WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Croissance démographique et demande de logements en milieu urbain: cas de la ville de Cotonou


par Blandine DANSOU
Université d'Abomey Calvi au Bénin - DESS Population et dynamiques urbaines 2005
  

précédent sommaire suivant

Conclusion

Il a été question dans ce document de rechercher les facteurs explicatifs de la demande de logement chez les ménages de Cotonou. Les développements faits à l'aide de divers outils d'analyse tels que l'analyse en composante principale, la classification hiérarchique ascendante, l'analyse des correspondances multiples et la régression logistique binaire, ont plus ou moins permis d'atteindre cet objectif principal.

Au terme de cette étude, plusieurs constats s'imposent:

Les différents quartiers de la ville de Cotonou peuvent être classés en quatre groupes à savoir les quartiers de haut standing, les quartiers de standing moyen, les quartiers de standing bas et les quartiers de standing très bas.

Le quartier contenant plus de ménages locataires est le quartier FIFATIN (73,1%) dans le 3ème arrondissement et le quartier qui a moins de ménages locataires est le quartier FIFADJI HOUTO (17,0%) dans le 4ème arrondissement.

Le 4ème arrondissement contient plus de quartiers de haut standing, le 7ème arrondissement contient plus de quartiers de standing moyen, les 9ème et 10ème arrondissement plus de quartiers à standing bas et le 1er arrondissement plus de quartiers à standing très bas.

L'arrondissement qui a plus de ménages locataires est le 9ème arrondissement et l'arrondissement qui a moins de ménages locataires est le 5ème arrondissement.

Les caractéristiques d'habitation (du logement) et les caractéristiques socio-démographiques économique et culturelle permettent d'expliquer le statut d'occupation du chef de ménage. Les demandeurs de logement sont effectivement ceux qui n'ont pas le titre de propriétaire (avec titre foncier ou non). Les facteurs explicatifs de la demande de logement sont l'âge du chef de ménage, le niveau d'instruction du chef de ménage, la taille du ménage, le statut d'occupation du chef de ménage, son statut dans l'occupation, la profession du chef de ménage, sa branche d'activité et également le standing du groupe de quartier.

L'âge, le niveau d'instruction, et la taille du ménage réduisent la probabilité du chef de demande du chef de ménage de demander un logement. En considérant le statut d'occupation du chef de ménage, le risque de demande est plus élevé chez les inactifs (étudiant, autre inactif, ménagère) que chez les actifs du secteur formel ou privé. Chez les actifs du secteur formel étatique et chez les retraités, le risque de demande est moins élevé. Les salariés contractuels, les salariés permanents et les indépendants ont une probabilité plus grande de demander un logement que les employeurs. Les travailleurs spécialisés dans les services et les ouvriers et manoeuvres non agricoles et conducteurs d'engin de transport ont un risque de demande plus élevé que les directeurs et cadres administratifs. De même les travailleurs du transport et de la communication et ceux du commerce et de la restauration ont un risque de demande plus élevé que ceux des industries et des bâtiments et travaux publics. Le risque de demande de logement situé dans un quartier à standing moyen est plus élevé que celui des autres standings de quartier.

Si les villes aujourd'hui doivent faire face à de multiples problèmes dont celui du logement, c'est parce que leur population s'accroît à un rythme sans précédent. Cet accroissement démographique, toutefois, n'est pas seulement source de problèmes, il peut également être source d'espérance. Il est toujours possible d'innover. Une forte densité de population urbaine peut permettre de nombreuses économies d'échelle : en principe, plus de personnes peuvent vivre dans de meilleures conditions en consommant moins de ressources par tête. L'amélioration de la situation sociale et économique de tous les citadins apparaît en définitive comme une condition essentielle d'un développement durable, notamment dans les pays en développement, où la croissance et les besoins sont les plus importants.

précédent sommaire suivant