WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les collections "femmes" de Jeanne Lanvin 1909 -1946 et leurs inspirations artistiques.

( Télécharger le fichier original )
par Clémentine BROSSEAU
Paris 1 Panthéon Sorbonne - Master 1 recherche dà¢â‚¬â„¢histoire de là¢â‚¬â„¢art 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

B.3 -- Analogie entre le Couronnement de la Vierge et la robe Diva.

Tout au long de sa carrière, Jeanne Lanvin s'inspire des tenues de Fra Angelico pour la création de ses modèles. Cependant, dans les années 1930 une influence plus précise se dessine au sujet de l'artiste italien. La couturière semble s'inspirer directement340 du retable du Couronnement de la Vierge, peint vers 1427-1429341 (ill. 42).

339 Photographie disponible à la bibliothèque municipale Forney à Paris. Fonds Lanvin, dossier 1935 : Article « l'Élégance chez soi », Plaisir de France, 1935, p. 45.

340 MERCERON, Dean L., Op. Cit., p. 20.

341 Fra Angelico, Le Couronnement de la Vierge, 1434-1435, Retable, Tempera sur panneau, 213 x 211 cm, Musée du Louvre, Paris.

82

Cette oeuvre décrite plus tôt comme la plus représentative de l'utilisation du bleu par l'artiste italien342 est aussi l'oeuvre dont la couturière s'est le plus inspirée pour les tenues. La peinture comporte une cinquantaine de personnages. Ils sont tous habillés de manière différente, et l'artiste apporte ici un grand soin à ses tenues. Le rendu des matières, les broderies et les plis sont travaillés avec le plus grand réalisme. La couturière réinterprète précisément des tuniques des quatre principaux anges musiciens. Ce sont deux anges de chaque côté de la Vierge et du Christ, un ange habillé en rose et un autre vêtu de bleu. Bien évidemment, le lien avec les tenues de Jeanne Lanvin est avant tout perceptible avec les tenues bleues. La première tenue bleue est celle à la gauche du tableau. Il s'agit d'une longue tunique bleue, avec des manches longues. La taille est resserrée. Le vêtement est décoré de motifs dorés sur tout le long de la tunique, et de bandes dorées au niveau des manches et de deux bandes en bas de la tunique. La deuxième tenue bleue est celle située à la droite du tableau. Là aussi, il s'agit d'une longue tunique bleue avec des manches longues et la taille resserrée. Le vêtement présente aussi des motifs dorés, mais ceux-ci sont différents. De fines bandes dorées semblent être présentes sur toute la tenue. Il y a aussi de larges bandes dorées au niveau des poignets, des manches et de la poitrine. Le bas est décoré de deux bandes décoratives fines aux lignes sinueuses. Malgré le fait que les deux tuniques soient dans le même esprit, chaque tenue offre des différences de décor. Les deux modèles roses sont dans le même style. La tenue est longue avec le col haut et les manches jusqu'aux poignets. Par contre, seule la tunique rose à la gauche du tableau semble avoir la taille resserrée, celle de droite ne l'est pas, s'apparentant plus à une tunique large. Les deux tenues sont aussi décorées de motifs dorés, mais moins présents par rapport aux tenues bleues.

Jeanne Lanvin semble s'inspirer de ces tenues pour différents modèles. Tout d'abord, le modèle présenté en 1939 à l'Exposition universelle de New York. Il s'agit de la robe l'Ange de 1939, et présenté dans la collection Hiver de 1940343 (ill. 35 et 46). Elle est bleue, avec des manches longues. La taille est resserrée par du ruban noué à la taille dont les pans retombent de chaque côté de la robe. En premier lieu, la coupe choisie par la couturière reprend l'esprit des tuniques de Fra Angelico. Ensuite, la robe est décorée de plusieurs motifs brodés. Ces motifs sont faits de paillettes or et argent accompagnées de fils rouges. Les motifs sont différents au-devant et au dos de la tenue. Les motifs s'inspirent d'ornements religieux orthodoxes. Au niveau de la poitrine se trouve un motif en forme de croix grecque. Sur le bas de la robe s'y trouvent trois autres identiques, mais plus larges. Ensuite, chaque manche

