WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Agriculture et croissance économique au Cameroun


par Hervé BELLA
Institut Sous-régional de Statistique et d'Economie Appliquée (ISSEA) - Ingénieur d'Application de la Statistique 2009
  

précédent sommaire suivant

3.1.2 Production des cultures vivrières

3.1.2.1 Le manioc

Figure 4: Évolution de la production de manioc au Cameroun

Source : Administrations économiques et financières, FMI et BEAC (2006)

La production de manioc au Cameroun reste inférieure à 3000 tonnes comme le montre la figure 4. Cette figure présente des fluctuations, avec une tendance à la hausse dès 1993, une baisse entre 1998 et 2000 et une reprise depuis 2000. Dans le DSRP, le gouvernement camerounais insistait sur l'augmentation de la production des cultures vivrières notamment le manioc pour l'amélioration de la sécurité alimentaire.

3.1.2.2 Le maïs

La figure 5 présente l'évolution de la production de maïs au Cameroun entre 1992 et 2005. La production de maïs est en hausse depuis 1992, avec une production qui a atteint un million de tonnes en 2005. Ce produit, en plus de la consommation finale à l'état, entre en consommation intermédiaire dans de nombreuses productions.

Figure 5: Évolution de la production de maïs au Cameroun

Source : Administrations économiques et financières, FMI et BEAC (2006)

3.1.2.3 Le riz paddy

Figure 6: Évolution de la production de riz paddy

Source : Administrations économiques et financières, FMI et BEAC (2006)

Comme le montre la figure 6, la production de riz reste à un niveau relativement bas au Cameroun. Depuis 1992, la production de riz est restée inférieure à 80 000 tonnes, avec une valeur record de 73 000 tonnes en 1998. Or ces dernières années le riz est devenu un produit alimentaire important pour la population camerounaise. Une reprise de la production dans cette filière contribuerait à réduire les importations de riz en provenance de l'Asie et donc réaliser l'économie des devises étrangères.

précédent sommaire suivant