WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Usages et publics des discothèques : la spécificité du réseau parisien

( Télécharger le fichier original )
par Alexis Plékan
Université du Havre - DUT Métiers du livre 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2. Réseau mode d'emploi

L'entreprise d'informatisation des bibliothèques de prêt achevée en 1998 apporte une nouvelle et fondamentale dimension au réseau de bibliothèque parisiennes, jusque là les maillons épars d'une chaîne d'établissements que rien sinon leur nature ne liait entre eux. L'informatisation va tout simplement tisser le lien indispensable entre les équipements et faire ainsi surgir le réseau dans toute son intérêt. Grâce à l'informatisation, les bibliothèques vont enfin se constituer une base commune et pouvoir fonctionner de manière complémentaire. Le Système Intégré de Gestion de Bibliothèque choisi est créé spécialement pour ce réseau dont la masse documentaire est considérable. C'est la société GEAC France qui met au point à la fin des années 1980 un logiciel sur mesure : LIBS100 PLUS, modélisé d'après le programme de gestion de la base de données de la Bibliothèque Nationale de Finlande. Ce nouvel outil va permettre aux bibliothécaires de cataloguer les documents selon une nomenclature informatique, le LEDMARC, format proche de l'US MARC qui optimise grandement les fonctionnalités de recherche par les usagers et qui permet surtout à ces derniers d'avoir accès à l'ensemble du catalogue informatisé de toutes les bibliothèques de la Ville de Paris, via des postes de consultation OPAC14(*) en libre accès situés dans les bibliothèques. Concrètement, de sa bibliothèque du 18ème arrondissement, un usager pourra par exemple interroger le catalogue collectif et avoir accès à toutes les notices des documents qui l'intéressent -où qu'ils soient dans le réseau- et savoir dans quelle bibliothèque le document qu'il recherche est en rayon, ou au contraire emprunté. Cette petite révolution altère profondément l'usage des ressources par le public qui découvre désormais l'étendue et la richesse du réseau ainsi que des établissement qui apparaissent sur l'OPAC mais dont il ignorait jusqu'alors l'existence. Qui plus est, LIBS100 PLUS gère aussi le fichier des adhérents, rendant possible l'emprunt dans toutes les bibliothèques à l'aide d'une carte unique d'inscription, véritable sésame d'un usage en réseau que la mobilité parisienne et l'offre en transports publics facilitent grandement.
Dès lors, beaucoup d'usagers déploient spontanément des stratégies d'utilisation : une bibliothèque près du lieu de travail, une autre dans la zone du domicile, une près de l'école de enfants, un détour sur une ligne de métro pour emprunter des disques ou des vidéos etc.

Seule l'informatisation pouvait rendre possible cette multifréquentation, spécificité et pierre angulaire du réseau parisien. Les conclusions de l'enquête sur les publics des bibliothèques parisiennes en 2003 vont d'ailleurs dans ce sens : « Paradoxe, le réseau parisien constitué comme un maillage d'équipements de quartiers est aujourd'hui plus volontiers perçu par les professionnels comme un ensemble centralisé dont l'unité repose sur l'existence d'une carte d'inscription unique et d'un catalogue commun. »15(*)

La prochaine étape de ce processus est bien évidemment la conversion en TCP/IP16(*) du catalogue afin de le mettre en ligne sur Internet, ce que les usagers réclament depuis longtemps. Au vu de la masse des fichiers concernés, la mise en ligne a nécessité le développement de stratégies techniques inédites et devrait aboutir en septembre 2004. On ignore encore si seul le catalogue sera en ligne ou si les usagers pourront également consulter leur compte, voire agir sur la base en direct (en réservant des documents par exemple).

Outre ces considérations d'ordre technique et bibliothéconomique qui sont du ressort des professionnels, il convient de décrire les conditions pratiques d'accès aux bibliothèques et à leurs ressources. Depuis leur création, l'accès libre et gratuit à toutes les bibliothèques du réseau est resté une constante. Le prêt d'imprimés (livres, revues, partitions...) est gratuit ainsi que tous les documents dans les bibliothèques et sections jeunesse. Seul le prêt des phonogrammes et des vidéogrammes fait l'objet d'un forfait annuel (30,50 € pour les disques et 61 € pour les disques et vidéos/DVD). On notera néanmoins que seuls les habitants de Paris et sa région peuvent s'inscrire et que le prêt de documents est limité à 40 au total dans tout le réseau.

Si la carte unique et le catalogue commun fondent l'unité de l'ensemble centralisé qu'est le réseau des bibliothécaires (cf. citation plus haut), ce ne sont pas les seuls éléments qui participent à la centralisation comme nous allons maintenant le voir.

* 14 OPAC = Online Public Access Catalog

* 15 Une familiarité distante : enquête sur le public des bibliothèques municipales parisiennes par Yves Alix et Stéphane Wahnich. In Bulletin des Bibliothèques de France, n° 2, 2004.

* 16 TCP/IP : Transport Control Protocol / Internet Protocol : protocole de communication permettant l'échange de données entre toutes les machines connectées à Internet.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net