WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Stratégie de croissance économique et environnement de l'investissement au Nord Kivu-RDC, période post conflit

( Télécharger le fichier original )
par Bob Kambale Kighoma
Institut Superieur d'informatique et de Gestion - Licence 2009
  

précédent sommaire suivant

I.3. LES FACTEURS MOTIVANT L'INVESTISSEMENT

La décision d'investir est déterminée par de multiples raisons, nous en retiendrons les principaux, sans prétendre à l'exhaustivité :

a) Le profit

L'entrepreneur investit dès lors qu'il dispose des moyens financiers pour le faire. Nous retrouvons ici la logique selon laquelle «  les profits d'aujourd'hui sont les investissements de demain, qui sont les emplois d'après-demain ».

b) La disponibilité de matières premières et prix de facteurs de production:

Les investisseurs sont motivés à investir dans les zones où les facteurs de production sont en quantité et en qualité abordables à moindre cout.

c) Le crédit, facilité bancaire et le taux d'intérêt

L'Investissement augmente de manière inversement proportionnelle au taux d'intérêt c'est-à-dire de lors le taux d'intérêt est en baisse, l'investissement augmente, dans le cas échéant de la hausse de taux d'intérêt, l'entrepreneur réduit son investissement. Il est ici implicitement supposé que l'entrepreneur recourt au financement interne de l'investissement, c'est-à-dire utilise sa propre épargne pour acquérir des biens de production.

L'entrepreneur peut également procéder à un financement externe de l'investissement, en empruntant une certaine somme ou en faisant recours au partenariat, a l'actionnariat des multi firmes dans le respect de protocole d'affaires. Dans ce cas, il compare le prix d'un emprunt (le taux d'intérêt) avec ce que lui rapporte l'investissement, à savoir son taux de rendement (le taux de rendement de l'investissement est égal aux profits liés à l'investissement/coût de l'investissement). Si le taux de rendement est supérieur au taux d'intérêt, l'entrepreneur effectue l'investissement.

Les investissements ont plusieurs caractéristiques :

Il est considéré comme productif lorsque la valeur cumulée des biens et des satisfactions obtenues est suffisamment supérieure aux coûts engendrés. Il est considéré comme improductif, lorsqu'il concerne des biens et des services d'utilité publique (écoles, hôpitaux, etc.). En outre, les investisseurs préféraient faire des transactions à travers les institutions financières internationalement crédibles ayant des agences dans le pays.

d) Le risque et environnement

L'entrepreneur avertit doit tenir compte de risque, c'est-à-dire des mesures judiciaire protectrices et sécurisation des investissements et investisseurs, le choix et sélection de la zone de prospérité, le système politique et gouvernance, etc. Restons sans ignorer que « les affaires n'aiment pas le bruit »

e) Cout d'opportunité

Le cout d'opportunité renvoie au choix de l'investissement, il consiste à identifier les investissements les plus rentables c'est-à-dire :

- qui créent de la valeur,

- qui rapportent un taux de rentabilité supérieur au coût d'opportunité du capital,

- qui enrichiront l'investisseur (actionnaires, banque) en tenant compte de la durée de vie, du délai de récupération (payback), la valeur actuelle nette(VAN), le taux interne de rendement (TIR), de l'indice de profitabilité, les sensibilités au différents scenario, des externalités positives ou négatives, du risque éventuel24(*).

Ces éléments permettront a l'investisseur d'évaluer ses actifs pour décider de l'allocation des ressources en incluant toutes les dépenses liées à l'investissement , d'apprécier le flux de fin de vie correspondant aux recettes, ou dépenses vers la fin de l'utilisation de l'investissement (frais de démantèlement, cession,...)

f) Le marché et pouvoir d'achat

Plus la consommation des biens et services est élevée dans un territoire X, plus les investisseurs sont intéressés d'y augment des investissements de production (il s'agit donc du critère de pouvoir d'achat de la population).

g) Les avantages comparés :

Plus les facteurs de productions de biens et service sont moins cher dans le pays X, les investisseurs ont tendance à se spécialiser dans la production de ces biens et abandonner la production qui semblerait être très couteuse.

h) L'allégement fiscal et exonération

Il est toujours dit que trop d'impôts tue l'impôt : l'investisseur serait attiré par une fiscalité qui ne pèse pas sur ses affaires. Le gouvernement devrait donc à tout prix, opter pour un système fiscal susceptible d'attirer les investissements afin d'être virée dans son territoire. En d'autres termes, les entreprises ont naturellement tendance à s'installer dans des paradis fiscaux.

i) La gouvernance, lois et législations du pays

Nous faisons allusion à la transparence, la démocratie, l'absence de corruption, aux procédures simplifiées, etc.

j) les bonnes procédures de passation de marche et de privatisation

La privatisation des certaines entreprises ou secteurs offre plus d'avantages sur le plan économique dans le cas où la procédure de passation du marché a été bien respectée par le gouvernement, Au plan sectoriel, on aura comme avantages l'augmentation de l'investissement ; l'apport de l'innovation et du savoir-faire; l'amélioration de la gestion et un meilleur rapport qualité/prix. En plus de la disparition progressive du monopole public, on ajoutera l'élimination des déficits financiers; une meilleure imputabilité des dirigeants; la réduction de l'interférence politique et corruption; ainsi que la définition d'un bon cadre réglementaire.

m) la diplomatie, communication et la capacité de négociation.

Il existe depuis longtemps des stratégies positives d'attraction ou d'imitation (exporter son modèle, présenter une image favorable). Ces stratégies se déclinent de diverses façons : idéologie, modèles de consommation, style de vie, culture, prosélytisme religieux, présence dans les organisations internationales, réseaux, diffusion d'une langue, de normes intellectuelles, techniques, juridiques...il doit exister des structures d'État officiellement chargées d'agir sur les opinions publiques étrangères par des relais médiatiques ou autres. Cela devrait se payer en dividendes économiques et diplomatiques. On doit employer des professionnels de la communication (ou leurs méthodes) pour peser sur les décisions d'autorités nationales ou internationales, mais aussi pour défendre sa réputation auprès d'une opinion et de médias étrangers, Faire passer une idée auprès d'une opinion étrangère, exercer une véritable propagande hors frontières, Encourager certaines mentalités, cadres intellectuels, valeurs, catégories, codes... qui rendront les relations plus faciles, qui amèneront les autres à penser, travailler, juger comme on le désire.

* 24 J. Chirac Kindu : Cours d'analyse financière des projets, ISIG-Goma, 2e licence 2010, inedit

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.