WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Effet de la durée de compétition des mauvaises herbes sur la culture du poivron (Capsicum annuum)


par Josué CANDY
Université Notre Dame d'Haïti - Ingénieur - Agronome 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4.1.5 Incidences de maladies

L'évolution des incidences de maladies moyennes (%) sous l'effet des mauvaises herbes est illustrée dans la figure 7.

Figure 7. Evolution de l'incidence de maladies moyennes (%) sous l'effet des mauvaises herbes.

D'après la figure ci-dessus on peut remarquer à partir des résultats pour les trois premiers traitements que les incidences de maladies sur ces parcelles se trouvent à un faible niveau. Les résultats de ces traitements sont compris entre 7.407% à 22.220% et le lsd est égal à 16.098%. Les incidences de maladies exprimées en pourcentage ont une aptitude à accroître au fur et mesure que la durée de compétition entre les mauvaises herbes et la culture du poivron s'installe. Les maladies affectent considérablement les parcelles et accroissent de manière proportionnelle avec la durée d'installation des mauvaises herbes au sein de cette culture.

Tableau XIV : Analyse de variance des incidences de maladies (%).

 

Source

ddl

Somme des carrés de type II

Moyenne des carrés

F calculé

Signification

Bloc

2

216.090

108.045

1.28

0.3090 NS

Traitement

7

11010.10

1572.872

18.61

0.0000 S

Erreur

14

1182.96

84.497

 
 

Total

23

12409.15

 
 
 

Les résultats de l'analyse de la variance relatif aux incidences de maladies du tableau : XIV montrent qu'il existe une différence hautement significative entre les différentes durées de compétition des mauvaises herbes sur la culture du poivron. Les différences entre blocs ne sont pas significatives (Prob = 0.3090). Elles exercent un effet négatif parce que les incidences de maladies tendent à augmenter avec le temps d'installation des mauvaises herbes dans cette culture. A l'aide de lsd, qui est la plus petite différence significative, nous avons classé les moyennes des incidences de maladies en cinq groupes de sous-ensemble homogène. Les résultats de cette comparaison sont regroupés au tableau suivant.

Tableau XV : Comparaison de l'incidence moyenne de maladies (%).

Traitements

Moyennes (%)

Classes

T 0

7.407

A

T 1

11.110

A

T 2

22.220

A

T 3

25.923

AB

T 4

40.737

B

T 5

51.853

B

T 6

62.967

BC

T 7

66.670

C

Lsd

16.098

///////////////

La relation entre les incidences de maladies moyen (%), variable dépendante, désignée par (y) et les différentes durées de compétition entre cette culture et les mauvaises herbes, prises comme variable indépendante (x), est montrée par la fonction de régression suivante : y = 8.932e 0.1948 avec R2 = 0.9237.

Cette variable indépendante, désignée par les différentes durées de compétition, explique 96.11 % de variation observée au niveau des incidences de maladies moyen (%).

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy