WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Usages et publics des discothèques : la spécificité du réseau parisien

( Télécharger le fichier original )
par Alexis Plékan
Université du Havre - DUT Métiers du livre 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

B. La Médiathèque musicale de Paris : définition et présentation

1. Définition

« Le seul établissement français de lecture publique conçu comme un espace musical digne de ce nom (toutes les musiques sur tous les supports), à la fois spécialisé et ouvert au plus large public, c'est la Médiathèque musicale de Paris. »6(*) Etablissement pionnier et phare dans le paysage des bibliothèques musicales françaises, la MMP symbolise à elle seule ce dont il est question dans le chapitre précédent : la transcendance de la logique de support (le document sonore) par celle du thème (la musique).

D'abord nommée Discothèque des Halles, la MMP7(*) voit le jour en 1986 en plein coeur de Paris, dans le Forum des Halles. Ce projet `entièrement dédié à la musique sous toutes ses formes' comme le voulait son créateur Michel Sineux, rencontre immédiatement un succès phénoménal. Son concept repose sur l'idée de rapprochement entre les supports et les publics comme le définit Gilles Pierret, son conservateur depuis 1995 :

« S'il est un enjeu capital pour l'avenir de la musique en bibliothèque, c'est bien celui du rapprochement -on a envie de dire de la réconciliation- des publics `savants' et de ce que l'on peut appeler le `grand public' même si (et parce que) la frontière n'est pas tout à fait aussi étanche entre les deux. C'est la prise en compte de ce défi qui est à la base de l'idée de médiathèque musicale publique, telle qu'elle a été définie par Michel Sineux et Dominique Hausfater, et appliquée à la Discothèque des Halles à partir de 1986. Pour la première fois, on sortait de la logique de support pour envisager une démarche thématique : toute la musique, quel que soit le support qui la véhicule, tel était le credo autour duquel se définissaient les missions, la politique documentaire d'un établissement bâti sur une idée apparemment simple mais qui révolutionnait toutes les pratiques ayant cours jusque-là. D'où les résistances qui expliquent que la MMP soit restée, quinze ans après sa création, la seule réelle tentative de mise en pratique de ce concept : malgré Michel Melot pour qui il constituait pourtant `un champ d'application privilégié d'une intégration réelle des publics et des médias'. »8(*)

Si, comme nous venons de le voir, la MMP est une (la seule) application parfaite du concept de médiathèque musicale, et en cela un lieu de stage idéal pour quiconque se destinant à la profession de bibliothécaire musical, cet établissement se distingue également par d'autres aspects. Premièrement, sa situation géographique, le Forum des Halles : lieu emblématique par son caractère central et son cosmopolitisme, la MMP a été conçue pour favoriser le brassage et la fusion des publics. Construite sur le noeud de communication le plus important de Paris `Châtelet-Les Halles', elle est très facilement accessible par les RER A, B et D et quatre lignes de métro, ce qui favorise la fréquentation par public parisien et francilien ainsi que la multifréquentation propre au réseau des bibliothèques parisiennes comme nous allons le voir par la suite. En outre, la MMP se situe au dessus de la Maison des Conservatoires et en face du Forum des Images (voir photo en annexe 1, page 40), ce qui l'inscrit dans la zone de chalandise de ces établissements culturels. Quartier très animé, les Halles devraient bientôt changer profondément de visage (voir plaquettes des projets en annexe) mais la MMP est garantie de demeurer dans son implantation actuelle et devrait même doubler sa surface, en annexant la Maison des Conservatoires au dessous d'elle.

Il convient à présent de présenter cet établissement sous des traits plus factuels, notamment en ce qui concerne son organisation spatiale, son fonctionnement, ses collections et ce afin de bien percevoir les particularités d'une telle institution.

* 6 Claire Nillu, dans Livre-Hebdo, 10 janvier 2003. Article : Le blues des bibliothécaires musicaux.

* 7 Rebaptisée ainsi en 1996.

* 8 Gilles Pierret dans Musique en bibliothèque : Quelle offre pour quels publics ? in Musique en bibliothèque. Sous la direction de Yves Alix et Gilles Pierret. Paris, Editions du Cercle de la Librairie, 2002.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net