WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Rôle des langues dans la construction de l'identité des immigrés italiens et de leurs descendants

( Télécharger le fichier original )
par Sylvie ROBERT
Université Stendhal Grenoble 3 - Master 1 Français Langue Etrangère 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

ANNEXE 9

Vos grands-parents étaient italiens et sont venus en France en (date)

Votre prénom : Votre âge :

q Vos grands-parents paternels/ maternels étaient tous les deux italiens, originaires de ~~~~~~ (région)

q Votre grand-père paternel/ maternel était italien, originaire de: ~~~~~~~~. (région)

q Votre grand-mère paternelle/ maternelle était italienne, originaire de ~~~~~~~ (région)

1- Ils ont quitté l'Italie pour

q trouver du travail

q suivre leur famille

q des motifs religieux ou politiques

q autres : ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

2- Vos parents sont nés

q En France

q En Italie

3- Avec leurs enfants, vos grands-parents parlaient

q En dialecte Un peu en italien, un peu en

q En italien français

q Seulement en français (dès qu'ils

ont appris la langue)

4- Avec vous, vos grands-parents parlent/ parlaient en italien

q Jamais Souvent

q Juste quelques mots toujours

5- Vous avez appris l'italien

q Parce que vos grands-parents y tenaient

q Parce que vos parents y tenaient

q Parce que vous êtes fier(e) de vos origines italiennes

q Autres : ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.

6- Vos grands-parents ont gardé de l'Italie

q La cuisine

q Les fêtes traditionnelles (La Befana par exemple)

q La culture (musique, littérature, cinéma...)

q Autres : ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

q Aucune habitude. Ils ont adopté le mode de vie français.

7- Vos grands-parents vous ont parlé de l'Italie

LI Jamais LI Seulement pour répondre à

LI Rarement mes questions
LI Souvent

8- Ils vous ont parlé

LI de leur région, de leur village

LI de leur enfance

LI des raisons qui les ont conduits à quitter l'Italie

LI de l'histoire de leur pays

LIautres : ............................................................................

9- Lorsqu'ils parlent (parlaient) de l'Italie, ils sont (étaient) : LI Emu(e)

LI Nostalgiques LI Négatif (ve)

LI Contents

10- Que vous ont transmis vos grands-parents de l'Italie ? LI Rien

LI Des traditions, des habitudes

LI La langue

LI Une image positive : .....................................................................

LI Une image négative : .....................................................................

ANNEXE 10

Extraits de témoignages, Les Français, Guy GIRARD, 1994. Récit d'une dame de Longwy (Lorraine)

"D'après ce que j'en sais mes grands-parents sont arrivés à Auboué en 1905, avec leurs deux fils et maman qui avait douze ans pour travailler dans les mines parce qu'il n'y avait pas de quoi les nourrir dans leur pays. Et à la guerre de 14, ils ont été expulsés en Italie et maman disait toujours qu'ils avaient été très mal reçus en Italie, parce qu'ils disaient : « Vous venez manger notre pain, retournez en France ! ».Et c'est ce qui s'est passé, en 18, à la fin de la guerre, ils sont revenus là où ils étaient avant, à Auboué.

G.G : Vous, vous avez eu la nationalité française tout-de-suite ?

- Non, maman nous a fait naturalisés, j'avais 8 ans. Elle, elle n'a pas pu avoir la nationalité française, je sais pas pourquoi, elle a jamais pu être française, ma mère. C'était peut-être à cause...

G.G : Et vous vous sentiez française ?

- Oui .... (hésitation) oui et non. Encore maintenant. (sourire). Je me sens française, mais je sens...je ne peux pas renier mes origines, ça je ne le ferai jamais. Je me sens française, oui, quand même, mes enfants sont français, je me sens française.

(...) Alors quand on se bagarrait à l'école, parce qu'il y avait des bagarres, on était des « sales macaronis ». Alors on disait : « Macaronis oui, mais pas sales ». Ça je me souviens que je le disais (rire). Mais bon, c'était des bagarres d'enfants.

G.G : Et vos enfants, est-ce qu'ils se sont mariés avec des personnes d'une autre origine qu'italienne ?

- Alors, ma fille aînée, non. Elle s'est mariée avec un Italien

Le deuxième s'est marié avec une Française, il a divorcé, maintenant il est marié avec une Hollandaise. La troisième avec un Français. Et le dernier avec une Française. Et j'ai une petite-fille qui vient de se marier avec un Algérien.

Alors vous voyez, c'est pas seulement l'Europe, c'est le monde, là.

(Elle chante)

" Quand les hommes vivront d'amour, Il n'y aura plus de misère,

Les hommes seront troubadours, Mais moi je serai mort, mon frère."

Elle est belle, hein ?

Interview de 4 hommes Italiens à Auboué (Lorraine)

"La génération qui est venue en 1920-21 -22, c'est des gens qui ont été chassés par Mussolini, donc c'étaient des gens qui étaient quand même des réfugiés politiques, mais pour eux, quand ils nous parlaient de la Toscane... Ah ! La Toscane, le soleil... Ils étaient émerveillés. Et ils auraient souhaité terminer leur vie en Italie, mais comme les enfants étaient tous nés en France, c'était devenu des Français, les petits-enfants étant ici, ils pouvaient plus quitter "

" Faut pas oublier que notre génération, si on a été les enfants de la guerre, on a été les enfants d'une catégorie populaire assez pauvres, hein. Avec Louis, la 1ère fois qu'on a vu la mer, c'est quand on a été jouer au basket à Marseille et j'avais 23 ans ! Donc de ma vie, j'avais jamais vu la mer, je savais pas ce que c'était.

- Ah, ben, tout le monde, hein...

-Nos parents ne pouvaient pas nous emmener en vacances, je parle de notre catégorie sociale. Jusqu'à un certain moment, comme nos parents n'avaient pas ces avantages là, nous les enfants, on a été un peu comme eux. Mais comme on a été à l'école communale et que, là il faut rendre hommage à nos instituteurs, qui ont fait de nous des futurs Français, parce qu'on a pris des habitudes, tout en gardant nos coutumes italiennes, on est des franco-italiens quoi, bien sûr."

G.G Qu'est-ce qui vous attache dans cette région? Pourquoi vous aimez votre région ? Qu'est-ce qu'il y a de bien ici ?

- C'est là qu'on est venu au monde, on a vécu là, on a tous nos amis, vous nous voyez là, quitter une région...on connaît personne, c'est triste. Tandis qu'ici, on se revoit, on se rappelle des souvenirs, notre vie c'est ici. On recommence pas deux fois la même chose. Réussi ou échoué, on s'est contenté de ce qu'on a connu et on ne s'en plaint pas.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy