WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Quels sont les obstacles à la professionnalisation d'un club de basket-ball amateur ?


par Nicolas MATHIEU
Université Paris XII - Licence STAPS Management du Sport 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.4.2. Le sponsorisme en Ile-de-France

Il suffit de faire un tour dans les différents gymnases de Nationale 2 et de Nationale 3 pour constater une nette différence entre les partenariats club-entreprise du coté francilien et du coté province. Certains clubs comme Calais ou Ardres peuvent s'enorgueillir d'une trentaine de partenaires privées souhaitant associer leur nom à leur équipe locale ou tout simplement donner un coup de pouce financier à une structure de laquelle ils sont proches. A travers mes différents entretiens de type informels souvent avant ou après une rencontre, avec les dirigeants de clubs nordistes74(*) on peut dégager deux types de pratique de la part des clubs de Province. La première est l'attribution à un dirigeant d'un rôle de démarcheur auprès des entreprises locales. Une attribution qui ne trouve que peu d'échos au sein des clubs franciliens75(*). La deuxième pratique tiens à développer un «Club des partenaires» qui permet aux entreprises de créer une vraie relation avec le club mais aussi entre eux, une manière de faciliter les relations b-to-b (business to business). Il n'existe à ma connaissance aucun club de ce type en Ile-de-France. Mais comment expliquer une telle différenciation entre les dirigeants franciliens et les provinciaux ? On ne peut pas se cacher derrière les chiffres de Jean-François BOURG qui annonce qu'«en 1997, le football (33,3%) et le rugby (28,4%) sont à eux deux 61,7% de toutes les recettes de sponsorisme en France.»76(*). Ces chiffres sont valables pour la France entière, les clubs provinciaux trouvant la parade pour faire mentir ces chiffres.

On peut y trouver un début d'explication dans la médiatisation des clubs de basket-ball. Lors de la saison 2006/07, la rivalité entre Calais et Le Mée pour la montée en Nationale 2 trouva son paroxysme lors du match retour opposant les deux équipes. Le match se déroula dans le Nord dans un gymnase qui accueillait pour l'occasion une station de radio locale qui retransmettait la rencontre en direct, une chaîne de télévision locale qui préparait un résumé pour le lendemain et nous pouvions voir deux quotidiens régionaux faire une page entière sur l'événement. Cette année, le duel pour la montée opposait Le Mée à Marne la Vallée, deux équipes franciliennes. Le jour du match, pas de télé locale, pas de radio locale (même si une radio nous contacta le lendemain pour recueillir nos impressions) et un article d'une demi page dans Le Parisien Seine-et-Marne qui sera suivi le lundi d'un article d'une demie page dans La République de Seine-et-Marne. Même si, dans les deux cas, le gymnase paraissait trop petit pour l'occasion, la disproportion médiatique entre les deux cas peut expliquer en partie la différence de relation avec les entreprises locales.

La presse quotidienne régionale joue un rôle prépondérant dans la professionnalisation d'une organisation sportive. Elle permet d'offrir une vitrine médiatique. STUMPP et GASPARINI77(*) le confirme lorsqu'ils évoquent le cas du club mulhousien de volley-ball « A travers son soutien à la professionnalisation du volley-ball, la presse quotidienne régionale perçoit la rentabilité économique de l'opération : la professionnalisation d'un sport entraîne un intérêt pour les médias en général et pour la presse en particulier. L'existence d'un club de haut niveau ayant une notoriété nationale intéresse évidemment le journaliste du service des sports qui traite habituellement les activités collectives peu médiatisées. L'accès d'une équipe au haut niveau ouvre ainsi un espace d'expression journalistique toujours susceptible d'être reconverti en capital de reconnaissance symbolique.» Un capital de reconnaissance symbolique qu'il est difficile de trouver en Ile de France lorsque même l'équipe évoluant en Pro A, Paris Basket Racing se voyait privé de tout article inhérent au domaine sportif. Le Parisien s'afférant plutôt à relayer ses difficultés d'ordre économique. Depuis que le club est devenu Paris Levallois Basket, il intervient dans le journal simplement pour relayer son résultat tandis que dans l'Est Républicain, le SLUC Nancy peut parfois se voir réserver un titre en haut de la première page au même titre que l'AS Nancy Lorrain son concurrent du football.

Un dernier élément peut expliquer la particularité du sponsorisme en Ile-de-France c'est l'attitude des chefs d'entreprise face au sponsoring. La concurrence industrielle et commerciale est reconnue plus forte en Ile-de-France de par la concentration des activités. Une concurrence qui offre moins de possibilité d'ouvrir les recettes à une notion de «dons», de «mécénat» ou d'actes gratuits sans contrepartie financière avérée. De plus, les entreprises franciliennes doivent faire face à une demande de sponsorisme beaucoup plus forte qu'en province car les associations sont plus nombreuses. Enfin, l'attache des dirigeants provinciaux à la localité est plus forte en province qu'en Ile de France. Tous ces éléments seraient donc la confirmation d'une disposition moins grande des entreprises franciliennes à accepter les offres de sponsorisme des clubs.

Si la conjoncture économique paraît moins bénéfique aux associations franciliennes, on ne peut s'empêcher de penser qu'elle est accentuée par une moins bonne organisation des clubs concernant ce sujet.

* 74 Sources : dirigeants de Calais, Ardres, Orchies et Bourbourg.

* 75 Il n'existe pas de poste de dirigeant spécialisé dans le sponsoring à Le Mée, Meaux, Marne la Vallée, Tremblay et Juvisy. Sources : les présidents des clubs concernés.

* 76 BOURG Jean-François, Financement des clubs sportifs et stratégies des collectivités, Voiron, Edition de « La Lettre du cadre territorial », 1999.

* 77 STUMPP Sébastien et GASPARINI William, Les conditions sociales d'émergence du volley-ball professionnel. De l'espace nation au club local (1970-1987), STAPS n°63, pages 123-138, 2003.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy