WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Usages et publics des discothèques : la spécificité du réseau parisien

( Télécharger le fichier original )
par Alexis Plékan
Université du Havre - DUT Métiers du livre 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

B. Les enjeux de la musique en bibliothèque

1. La formation 

« Lorsque nous ouvrons une nouvelle discothèque, nous avons beaucoup de mal à recruter du personnel spécialisé » confiait à Livre Hebdo en début d'année dernière Françoise Michellizza, directrice des bibliothèques de Nice. Ce constat met en lumière un problème crucial à propos des bibliothèques musicales : la formation, ou devrait-on dire, la non-formation. Il convient de comprendre en quoi la carence de formation des discothécaires en France pourrait bien être la cause du déclin à venir de la musique en bibliothèque et ce, pas seulement parce que les nouveaux équipements ne parviennent plus à trouver de personnel qualifié, mais commençons par le début...

Il existait jusqu'en 1998 un diplôme national, le CAFB43(*), exigé systématiquement pour le recrutement des personnels de bibliothèques. Plusieurs options obligatoires étaient proposées, dont la musique, qui garantissait à ceux ayant choisi cette voie des connais- sances de base sur la musique en général et sur la musique en bibliothèque en particulier. Cette formation assurée par les CFCB44(*) a disparu avec le diplôme en 1998 et a été remplacée par une formation généraliste post-concours où la musique ne figure plus.

Plusieurs conséquences à cela dont la difficulté de trouver du personnel qualifié mais également l'éclatement de la communauté professionnelle des discothécaires, le relais n'ayant pas été pris par d'autres organismes publics. Parallèlement, les filières privées de formation (INTD45(*)) ont amenuisé, voire supprimé la musique et la documentation musicale de leur cursus et les filières publiques universitaires (DEUST, DUT) ne proposent pas ou presque de modules sur la musique.46(*) Le partage de l'information professionnelle passe désormais par des associations d'action culturelle (OPERA47(*)), de documentalistes et de bibliothécaires (groupe français de l'AIBM48(*)) et par des clubs de discussion sur le Web comme la liste «discothécaires.fr » qui tentent de fédérer une profession qui se sent souvent oubliée des débats bibliothéconomiques.

Autre conséquence à l'absence de formation musicale au sein de l'ENSSIB49(*), l'ignorance complète des cadres de la documentation musicale qui ne fait qu'accentuer la marginalisation de la discothèque au sein d'établissements trinitaires rejetant les sections jeunesse et discothèque au dehors de la partie `noble' de la bibliothèque : la section adulte.

L'enjeu de la musique en bibliothèque se situe donc en amont, au niveau de la formation du discothécaire ainsi que le décrit Anne Le Lay, bibliothécaire du Conservatoire de Boulogne-Billancourt : « (c'est un) un passionné de musique, certes, mais un bibliothécaire avant tout : s'occuper de documents musicaux, cela ne revient pas à la gestion d'un fonds de bouts de plastiques. »

Aussi y a-t-il dans le domaine ce la formation des bibliothécaires musicaux une carte à jouer pour la MMP. Déjà dotée de grands acteurs de la réflexion bibliothéconomique sur la musique, (on pense notamment à Martine Parmentier pour le catalogage des documents musicaux et la formation des discothécaires à l'étranger, mais aussi Gilles Pierret, Alfred Caron...) et sollicitée en permanence pour former du personnel un peu partout ailleurs (des demandes de stage y arrivent chaque jour), l'idée d'une MMP abritant un centre de formation, doté d'effectifs et de moyens propres séduit forcément. Naturellement, ceci ne pourrait être mis en place que dans des locaux encore plus vastes, en bénéficiant de crédits de fonctionnement supplémentaires et à la condition que soient créés en région des structures comparables de manière à constituer un réseau, qui ne serait pas d'ailleurs sans rappeler celui des Mubis allemandes... Bref ce n'est pas pour demain.

* 43 CAFB = Certificat d'Aptitude aux Fonctions de Bibliothécaire

* 44 CFCB = Centre de Formation au Carrières des Bibliothèques

* 45 INTD = Institut National des Techniques Documentaires.

* 46 Une opportunité à saisir pour les IUT désireux d'ajouter un atout de taille à leur formation...

* 47 Association organisant des stages de culture musicale onéreux pour les professionnels de la musique, voir plaquette d'information en annexe 10, page 52.

* 48 AIBM = Association Internationale des Bibliothécaires Musicaux.

* 49 ENSSIB = Ecole Nationale Supérieur des Sciences de l'Information et des Bibliothèques

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net