WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Classification de la population en catégories socio-économiques : méthodologie et application pratique


par Mustapha HADD
Institut national de statistiques et d'économie appliquée - Ingénieur d'Etat Option : Démographie 1999
  

précédent sommaire suivant

II. Les catégories socio-économiques adoptées pour l'enquête sur la consommation et les dépenses des ménages de 1971

La classification en C.S.E adoptée en 1971 ne s'est basée que sur un seul critère qui est celui de la profession principale. Ce critère pris seul s'avère insuffisant dans la mesure où deux personnes regroupées dans une même catégorie peuvent avoir des situations dans la profession différentes ou bien des dépenses par tête largement dispersées.

Les catégories adoptées sont 

· Professions libérales, techniciens et assimilés.

· Cadres administratifs supérieurs.

· Employés de bureaux.

· Vendeurs

· Agriculteurs exploitants.

· Ouvriers agricoles.

· Travailleurs dans les transports et les services.

· Artisans.

· Population active non classée ailleurs.

· Inactifs.

La lecture de ces catégories socio-économiques suggère les remarques suivantes :

1- La prise en considération d'un seul critère qui est celui de la profession principale entraîne une confusion entre cette classification en C.S.E et celle en catégories socioprofessionnelles.

2- L'initiative de la classification a été laissée aux enquêteurs. Cependant, certaines catégories n'ont pas été explicitées clairement pour leur faciliter la tâche. Les enquêteurs peuvent, cependant, confondre les C.S.E entre elles et deviennent par la suite une source d'erreurs d'observations.

3- Certaines catégories sont très hétérogènes, telles que la catégorie des vendeurs qui regroupe en même temps par exemple les commerçants et les agents d'assurance.

III. Les catégories socio-économiques proposées pour l'enquête sur la consommation et les dépenses des ménages de 1984/85

Afin de résoudre les problèmes posés par la classification de 1971, on a ajouté trois autres critères qui sont : L'activité économique principale, la situation dans la profession et le diplôme le plus haut obtenu. Ces critères supplémentaires avaient pour but de former des groupes plus homogènes que ceux adoptés auparavant.

Avant de citer les différents C.S.E qui ont été proposées pour diffuser les résultats de l'enquête nationale sur la consommation et les dépenses des Ménages, il serait utile de commencer par définir les quatre critères adoptés :

· Profession principale : c'est le genre du travail habituel exercé par la personne durant les 12 mois précédents le jour de l'enquête.

· Activité économique principale : c'est la nature du produit fabriqué ou du service fourni par l'établissement où la personne travaille.

· Situation dans la profession : c'est la situation de la personne concernée dans son emploi, en d'autres termes il s'agit de savoir si elle travaille en tant que salarié, indépendant, employeur, apprenti ou aide familiale.

La distinction entre les deux situations socioprofessionnelles "indépendant" et "employeur" s'est fait de la manière suivante :

- Un employeur est toute personne active travaillant pour son propre compte en exploitant sa propre entreprise et en employant cinq salariés et plus.

- L'indépendant est toute personne travaillant pour son propre compte et employant mois de cinq salariés.

Les aides familiales sont classées dans une catégorie à part afin de ne pas avoir dans une même catégorie l'aide familiale et la personne aidée que se soit indépendant ou employeur. Les apprentis ne sont pas considérés des salariés parce qu'ils ne perçoivent pas un salaire ayant un caractère périodique et permanent. Ils occupent eux aussi une classe à part.

Les catégories socio-économiques proposées sont présentées comme suit :

· Exploitants agricoles

- Exploitants agricoles indépendants.

- Exploitants agricoles employeurs.

· Ouvriers agricoles : les personnes salariées qui exercent un travail manuel pour le compte d'autrui dans l'agriculture et ses activités connexes.

· Cadres supérieurs administratifs travaillant dans les professions libérales, ingénieurs, hauts cadres administratifs et assimilés.

- Cadres supérieurs travaillant dans les professions libérales, hauts cadres administratifs, professeurs de l'enseignement supérieurs et assimilés.

- Ingénieurs, cadres administratifs supérieurs et personnels assimilés.

· Cadres moyens administratifs ou travaillant dans les professions libérales techniciens :

- Cadres administratifs moyens.

- Cadres moyens travaillant dans les professions libérales.

· Commerçants 

- Commerçants de gros.

- Gros commerçants de détail.

- Petits commerçants de détail.

- Commerçants ambulants

· Employeurs non agricoles.

· Indépendants non classés ailleurs 

- Indépendants dans l'industrie.

- Indépendants dans les services personnels.

- Indépendants dans la réparation.

- Indépendants dans les autres services.

· Employés de services 

- Employés de bureaux.

- Employés de services personnels et domestiques.

- Employés de commerce.

- Autres employés de service.

· Ouvriers non agricoles.

· Apprenties et aides familiales :

- Apprentis

- Aides familiales.

· Actifs non classés ailleurs.

· Inactifs

- Inactifs avec source de revenu : les rentiers...etc.

- Inactifs sans source de revenu.

L'avantage de cette classification c'est qu'elle est bien détaillée et elle facilite donc la tâche contrairement à la première classification. Mais, elle présente aussi les inconvénients suivants :

- Primo : la distinction entre "employeur" et "indépendant" par le nombre d'employés s'est fait au hasard. En effet, le nombre de personnes employées n'est pas un indicateur pertinent du niveau de vie. Il se peut qu'une personne employant moins de personnes génère un revenu assez important que celui faisant travailler pour son propre compte plus de personnes. Cela dépend de la nature du travail qu'on exerce.

- Secundo : Les critères adoptés restent insuffisants même s'ils ont donné des groupes plus homogènes que ceux de la première classification. La variable "dépenses annuelles moyennes par tête" est pertinente quant à la détermination du niveau de vie des ménages.

- Tertio : la classification ne s'est pas basée sur une méthode scientifique. Au contraire, elle s'est basée sur la construction d'un tableau dit de correspondance à partir duquel le numéro du code de la catégorie se trouve dans la case du tableau déterminé :

· horizontalement par les codes de profession, de l'activité économique et du diplôme le plus haut obtenu.

· verticalement par la situation dans la profession.

Conclusion

La classification en catégories socio-économiques dépend fortement de variables ou critères adoptés. En effet, l'expérience de 1971 et 1984/85 ont donné deux typologies de la population en C.S.E assez différentes. Le nombre de critères mis en jeu est très déterminent. Plus en ajoute de critères plus la classification en catégories socio-économiques aboutit à des classes très homogènes.

précédent sommaire suivant