WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse communicationnelle de l'émergence des pratiques environnementales et d'éducation à  l'écocitoyenneté


par Nfally COLY
Université de Provence Aix-Marseille1 - Master 1 2007
  

précédent sommaire suivant

12. Approche réflexive

En tout état de cause, nous pouvons reconnaître que le discours des Institutions sénégalaises en faveur de l'environnement s'est considérablement modifié. En effet, d'une politique environnementale autoritaire et imposée on est passé à des pratiques incitant à préserver la nature. Aussi, l'avènement des Associatifs a-t-il largement contribué à la mise en place de démarches de proximité en vers la population. Cependant, malgré ces efforts, la politique environnementale sénégalaise ne suscite pas tant d'engagement. Les raisons d'une insuffisance d'engagement s'expliquent entre autre par le recours au modèle classique de communication.

12.1 La communication classique : informer/sensibiliser

La communication est essentiellement centrée sur l'information et la sensibilisation. Il s'agit, donc par là, de véhiculer un message à travers des outils tels que la radio, la télévision, les affiches, à travers des campagnes de sensibilisation, des rencontres sportives, etc. Un tel modèle n'engendre pas un réel engagement des destinataires. La raison c'est que dans ce type de communication, l'action n'est pas la finalité. On vise essentiellement à conscientiser et à amener chaque individu à poser un discours favorable, en l'occurrence la protection de l'environnement. Les expériences, conduites en 2005-2006, dans le sud de la France, par l'ADEME et le CREPCOM résument bien les limites des campagnes d'informations. « Ces campagnes sont certes nécessaires. Elle servent au fil du temps à modifier les savoirs, les idées, les attitudes et même, certainement, à provoquer de réelles prise de consciences. Mais elles ne sont pas, en tant que telles, suffisantes pour promouvoir de nouvelles habitudes ». Souvent, ces discours ne prennent en compte les idées et les besoins de la population. Or, l'engagement des destinataires nécessite l'implication de ces derniers dans l'élaboration et l'application du projet tel que le prône la communication engageante.

12.2 La communication engageante : des idées aux actes

Pour optimiser davantage le degré d'engagement de la population sénégalaise, il serait, peut-être, intéressant de faire recours à la communication engageante. En effet, l'idée serait de passer d'un état de conscience à un état d'action. Les acteurs sociaux devraient penser la relation entre le discours et l'action autrement dit comment emmener la population à agir de façon libre, en s'identifiant à l'action (je fais ça parce que je suis comme ça). Ce faisant, l'écart entre les discours et la réalité pourrait considérablement diminuer voire même disparaître. Les recherches sur la communication engageante montrent « qu'il suffit de peu de chose pour passer des idées aux actes » (Joule, R.V., 2004, Des intentions aux actes citoyens. Cerveau & Psycho, 7, 12-17). Ce peu de chose « passe notamment par l'obtention d'actes préalables peu coûteux, et donc relativement facile à obtenir. » (Joule, R.V., id). Ces actes dits « préparatoires » ont un double intérêt :

1 / ils vont rendre les personnes qui les auront réalisés plus sensibles au messages qui leur seront communiqués par la suite,

2/ ils vont les préparer à se comporter conformément à ces messages. (Joule, Py et Bernard, 2004, Qui dit quoi, à qui, en lui faisant faire quoi ? Vers une communication engageante, Paris : Dunod).

Les projets engageants se veulent alors d'intégrer tous les acteurs, notamment la population qui devient « acteur-partenaire » susceptible de contribuer aussi bien par ses idées que par son action. Car l'on ne peut s'engager que lorsqu'on est réellement impliqué. De cette implication et cet engagement, découle la pérennisation de l'action, élément fondamental de tout projet efficace.

En somme, le recours à la communication engageante devrait permettre aux institutions, associations et ONG d'impliquer davantage la population et de les engager durablement en vue de la pérennisation de l'action.

précédent sommaire suivant