WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les représentations du "devoir de mémoire" en contexte de démocratie plurielle: analyse de discours des leaders afro-descendants du Québec

( Télécharger le fichier original )
par Brice Armand Davakan
Université du Québec à Montréal - Maîtrise 2005
  

précédent sommaire suivant

2.2.3. La méthode d'analyse des données

Notre méthode d'analyse s'inscrit dans la plus simple tradition des méthodes qualitatives. Elle est hypothético-déductive parce que pilotée par notre cadre d'analyse, et les considérations quantitatives ou lexicométriques y sont négligeables. Cette approche méthodologique fut choisie en tenant compte de l'objet de notre recherche : l'étude de représentations.

- La notion de « représentation »

Tous les auteurs qui s'y sont penchés ont dû reconnaître le caractère éminemment polysémique et pluridisciplinaire de la notion de «représentation». D'ailleurs, selon Denise Jodelet (1991), c'est parce que la représentation sociale est située à l'interface du psychologique et du social, qu'elle présente une valeur heuristique pour toutes les sciences humaines. Chacune de ces sciences, y compris la sociologie, apporte un éclairage spécifique sur ce concept complexe. Mais tous les aspects des représentations sociales doivent être pris en compte : psychologiques, sociaux, cognitifs, communicationnels. Il n'est ni possible, ni même souhaitable pour l'instant, estime Jodelet, de chercher à établir un modèle unitaire des phénomènes représentatifs. Il paraît préférable que chaque discipline contribue à approfondir la connaissance de ce concept afin d'enrichir une recherche d'intérêt commun.

En effet, la notion de représentation proviendrait du latin repraesentatio qui signifie «tableau», ou «action de mettre sous les yeux»7(*). Aussi allons-nous, dans le cadre de ce mémoire, désigner par «représentations» les modèles ou figures conceptuels par lesquels les interviewés rendent sensibles, intelligibles et légitimes leurs opinions sur les thèmes abordés. Le but est donc de cerner les contours ou les formes que prend la problématique du devoir de mémoire dans la pensée ou la vision de leaders africains et afro-descendants. Il s'agit concrètement de reconstruire un ensemble signifiant, à partir du corpus de leurs discours, par la mise en évidence de liens entre des raisonnements apparemment distincts.

Ainsi, plus qu'un simple sondage d'opinion, l'objectif de notre analyse est de découvrir le sens des discours dans une perspective globale et à travers la logique qui les motive. Au regard de notre problématique, il s'agira concrètement de reconstruire à travers les discours produits, les diverses représentations que les leaders africains et afro-descendants ont de leur identité, de la question de la mémoire collective et enfin de l'instrumentalisation ou politisation de la mémoire. Alors, expliquons les principales démarches techniques.

- Traitement des données

En élaborant notre méthode de recherche, nous avions opté pour la technique de codification initiale, c'est-à-dire que les discours furent recueillis dès le départ (dans une Grille d'entrevue ) à travers une structure prédéterminée selon nos trois questions de recherche. Cet outil de cueillette des données avait donc été préparé et structuré en fonction de notre problématique, et ceci va énormément faciliter le traitement du corpus qui fut lui-même constitué par les transcriptions fidèles des entrevues («verbatim»). Ainsi standardisé et homogénéisé, le corpus fut importé dans un logiciel d'analyse qualitative, NVIVO (du groupe QSR).

La démarche de traitement des données a été essentiellement thématique. L'analyse thématique consiste dans la «transposition d'un corpus donné en un certain nombre de thèmes représentatifs du contenu analysé et ce, en rapport avec l'orientation de la recherche (la problématique)» (Paillé et Mucchielli, 2003, p. 123-124). Il s'agissait pour nous de repérer dans les discours les différentes façons (expressions, termes...) personnelles de rendre compte de la même réalité : c'est la convergence ; ou au contraire, de trouver dans ces discours les thèmes précis autour desquels les représentations de la réalité s'opposent : la divergence. Ensuite nous avons essayé d'agencer ces «réalités» en de grands groupes (ex : auto définition et altéro définition) et d'en faire émerger un sens, par interprétation, dans une perspective globale.

De façon technique, NVIVO offre la possibilité d'un codage «In Vivo», c'est-à-dire de découper au moment de la lecture, chacun des discours en unités de sens (déclarations, extraits, énoncés significatifs...), de rattacher des mémos ou descriptions à ces unités qui deviendront plus tard, lors de la rédaction, des extraits illustratifs. Ces codes sont constitués, lorsque cela est possible, par les termes centraux qui structurent la portion analysée ; sinon, ils ont été attribués sur la base du contexte d'énonciation, par des qualificatifs externes qui nous paraissaient pertinents.

Par la suite, l'interprétation des résultats passe par la catégorisation, où nous avons regroupé les codes tantôt repérés en de grands groupes qui permettent de caractériser ou de décrire l'attitude globale qui se dégage de chaque discours. Le but de cet exercice est de dégager les différentes positions et argumentaires.

Positions et argumentaires

Dans cette partie qui succéda au codage, l'objectif fut d'ordonner les discours, de décrire leurs positions pour chacun des thèmes abordés, identité, mémoire collective, revendication du devoir de mémoire (correspondant aux sections dans la grille d'entrevue). Le codage avait permis de retracer dans les discours, les lexiques ou terminologies adoptés par chaque leader en abordant chacune des trois dimensions de l'entrevue. Il s'agit maintenant de caractériser les discours selon leurs modes et méthodes explicatifs, de déterminer les différentes positions qui se dégagent et de reconstituer les argumentaires qui les sous-tendent. Pour cette dernière étape, NVIVO offre une fonctionnalité (la modélisation) permettant de visualiser l'arborescence de l'analyse de façon globale et/ou séquentielle.

Convergences et divergences des discours

L'ensemble des positions et argumentaires de chaque discours donne lieu à une nébuleuse d'idées et d'opinions dans laquelle il convient de mettre de l'ordre. Ordonner les discours à ce stade consiste à construire les différentes postures ou représentations ; c'est aussi analyser les différents arguments par la nature de leurs convergences («noyau central») et de leurs divergences («polarisations») sur l'ensemble des thèmes, depuis l'identité jusqu'à la politisation de la mémoire, en passant par la transmission mémorielle au sein du groupe. Cette description se fait par la comparaison entre les représentations repérées : mise en évidence des différences, analyse des nuances, des similitudes et paradoxes, etc. par rapport aux stratégies de discours, aux modes de légitimation et aux figures style... bref, tous les outils d'analyse permettant de reproduire l'attitude qu'ont eu ces leaders vis-à-vis du «devoir de mémoire».

Pour finir, il conviendrait de préciser que dans la rédaction de l'analyse, les extraits d'entrevues seront sollicités pour illustrer chaque étape de la démonstration. Le choix de ces extraits s'est fait selon leur pertinence pour notre argumentation, selon la clarté et le degré d'articulation de la pensée exprimée, et non pas nécessairement selon la récurrence dans l'univers de discours. Néanmoins, nous évaluerons en termes quantitatifs, chaque fois que cela s'avérera nécessaire, le degré de partage (de convergence ou de divergence) de ces pensées et de ces attitudes à l'intérieur de notre échantillon.

* 7 Voir Dictionnaire de sociologie, le Robert, Seuil, P.450

précédent sommaire suivant