WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les collections "femmes" de Jeanne Lanvin 1909 -1946 et leurs inspirations artistiques.

( Télécharger le fichier original )
par Clémentine BROSSEAU
Paris 1 Panthéon Sorbonne - Master 1 recherche dà¢â‚¬â„¢histoire de là¢â‚¬â„¢art 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

C.1 -- Les personnalités artistiques dans son entourage.

Bien qu'elle soit peu mondaine, Jeanne Lanvin est une couturière qui est connue dans le milieu artistique à Paris au début du XXème siècle. Malgré tout, elle fréquente de nombreux artistes ou peintres comme Édouard Vuillard (1868-1940) et Pierre Bonnard (1867-1947)148. La couturière fait appel à Édouard Vuillard pour peindre sa fille Marie-Blanche149. Lorsque ce tableau est livré, Jeanne Lanvin lui passe une nouvelle commande afin de peindre son portrait150 (ill. 8). Elle pose assise sur son bureau en jaquette verte. Jeanne Lanvin ne choisit pas de se faire représenter avec des étoffes ou des aiguilles, symboles des couturiers, mais derrière son bureau seule comme un homme d'affaires, plusieurs dossiers posés autour d'elle, pour symboliser son côté « historienne » de la mode et l'activité frénétique de la maison de couture. Pierre Bonnard proche d'Édouard Vuillard et de la famille Polignac-Lanvin, aide aux dernières retouches du tableau comme le montre cette citation :

« 10 novembre [1933] : dernières retouches Lanvin, visite de Bonnard, compliments, à midi porte chez Guichardaz tableau Lanvin chez les Polignac, essaie place dans le fond de la salle de musique, figure petite là ; Albums, écris journal en attendant seul ; les 2 Polignac paraissent contents, embrassades ; M [m] e Lanvin ; monte ; descendons déjà »151.

147 PICON, Jérôme, Op. Cit., p. 227.

148 Ibid., p. 279.

149 Ibid., p. 258.

150 Ibid., p. 279.

151 Édouard Vuillard, Journal, 30 mai 1933. PICON, Jérôme, Op. Cit., p. 279.

36

Ce tableau est exposé chez Marie-Blanche, la fille de Jeanne Lanvin à sa livraison152. La couturière se fait aussi représenter par l'artiste Clémentine-Hélène Dufau (1869-1937) en 1925153.

Jeanne Lanvin rencontre ces artistes lors de manifestations comme les expositions universelles ou des concerts. Sa fille Marie-Blanche est une grande pianiste et fréquente de multiples artistes, son salon est un haut lieu de rencontre d'art international (Sarah Bernhardt, Jean Cocteau, Sidonie-Gabrielle Colette, Sacha Guitry, René Jacquemaire, Maurice Ravel)154. Ainsi, tous les dimanches soirs, et notamment l'été dans leur maison à Kerbastic, son salon est composé de peintres, de musiciens, d'écrivains, de muses, de mécènes. Elle fréquente aussi les salons les plus réputés de Paris, dont celui des Beaumont. L'un des membres de la famille, Étienne Bonnin de la Bonninière de Beaumont (1883-1956), est un aristocrate fou d'art et de théâtres modernes. C'est lors d'un bal donné par la famille Beaumont que Marie-Blanche rencontre son futur mari, le comte Jean de Polignac. La famille est riche et apprécie les arts155. Jeanne Lanvin rend souvent visite à sa fille dans ses salons, et rencontre des artistes de toutes disciplines ou encore des marchands d'art. La couturière en connaît comme Yvonne de Brémond d'Ars (1894-1976), une antiquaire réputée. Elle fréquente aussi les ventes aux enchères de l'époque. Jeanne Lanvin cherche des oeuvres d'arts rares et souvent coûteuses, elle ne passe pas par l'achat direct. De plus, quelques catalogues de ventres aux enchères sont présents dans sa bibliothèque, confirmant sa présence dans le milieu du marché de l'art.

Grâce à ce milieu artistique, la couturière peut rencontrer des photographes comme Paul Nadar, et passer des commandes pour son entreprise. Jeanne Lanvin est très proche du photographe Paul Nadar156, photographe attitré de la maison Lanvin entre 1909 et 1913157. Il réalise plus de cent clichés pour Lanvin, et quand ce n'est pas Paul Nadar, le photographe Chéri-Rousseau s'en charge. Pour les modèles de Jeanne Lanvin, les fonds photographiques neutres et le style de Nadar s'adaptent bien. C'est une esthétique en contradiction avec la photographie de l'époque, Nadar met en avant un style dépouillé pour sublimer son sujet. Une nouvelle approche de la photographie de mode apparaît158. En effet, le modèle et non le mannequin est mis en valeur, parfois les chapeaux vont même jusqu'à dissimuler le visage du

152 PICON, Jérôme, Op. Cit., p. 279.

153 Clémentine-Hélène Dufau, Portrait de Jeanne Lanvin, 1925, Huile sur toile, Dimensions inconnues, Musée des Art Décoratifs, Paris.

154 PICON, Jérôme, Op. Cit., p. 188.

155 Ibid., p. 180.

156 Paul Nadar, de son vrai nom Paul Tournachon, est né en 1856 et mort en 1939. C'est un photographe français, fils du grand photographe Nadar.

157 PICON, Jérôme, Op. Cit., p. 88.

158 Ibid.

37

mannequin. Le milieu de la haute couture connaît une période d'essor économique, et les maisons de couture comprennent vite l'intérêt de la photographie pour leurs entreprises. La photographie permet une diffusion plus rapide et développée des modèles dans la presse, et apporte plus de réalisme aux modèles que les gravures de mode159.

Jeanne Lanvin, principalement grâce à sa fille, côtoie des noms de l'art en ce début du XXème siècle. Il s'agit parfois directement d'artistes, mais aussi de mécènes, de marchands d'arts ou d'aristocrates. C'est en fréquentant ces milieux artistiques que la couturière rencontre des personnalités du monde du théâtre et élabore des projets avec certains.

précédent sommaire suivant