WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Motivation et réussite des apprentissages scolaires

( Télécharger le fichier original )
par Jean Baptiste NDAGIJIMANA
Université de Bouaké/ENS - Côte d'Ivoire - DEA 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

6.1. Résultats issus du temps d'observation

Après six heures d'observation dans chacune de deux classes concernées (4ème) par l'étude, il nous a été donné de conclure que des enseignants de l'enseignement secondaire n'intégraient pas d'une manière systématique la motivation dans leurs enseignements. La pédagogie adoptée est celle dite traditionnelle, expositive et explicative avec questionnement oral de compréhension pendant la séance, la prise de notes par les élèves et demande d'explication, écriture des concepts clés, définition et formules au tableau noir, production de schémas au tableau noir à recopier sur le cahier et d'un résumé écrit par l'enseignant au tableau noir avec une participation des élèves. Nous avons pu noter les points significatifs suivants :

- Il n'y a pas de rappel systématique de la leçon précédente;

- L'enseignant n'avertit pas de la forme de la tâche;

- Il y a absence de fiche de connaissance et de fiche de procédure;

- Les enseignants utilisent très peu les situations de dialogue;

- L'enseignement est centré sur l'objet cognitif que les démarches, le sens, l'importance et l'intérêt de l'apprenant;

- Les termes et expressions employés par les enseignants (c'est bon, ce n'est pas ça, c'est faux, ça nous prend du temps, faites attention, qui est d'accord? Qui n'est pas d'accord? Regardez bien, suivez au tableau,) montrent bien qu'ils suscitent râlement la motivation des élèves;

- Les élèves posent râlement des questions et sont répondus partiellement.

Par ailleurs, les enseignants ne cherchent pas les origines des erreurs des élèves. Ils évitent d'interroger ceux qui ne trouvent pas des bonnes réponses. Ils laissent râlement les élèves aller jusqu'au bout de leur raisonnement, de leurs phrases. Et comme nous l'avons observé, ils attendent moins longtemps pour les élèves faibles et non motivés quand ceux-ci ont à répondre à une question, ils leurs donnent la réponse ou font appel à un autre élève plutôt qu'essayer d'améliorer leur réponse en leur donnant des indices, en répétant ou en reformulant la question, ils leurs donnent des renforcements inappropriés, interagissent moins fréquemment avec eux, demandent moins souvent aux faibles et aux démotivés de répondre à une question, ou leur posent uniquement des questions simples à répondre.

Nous avons toutefois observé chez les étudiants stagiaires de l'université une démarche active. Ils faisaient travailler des élèves en groupe. Cette démarche utilisait les situations de dialogue car les élèves pouvaient s'exprimer et s'expliquer tel ou tel problème en groupe et en séance plénière. Cette démarche encourage et suscite l'intérêt de l'élève dans une approche motivationnelle. C'est qui nous a poussé à poursuivre l'étude en choisissant ces stagiaires pour proposer l'enseignement d'approche motivationnelle aux élèves. Mais avant, il fallait confirmer les conclusions de nos observations par un entretien.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net