WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'écomobilité, vers un développement durable de l'activité touristique

( Télécharger le fichier original )
par Mari Jaouen
Ecole Supérieure Européenne de Poisy - Diplôme Universitaire en Ingénierie de l'Espace Rural 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.4 Perspectives d'évolution et enjeux de l'utilisation des transports dans le tourisme

Comme nous l'avons vu précédemment, La voiture et l'avion sont les principaux transports utilisés pour se rendre aux destinations touristiques. Les périodes de vacances se raccourcissent, les départs sont de plus en plus fréquents et se font vers des destinations toujours plus éloignées du lieu de résidence habituel. Les déplacements sont donc plus fréquents et plus longs en terme de kilomètres.

L'avion a révolutionné et facilité les voyages. Les transports aériens ont enregistré la croissance de loin la plus impressionnante au cours des vingt dernières années dans l'Union Européenne.

Nombre de passagers de vols internationaux de ligne, en millions*

Source : Annual report 2003, International air transport association (IATA)

*Les chiffres de ce tableau ne comprennent pas le trafic national qui, en 2002, représente 830 millions de passagers, dont la moitié se déplacent à l'intérieur des Etats-Unis (World air transport statistics, IATA, 2003)

Comme le montre ce schéma, le trafic estimé en passagers/km a augmenté de 7,4% par an en moyenne entre 1980 et 2001. Le trafic dans les aéroports de l'Europe des Quinze a lui quintuplé depuis 1970.

Le développement de l'aviation civile va très certainement se poursuivre avec l'arrivée de nouveaux pays sur le marché. En effet, les pays émergeants comme la Chine et l'Inde se sont développés économiquement et l'augmentation du pouvoir d'achat des populations importantes de ces pays se traduira sur le marché des transports par un développement des déplacements à destination et en provenance de ces pays.

Les déplacements et le tourisme vont donc poursuivre leur développement et les nuisances qui y sont liées augmenteront de la même manière. Or les coûts externes des transports (accidents, pollution de l'air, changements climatiques, bruit, dégradation de la nature et des paysages, congestion urbaine) en euros pour 1000 voyageurs-kilomètres sont les suivants : voiture 87,3 ; avion 47,5 (mais le plus gros pollueur, 2 fois plus que la voiture), autocar 38,9, rail 19,5 (source : Union Internationale des Chemins de Fer). Ces coûts ne sont jamais intégrés dans les projets de tourisme, durable ou non.

Les enjeux sont donc de taille, comment concilier le développement de ces activités et dans le même temps réduire leurs impacts ?

La mobilité durable ou écomobilité semble être la voie la plus pertinente pour concilier les enjeux antagonistes que sont le développement des transports et la préservation de l'environnement. Il s'agit d'adopter des modes de transports qui répondent aux besoins de déplacements sans sacrifier l'environnement et l'humain.

Penchons nous donc sur les solutions concrètes qui peuvent être envisageables pour appliquer l'écomobilité au tourisme.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net