des oeuvres de Rapha`l264 dont La Madone à la prairie, peinte par Raphaël entre 1505 et 1506 (ill. 37) ou La belle Jardinière réalisée vers 1507265 et le tome Raphaël de la collection des Classiques de l'art édité par Hachette, qui regroupe la totalité des oeuvres de l'artiste.

Les vêtements peints par Raphaël sont caractérisés comme la plupart des tenues féminines du quattrocento par une fluidité et une finesse du tissu. Ceux de Raphaël offrent une palette de couleurs plus variées et distinctes. La majorité de ses tenues sont composées de motifs stylisés, mais le peintre est principalement reconnu pour ses décolletés. La poitrine des personnages est souvent bombée pour attirer le regard du spectateur vers le cou de ses personnages féminins. Dans ses tenues, le décolleté est arrondi ou rectangulaire, et majoritairement délimité du reste de la tenue, par des bandes noires ou dorées de plusieurs centimètres. Ce sont principalement ces décolletés qui ont influencé Jeanne Lanvin. Il est

263 ALAUX, Janine (dir.), Op. Cit., p. 22.

264 PICON, Jérôme, Op. Cit., p. 101.

265 KNACFUSS, Hermann, Raffael, Collection K·nstler-Monographien, Bielefeld Leipzig : Velhage & Klasing, 1895.

64

courant que des bijoux se trouvent au centre du décolleté certainement pour attirer l'oeil du spectateur. La peinture, La dame à la licorne, de 1505-1506266 (ill. 36), reprend cette caractéristique. La femme est vêtue d'une robe rouge et beige, avec autour de son cou un sautoir qui se termine au niveau de sa poitrine. Le bijou est composé d'une chaîne simple qui se resserre vers une pierre précieuse rectangulaire rouge, certainement un rubis. En dessous de la pierre se trouve une perle accrochée. Au niveau du décolleté de sa robe se trouve une bande rouge de tissu pour délimiter le vêtement de la peau. La couturière utilise cette technique d'une bande au niveau du décolleté pour le séparer du reste de la tenue. Elle s'en sert surtout sur des modèles faits du bleu Lanvin, comme les modèles Donatienne et Vitrail de 1920-1921 (ill. 36). Les deux sont composés d'une bande noire large au niveau d'un décolleté arrondi. La couturière réinterprète particulièrement l'idée de bijoux au niveau du décolleté, comme avec le modèle Mille et Une nuits de 1925 (ill. 24), décrit auparavant. Dans ce modèle, des pans de tissus totalement brodés de perles nacrées sont cousus au niveau de l'encolure, donnant l'impression d'une véritable robe bijoux.

Janine Alaux dans son ouvrage sur la couturière affirme que cette dernière est aussi influencée par « les longues tenues de soie blanche bordée de rouge géranium » du peintre267. Cependant, aucune oeuvre de l'artiste ne présente ce type de vêtements, même si un rapprochement peut-être fait entre le rouge géranium et des peintures. La Madone à la prairie, peinte par Raphaël entre 1505 et 1506268 (ill. 37), présente une tenue dans cette couleur. Cependant, la couleur rouge et plus particulièrement cette nuance dite « rouge géranium » n'est pas forcément utilisée par la couturière. Il existe bien des modèles de couleur rouge, dont une cape de 1927 sans nom. C'est une cape en velours à la doublure noire, accompagnant un ensemble du soir. La comparaison entre le peintre et les modèles de la couturière ne peut aller plus loin en ce qui concerne : « les longues tenues de soie blanche bordée de rouge géranium » par le peintre et les modèles de la couturière. La couturière est influencée par les vêtements des personnages de Raphaël, et en reprend plusieurs caractéristiques. Tout d'abord, l'idée de drapés tombants et resserrés à la taille, le tout offrant un aspect très fluide. La forme arrondie des décolletés des personnages féminins se retrouve dans les modèles de la couturière. La présence de bijoux récurrents chez Raphaël apporte un effet somptueux dans ses peintures. Ils sont souvent placés au centre du décolleté, ou sur le bord donnant à ses tenues aux coupes légères un

266 Raphaël, La dame à la licorne, 1505-1506, Huile sur bois, 65 x 51 cm, Galerie Borghèse, Rome.

267 ALAUX, Janine (dir.), Op. Cit., p. 22.

268 Raphaël, La Madone à la prairie, 1505-1506, Huile sur bois, 113 x 88 cm, Kunsthistorisches Museum, Vienne.

65

sentiment de luxe. Cette caractéristique est la plus retrouvée chez les modèles de la couturière. Comme l'affirme cette citation :

« Les modèles des nouvelles collection [É] sont à nouveau élégamment ornés de broderies ; elles règnent partout et surtout aux encolures, autour des emmanchures qu'elles

encadrent avec une préciosité gracieuse, cernant de joyaux la ligne des décolletages »269.

Jeanne Lanvin crée des vêtements que des bijoux-broderies subliment, et ceux-ci sont majoritairement placés au centre du décolleté. Cependant, malgré ces caractéristiques communes aucun lien direct ne peut être effectué entre les tableaux du maître italien et les vêtements de la couturière. La créatrice s'inspire d'une impression générale que dégagent les vêtements peints par Raphaël. Jeanne Lanvin puise chez Raphaël en reprenant le style de ses décolletés. Ceux-ci sont démarqués par une bande de couleurs, attirant l'oeil grâce à des bijoux. Cependant, la comparaison entre les modèles de la couturière et les oeuvres de l'artiste italien s'arrête sur ce point.

précédent sommaire suivant