342 FELICI, Lucio (dir.), Op. Cit., Notice sur Fra Angelico.

343 GROSSIORD, Sophie (dir.), Op. Cit., p. 261.

83

comporte aussi un motif brodé. Les pans de la ceinture sont tout le long décoré de motifs brodés. Au dos, le retour des motifs brodés des manches est visible. Le dos ne comporte pas de motifs brodés, il est juste uni. Par contre, le bas de la robe comporte une dizaine de petits motifs brodés en forme de petites fleurs. Pour ce modèle, la couturière semble s'inspirer directement des tenues des anges présents dans le Couronnement de la Vierge daté vers 1435344 (ill. 42). Cependant, ce type de modèles est aussi vu dans d'autres oeuvres de l'artiste italien. Un rapprochement peut être effectué avec un détail de la Madone des Linaiuoli (ill. 46) au couvent de San Marco à Florence345. L'oeuvre est composée en son centre d'une Vierge à l'Enfant, puis le tour du retable est décoré de petits anges musiciens. L'un des anges musiciens est vêtu d'une tunique dans le même esprit avec la coupe longue, resserrée à la taille et les manches longues, et comporte aussi des décors brodés dorés sur le long de la robe avec des accentuations aux manches ou aux poignets. Édouard Schneider en 1938 analyse l'oeuvre ainsi : « D'un dessin très sûr, l'Ange et la Vierge se dressent au sein d'une riche lumière d'or, évoquant par leurs formes allongées et leurs courbes pures l'harmonie et la suavité de l'adoration chrétienne »346. La tenue de l'ange dans l'Annonciation de 1434347 (ill. 48) est aussi une référence pour les modèles de Jeanne Lanvin, reprenant la même forme de tunique, les mêmes décors brodés. Ces tenues s'apparentent aux modèles de Jeanne Lanvin, comme l'Ange de 1939 (ill. 35 et 46). Dean Merceron l'explique ainsi dans son ouvrage : « Là encore la silhouette rappelle celle des robes angéliques de Fra Angelico »348. Un autre modèle rappelle les tenues peintes par Fra Angelico. Il s'agit d'un modèle de 1936 (ill. 47), non identifié. Il s'agit d'une longue robe blanche. Le col monte jusqu'au cou et les manches sont évasées. Ce modèle est ceinturé à la taille pour créer un effet blousant, semblable aux tuniques peintes par Fra Angelico. La robe est aussi décorée de traits dorés ou argentés, reflétant la lumière dans la tenue. Ce décor semble être le même sur les tenues de l'ange bleu et rose sur la droite du Couronnement de la Vierge (ill. 42) de Fra Angelico, avec de fins traits dorés disposés sur l'ensemble de la tenue.

Incontestablement, Jeanne Lanvin apprécie et s'inspire de l'artiste italien Fra Angelico. Elle réinterprète son bleu légendaire, les tenues de ses anges et leurs motifs brodés, mais toujours de manière moderne. Avec l'exemple du Couronnement de la Vierge et de la robe l'Ange,

344 MERCERON, Dean L., Op. Cit., p. 20. SCHNEIDER, Édouard, Op. Cit., p. 22.

345 Fra Angelico, La Madonne des Linaiuoli, Tempera à l'oeuf sur plâtre, Florence.

346 SCHNEIDER, Édouard, Op. Cit., p. 22.

347 Fra Angelico, Annonciation, 1433-1434, Détrempe sur bois, 175 x 180cm, Musée diocésain, Cortone.

348 MERCERON, Dean L., Op. Cit., p. 187.

84

l'influence est d'autant plus évidente. La couturière reprend les codes de ces tenues médiévales pour réaliser ses modèles du début du XXème siècle. Elle semble réinterpréter pour ses créations l'utilisation du doré ou des anges de Fra Angelico.

précédent sommaire suivant