WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'apport de parc national de Virunga au développement social économique des populations du territoire de Rutshuru.

( Télécharger le fichier original )
par Thierry HAKIZA
ULPGL/Goma - Graduat 2014
  

précédent sommaire suivant

I. IMPLICATION DE LA POPULATION DANS LA CONSERVATION

a) Cadre théorique de la gestion des Aires protégées

Le parc National de Yellowstone, crée aux USA en 1872 sur le principe de gestion centralisée, est sans nul doute le modèle qui a inspiré la création des aires protégées dans des nombreux pays en développement. Cette gestion centralisée s'est fondé surla conception classique de réduction des menaces des naturalistes du XIX e siècle.

En effet, les pressions anthropiques sur les ressources naturelles ont été considérées comme un réel danger pour la survie des espèces et sur la base de la conception malthusienne de la croissance démographique et l'absence d'un mécanisme autorégulateur, les scientifiques craignaient des dommages de grandes envergure allant jusqu'à la disparition de la biodiversité à cause de la « prédation » humaine au sens large.

D'autres auteurs insistent sur les arguments philosophiques « du droit des espèces à exister » (Nash, 1970). En effet, les menaces sur la biodiversité sont telles que de nombreuses espèces ont déjà disparu et que d'autres sont actuellement menacées d'extinction à cause de l'activité humaine. Tout ce ci justifie implicitement l'exclusion de toute activité humaine de certaines aires protégées.

b) La gestion Décentralisée et L'Exploitation contrôlée comme modèle Alternatif

Suites aux critiques de la gestion centralisée tendant à remettre en cause les acquis des aires protégées, des modèles alternatifs se sont développés visant le développement de la conservation de la nature. Ce changement de paradigmes s'est observé durant ces dernières décennies. Deux approches principales ont été développées : l'approche participative et l'approche néolibérale.

v l'approche participative de la gestion des aires protégées19(*)

Cette approche se base soit sur une conservation communautaire, soit sur une conservation populiste, en vue d'impliquer politiquement (dans les gestions sur les ressources) et économiquement (dans le bénéfice monétaire et non monétaire que procure les ressources) les populations locales marginalistes dans la gestion des aires protégées. Cette approche vise à réduire les couts économiques et sociaux que supportent les populations locales à leurs procurer des bénéfices en vue d'une conservation durable des ressources naturelles.

v L'approche Néolibérale de la Gestion des aires protégées

Contrairement à la première approche, celle-ci aborde de façon économique les problèmes environnementaux. Elle considère les actifs naturels comme un bien financier ayant un cout d'opportunité dans les préférences individuelles des agents économiques. Autrement dit, la gestion durable d'une aireprotégée doit être préférable à tout autre usage de cette même terre (child, 1996). D'après cette analyse, la ressource naturelle doit générer des revenus optimaux capables de la maintenir et derendre moins incitatifs les usages alternatifs. Il s'agit ici d'une approche purement économique, basée sur la valeur d'usage de la ressource et qui ne tient pas forcement compte des impératifs écologiques. Pour la population locale, les incitations à conserver la ressource sont notamment les bénéfices monétaires qu'elle obtient des fondsquigénère la ressource et qui lui sont versés par les gestionnaires de l'aire protégée.

Conclusion : le parc National de Virunga se situe au coeur d'une population humaine qui peut être ignorée. Plus de trois millions de personnes vivent à moins d'un jour de marche du parcet bon nombres d'entre elles dépendent des ressources du parc.Cependant, la plupart des menaces du parc viennent des populations limitrophes qui ne voient aucun bénéfice tangible du parc, en dehors de l'exploitation du poisson. Il est dès lors primordial que les populations soient d'une part informées et sensibilisées quant aux bénéfices écologiques et économiques du parc, que ceux-ci soient directs ou indirects, mais aussi qu'elles soient impliquées dans des initiatives de gestion des ressources naturelles.

* 19Balole E. & Boendi S. « l'implication des communautés locales dans la protection du parc National de Virunga »

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.