WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'écomobilité, vers un développement durable de l'activité touristique

( Télécharger le fichier original )
par Mari Jaouen
Ecole Supérieure Européenne de Poisy - Diplôme Universitaire en Ingénierie de l'Espace Rural 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.3.2 Pollution sonore

La pollution sonore désigne les nuisances sonores provoquées par diverses sources et pouvant avoir des répercussions sur la santé et la qualité de vie.

Source : Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

Le schéma ci contre illustre l'échelle du bruit. Le décollage d'un avion produit environ 140 décibels, c'est-à-dire un bruit situé au dessus du seuil de douleur. Ce bruit est bien entendu atténué par la distance mais cela donne un ordre d'idée du bruit auquel sont confrontées les populations vivant à quelques kilomètres des aéroports.

Le bruit lié aux décollages et atterrissages des avions est très important et peut avoir de graves conséquences sur la santé des personnes déjà fragiles (enfants, personnes âgées et malades). Il est source de problèmes de sommeil, de retard et de difficultés d'apprentissage pour les enfants qui y sont soumis.

Il n'existe pas de solution miracle pour atténuer ce bruit. La solution serait de concevoir des avions de plus en plus silencieux mais cela n'est pas envisageable à court terme, on ne peut pas aller plus vite que le progrès technique. Il y a pourtant de nombreux progrès à faire, autant au niveau de la consommation de carburants et de la pollution qu'au niveau du bruit des futurs appareils.

Les riverains des aéroports sont également confrontés aux bruits liés à une forte circulation de voitures en direction des aéroports. Le bruit occasionné par la circulation des voitures n'est malheureusement pas réservé aux riverains des aéroports. En effet, la circulation automobile est source d'une pollution sonore importante dans les villes et grandes destinations touristiques. Des murs antibruit, merlons (talus), tranchées et revêtements moins bruyants permettent de limiter les nuisances sonores pour les riverains proches des axes à grande circulation. La plantation d'arbres peut également être une solution. Tous ces ouvrages sont coûteux et ne peuvent être mis en place partout mais ils réduisent néanmoins le bruit du trafic dans des endroits très sensibles. Des progrès font évoluer les techniques, il existe aujourd'hui des murs antibruit dépollueurs qui permettent d'éliminer les oxydes d'azote (Nox) de l'air ambiant.

Le problème est traité en réaction aux nuisances qu'ils occasionnent, ne doit il pas être traité en amont, préventivement en réduisant la circulation ?

1.3.3 Saturation du trafic

La saisonnalité de l'offre touristique et la concentration des touristes sur des espaces restreints (stations de ski en hiver et littoral en été) entraînent de fortes congestions. Cette saturation du trafic routier se traduit par des difficultés de circulation, une réduction de la vitesse du trafic, un allongement du temps de conduite et donc à une baisse de la vitesse des conducteurs et une augmentation des accidents. Mais aussi une pollution sonore et atmosphérique localisée qui devient un véritable calvaire pour les populations autochtones.

De plus en plus de vols, cela implique une augmentation des décollages et atterrissages et donc une augmentation de l'utilisation des aéroports. Les aéroports saturent, mais il va pourtant falloir trouver une solution pour assurer cette augmentation des vols, de nouveaux aéroports seront construits et de nouveaux riverains devront subir les nuisances diverses que ces infrastructures occasionnent.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net