WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Effet de la durée de compétition des mauvaises herbes sur la culture du poivron (Capsicum annuum)


par Josué CANDY
Université Notre Dame d'Haïti - Ingénieur - Agronome 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

RESUME

Malgré l'évolution de la science agronomique, la lutte contre les mauvaises herbes considérées comme un facteur limitant biologique reste et demeure un grave problème pour les agriculteurs haïtiens. Face aux différents problèmes causés par les mauvaises herbes lorsqu'elles cohabitent avec les cultures, il nous amène à tester les différentes durées de compétition des adventices sur le développement et la productivité du poivron.

En vue de déterminer la réaction du poivron en présence des mauvaises herbes, l'expérimentation a eu lieu pendant la période allant du mois d'octobre 2006 à d'avril 2007 sur la ferme expérimentale de l'Université Notre Dame d'Haïti située à Torbeck, un dispositif complètement aléatoire a été mise en place. Dans ce type de dispositif, chaque unité expérimentale a été constituée de 30 plantules.

Les résultats de cette étude montrent qu'ils existent une différence significative entre les différents traitements de tous les variables étudiés.

Les données collectées au cours de l'étude montrent que :

les résultats relatifs aux incidences de maladies et à la densité de mauvaises herbes par m2 ont tendance à augmenter au fur et à mesure que la durée de compétition entre les mauvaises herbes et le poivron s'établisse.

Pour les autres variables relatives aux développements et à la productivité du poivron, les données tendent à diminuer de façon inversement - proportionnelle avec les différentes durées d'interaction entre les mauvaises herbes et cette culture.

Les meilleurs résultats ont été obtenus pour le premier traitement (T0) soit 19.964 T/ha pour le rendement exportable et 20.142 T/ha pour le rendement total. A partir T3 qui est la pratique paysanne, les données relatives à la productivité du poivron qui ont été obtenues se trouvent au environ de 50 % du traitement témoin T0.

La phase critique de nuisibilité, se situe entre deux (2) et six (6) semaines après transplantation. En conséquence, la maîtrise de l'enherbement n'est vraiment efficace que si les interventions sur la gestion des mauvaises herbes sont faites de façon précoce.

L'hypothèse du travail a été vérifiée. Les différentes durées de compétition exercent de manière significative une influence sur la productivité et le développement du poivron. Les rendements tendent à décroître de façon exponentielle avec l'augmentation de la durée de compétition.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy