WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Effet de la durée de compétition des mauvaises herbes sur la culture du poivron (Capsicum annuum)

( Télécharger le fichier original )
par Josué CANDY
Université Notre Dame d'Haïti - Ingénieur - Agronome 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CHAPITRE I 

INTRODUCTION

1.1 Problématiques

La satisfaction des besoins en protéines et en vitamines tant en quantité qu'en qualité est l'un des aspects nobles dans la lutte contre la malnutrition. Avec la croissance démographique, beaucoup d'esprits pessimistes craignent que certains pays tropicaux n'arrivent pas à consommer autant de protéines animales que l'Europe et les Etats-Unis. Dans ces conditions une alimentation basée sur un trop petit nombre de produits végétaux risque de provoquer, quantitativement et qualitativement, une défaillance en protéines, en vitamines ainsi qu'en sels minéraux (Messiaen, 1974).

Du point de vue nutritionnelle les cultures maraîchères ont une grande importance pour l'homme, elles permettent de lutter contre la malnutrition dans le monde en particulier dans les zones tropicales touchées par la sécheresse et la concurrence non contrôlée des mauvaises herbes en matière d'eau, de lumière et d'éléments minéraux, et elles permettent aux agriculteurs d'augmenter leurs sources de revenu.

Les légumes, de part leurs richesses en vitamines, en sels minéraux et en protéines, procurent à l'homme une diète équilibrée. Ils sont divisés en légumes-feuilles, légumes-graines, légumes-racines (Tubercules) et légumes-fruits. Parmi ces derniers, on retrouve le poivron (Capsicum annuum) qui est riche essentiellement en vitamine C. La production mondiale pour l'année 2005 est estimée à 25.02 millions de tonnes et la Chine, le premier producteur mondial, en produit près de 50% et la production est de 135498 tonnes pour les caraïbes (FAO, 2006).

La lutte contre les mauvaises herbes constitue un facteur limitant biologique très grave surtout dans les pays sous développés du point de vue technique. En effet, dans les pays développés plusieurs méthodes de lutte contre les mauvaises herbes sont utilisées : chimique, sarclage mécanique, mulching et enfin couverture du sol avec des bâches plastiques. En Haïti, en période de pic de travail et surtout à cause du coût élevé de la main d'oeuvre, la plupart des agriculteurs sont obligés de jongler avec des différentes dates de sarclage des parcelles et certains d'entre eux sont plus ou moins affectés par cette stratégie sans qu'on soit en mesure de chiffrer de façon spécifique les effets de cette compétition sur les pertes de rendement.

La culture du poivron est pratiquée un peu partout dans le pays, dans le département du sud elle est pratiquée notamment à Camp-Perrin et à Torbeck. Cependant, en dépit de son importance économique et le niveau de compétitivité des mauvaises herbes, il existe une carence de travaux de recherche menés sur cette culture. Les mauvaises herbes occasionnent des pertes énormes dans la production, environ 25% dans les zones tropicales (CIRAD, 2002.). Les mauvaises herbes entraînent la réduction du rendement due à la compétition pour les éléments minéraux, l'eau, la lumière ou à cause de la libération des composés allélopathiques (appelée aussi télétoxique) et peuvent également servir d'hôtes secondaires aux différents ravageurs et maladies de cette culture.

La culture du poivron est très sensible à la durée de compétition des mauvaises herbes. Il peut avoir jusqu'à (5) cinq à (8) huit poussés de mauvaises herbes durant le cycle cultural de cette culture. Face aux exigences de cette culture en terme de main-d'oeuvre pour lutter contre les mauvaises herbes, les exploitants de Torbeck ont décidé de s'investir à petite échelle dans cette culture.

Compte tenu de l'effet néfaste des mauvaises herbes sur le poivron, nous nous proposons d'étudier l'effet de la concurrence des mauvaises herbes sur cette culture lorsqu'elles cohabitent, afin d'élaborer un moyen de lutte fondé sur l'utilisation des méthodes agronomiques (durée d'installation et ressources limitatives) au sein de la commune de Torbeck, Redon. Comme une contribution jugée importante à l'agriculture haïtienne !

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy