WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion du réseau routier au Cameroun et développement du linéaire

( Télécharger le fichier original )
par Ludovic Feudjio Nguetsop
Université Rennes 1 et Yaoundé II - Master Analyse et Evaluation des Projets 2008
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

CHAPITRE 2 :

CAbRE bE LA GESTION bU RESEAU ROUTIER AU

CAMEROUN

La gestion du reseau routier ca merounais connait de no mbreux problemes, co mme l'on l'a deja releve plus haut. Au regard de tout cela, il convient tout d'abord de l'explorer, pour connaitre comment il est structure, les differents responsables de sa gestion, et les bases de sa politique de gestion, avant de pretendre a une quelconque etude du sujet.

bans la section qui va suivre l'on presentera l'etendue du reseau routier ca merounais, les differentes categories de routes, ainsi que le role qu'elles jouent, leur importance et leur etat. L'on presentera par la suite les differents intervenants dans la gestion, leur role et leur importance.

.1.1 - Le reseau routier Camerounais, et les intervenants dans sa gestion 11.1.1 - Presentation du reseau routier Camerounais

En dehors des autoroutes et des voies urbaines, la nomenclature routiere fixee par decret presidentiel n° 79/093 du 21 mars 1979 a divise le reseau routier ca merounais long de 50 000 K m en quatre categories.

· Les routes nationales, qui relient essentielle ment les chefs lieux de province a la capitale Yaounde et le Cameroun au pays voisins, constituent l'ossature du reseau. La longueur de cette categorie de routes (18 au total) est de 7241 K m.

· Les routes provinciales relient, a l'interieur d'une province, les chefs-lieux
de departe ment, a la capitale provinciale. Leur longueur est de 5 841 K m.

· Les routes departe mentales relient, a l'interieur d'un departe ment, les arrondissements aux chefs-lieux de departe ment. Leur longueur est de 8 075 K m.

· Les routes rurales desservent les ca mpagnes, les plantations, les zones industrielles locales, elles per mettent de relier les zones de production aux marches locaux ou aux centres de commercialisation. La longueur du

reseau de routes rurales classees (pris en charge par le ministere des Travaux publics) est de 12 843 K m.


· Le reste du reseau non classe, soit plus que 16 000 K m, sont des axes ne co mprenant pas les voiries urbaines et sont a la charge des societes de developpe ment (Sodecoton, CDC, Socapal m, Sodecao, Soweda, Sosuca m, etc.) ou des collectivites territoriales decentralisees.

Le reseau prioritaire est long de quelques 24 310 K m co mprenant : l'ense mble des routes bitu mees (4120 K m) ; 9238 K m de routes en terre classees ; et 10 952 K m de routes rurales.

La repartition spatiale par province du reseau routier prioritaire se presente co mme suit :

Tableau 2 : Repartition spatiale par province du reseau routier prioritaire

Provinces

Superficie
Km'

population

Routes
bitunies

Routes en
terre
classies
prioritaires

Routes en
terre non
prioritaires

Routes
rurales
prioritaires

Routes
rurales non
prioritaires

Total
routes

Ada maoua

64 000

700 000

441

1350

651

605

1208

4255

Centre

69 000

2 400 000

921

1555

1532

3725

3303

11036

Est

110 000

750 000

346

1590

1455

868

715

4974

Extre me- Nord

34 000

2 650 000

589

1011

1088

1195

1501

5384

Nord

66 000

1 200 000

645

1044

1084

867

1147

4787

Littoral

20 000

2 150 000

478

773

302

708

718

2979

Nord-
Quest

16 000

1 800 000

205

841

67

1231

2160

4504

Sud-Quest

25 000

1 200 000

260

942

173

740

876

2991

Quest

13 000

1 950 000

459

983

355

1473

1121

4391

Sud

47 000

520 000

574

1512

735

698

982

4501

TOTAL

466 000

15 292 000

4918

11601

7442

12110

13731

49802

Source : Recense ment 2003 par le MINTP/Direction des Routes/ Sous Directions d'Entretien Routier et

Cellule des Routes Rurales

En 2004, le MINTP etablit a 51257 K m le lineaire total, l'aug mentation etant imputable au lineaire de routes en terre du reseau non prioritaire.

Le tableau ci-apres resume les lineaires par nature et par categorie du reseau routier ca merounais.

S'agissant du patri moine routier, les donnees comparatives pour les pays de la CEEAC montrent que le Cameroun beneficie du second plus grand reseau bitu me et du second plus grand reseau principal :

Tableau 3 : Reseaux co mparatifs pour les pays de la CEEAC

Pays

Superficie en
K m'

Reseau routier
principal

Reseau routier
bitu me

Taux de
revete ment
RRB/RRP %

Densite
routiere totale
K m/100K m2

Angola

1 247 000

22 000

8 000

36

1,8

Burundi

27 800

7 520

1 365

18

27

Cameroun

475 500

21 156

4 725

22

4

Centrafrique

623 000

9 307

692

7

3

Congo

342 000

5 047

1 000

20

1,5

Gabon

267 670

9 170

937

10

2,9

Guinee Equatoriale

28 050

2 880

291

10

10,3

Republique

De mocratique du Congo

2 344 885

58 305

2 801

4,8

2,5

Rwanda

26 300

5 409

1 023

19

20,6

Sao Tome et Principe

960

320

68

21

33,3

Tchad

1 284 000

6 200

537

9

0,5

Total

6 666 900

147 314

21 439

15

2,2

Source : CEA-AC, rapport de l'evaluation finale de UNTACDA II et diverses autres sources

La consultation participative qui a ete realisee dans le cadre de la preparation du Document strategique de reduction de la pauvrete au Cameroun a mis en evidence que la route constitue l'une des premieres preoccupations des populations les plus defavorisees, et pour cause : 56% des routes bitu mees et 70% des routes en terre (representant environ 92 % du reseau routier national) sont en mauvais etat.

11.1.2 - Intervenants dans la gestion du reseau routier au Cameroun

Le dispositif institutionnel de l'Etat du Cameroun prevoit, outre le Premier Ministere, sept departe ments ministeriels charges de la planification, la progra mmation, la construction, l'entretien et le finance ment des infrastructures routieres nationales. Il s'agit des ministeres en charge des

Transports (MINT), de la Planification, de la Progra mmation du developpe ment et de l'A menage ment du Territoire (MINPLADAT), des Travaux Publics (MINTP), de l'Ad ministration Territoriale et de la Decentralisation (MINATD), du Developpe ment Urbain et de l'Habitat (MINDUH), de l'Agriculture et du Developpe ment Rural (MINADER), et de l'Econo mie et des Finances (MINFI) (SS-BTP, 2005)1.

II.1.2.1 - L'Agence de Regulation des Marches Publics (ARMP)

L'Agence de Regulation des Marches Publics (ARMP) a ete creee par le Decret n°2001/048 du 23 fevrier 2001, en re mplace ment de la Direction Generale des Grands Travaux du Cameroun (DGTC). Elle a pour mission d'assurer la regulation, le suivi et l'evaluation du systeme des marches publics. Dans ce cadre, elle effectue des enquetes et fait conduire des audits specifiques et autres investigations sur la passation, l'execution et le contrale des marches publics.

II.1.2.2 - Ministere des Transports (MINT)

Le Ministere des Transports a ete creee en 1992, son organisation a ete modifiee et co mpletee par les decrets successifs n°2002/216 du 21 aoat 2002 et n°2004/320 du 08 dece mbre 2004 portant organisation du Gouverne ment. Il est responsable du developpe ment coordonne de tous les modes de transports.

Il assume les missions suivantes relatives au secteur routier :

- l'organisation et le fonctionne ment des transports routiers ;

- la coordination des transports routiers ;

- le suivi de la mise en oeuvre et l'execution du plan sectoriel des transports ;

1 Strategie Sectorielle des Batiments et des Travaux Publics, juin 2005

II.1.2.3 - Ministère de la Planification, de la Programmation du developpement et de l'Amenagement du Territoire (MINPLAPDAT)

Le Ministere de la Planification, de la Progra mmation du developpe ment et de l'A menage ment du Territoire a ete cree par le decret n°2002/216 du 21 aoat 2002, modifie et complete par le decret n°2004/320 du 08 dece mbre 2004 portant organisation du Gouverne ment. Il est charge de l'elaboration des orientations generales et des strategies de developpe ment a moyen et long ter me et du suivi de leur mise en oeuvre.

Il assume les missions suivantes relatives au secteur routier :

- l'elaboration d'un cadre global de planification strategique du developpe ment du pays ;

- la centralisation et la gestion de la banque des projets ;

- la promotion des investisse ments publics ;

II.1.2.4 - Ministère des Travaux Publics (MINTP)

L'organisation du Ministere des Travaux Publics est regie par le decret n°98/346 du 21 dece mbre 1998, modifie et complete par le decret n°2002/216 du 21 aoat 2002 et le decret n°2004/320 du 08 dece mbre 2004 portant organisation du Gouverne ment. Au ter me de ce decret, le Ministere des Travaux Publics est charge de l'entretien et de la protection du patri moine routier.

A ce titre, il assume les missions suivantes relatives au secteur routier :

- il effectue toutes etudes necessaires a l'adaptation aux ecosystemes locaux de

ces infrastructures en liaison avec le Ministere charge de la Recherche

Scientifique, les Institutions de recherche ou d'enseigne ment et de tout autre

organis me competent ;

- il apporte son concours a la construction et a l'entretien des routes, y co mpris les voiries urbaines, en liaison avec les departe ments ministeriels et organis mes co mpetents ;

- il assure la tutelle de l'Ecole Nationale Superieure des Travaux Publics (ENSTP), du Parc National de Materiel de Genie Civil (MATGENIE) et du Laboratoire National de Genie Civil (LABOGENIE).

Les objectifs generaux qui decoulent de ces missions sont :

- Developper et maitriser la gestion du reseau routier national ;

- Renforcer la protection du patri moine routier national ;

- Assurer la maitrise d'oeuvre des voiries urbaines ;

- Assurer le desenclave ment de tout le territoire national.

Pour l'activite routiere, le Ministere des Travaux Publics est organise autour de trois Directions : une Direction des Routes devenue Direction des Investisse ments et de l'Entretien Routier (en charge des activites de progra mmation, de preparation et de suivi de la realisation des operations de creation, d'a menage ment, de rehabilitation et d'entretien des routes), une Direction des routes rurales et une Direction des Affaires Generales (en charge de la preparation et de l'execution du budget). La Direction des Routes co mporte les 8 sous directions et cellules suivantes :

- Une Cellule de la Progra mmation

- une Sous Direction des Investisse ments Routiers

- 3 Sous Directions de l'Entretien Routier (reseaux Nord, Sud et Ouest)

- Une Cellule des Projets de la Banque Africaine de Developpe ment - Une Cellule des Nor mes et de la Protection du Patri moine Routier

II.1.2.5 - Ministère de l'Administration Territoriale et de la Decentralisation (MINATD)

Le Ministere de l'Ad ministration Territoriale et de la

Decentralisation, cree par decret n°2002/216 du 21 aoat 2002, modifie et complete par le decret n°2004/320 du 08 dece mbre 2004 portant organisation du Gouverne ment, coordonne la gestion des ter minaux routiers confies aux collectivites territoriales decentralisees. Il assure aussi la tutelle du Fonds Special d'Equipe ment et d'Intervention Interco mmunale (FEICOM), organis me charge d'appuyer les collectivites territoriales decentralisees dans l'elaboration des programmes, le suivi et le finance ment des projets d'equipe ments ou d'infrastructures.

Dans le cadre de la decentralisation, la Loi n°2004/019 du 22 juillet 2004 fixant les r9gles applicables aux Regions, en son article 20, attribue aux regions la rehabilitation et l'entretien des routes provinciales et departe mentales ; alors que la Loi n°2004/018 du 22 juillet 2004 fixant les r9gles applicables aux Communes, en son article 17, attribue aux communes la creation et l'entretien des routes rurales non classees et des bacs.

II.1.2.6 - Ministère du Developpement Urbain et de l'Habitat (MINDUH)

Le Ministere du Developpe ment Urbain et de l'Habitat, cree par le decret n°2004/320 du 08 dece mbre 2004 portant organisation du Gouverne ment, est charge de la mise en oeuvre de la politique nationale en matiere de developpe ment urbain et d'habitat. Il est fonde sur les structures et les cadres organiques de l'ancien ministere de la Ville et d'une partie de ceux de l'ancien ministere de l'Urbanis me et de l'Habitat.

Il assume les missions suivantes relatives au developpe ment urbain :

- l'e mbellisse ment des centres urbains, en liaison avec les departe ments ministeriels et les collectivites territoriales decentralisees interesses ;

- l'elaboration et de la mise en oeuvre des strategies d'a melioration de la circulation dans les grands centres urbains ;

- l'elaboration et de la mise en oeuvre des strategies de gestion des infrastructures urbaines ;

II.1.2.7 - Ministère de l'Agriculture et du Developpement Rural (MINADER)

Le Ministere de l'Agriculture et du Developpe ment Rural, cree par decret n°2004/320 du 08 dece mbre 2004 portant organisation du Gouverne ment, est charge de la preparation, la mise en oeuvre et l'evaluation de la politique de la nation dans les do maines de l'agriculture et du developpe ment rural. Il est fonde sur les structures et le cadre organique de l'ancien ministere de l'Agriculture.

Il assume les responsabilites suivantes relatives au developpe ment rural +

- la participation a la planification des programmes d'a melioration du cadre de vie en milieu rural, en liaison avec les ministeres concernes ;

- le suivi de la realisation des programmes d'a melioration du cadre de vie en milieu rural ;

- la tutelle de la Societe de Developpe ment du coton (SODECOTON), la Cameroon Development Corporation (CDC) et la Societe de Developpe ment du Cacao (SODECAO) qui disposent chacune d'un important reseau routier, essentielle ment constitue de routes en terre.

II.1.2.8 - Ministère de l'Economie et des Finances (MINEFI)

Le Ministere de l'Econo mie et des Finances (MINFI), cree par decret n°2004/320 du 08 dece mbre 2004 portant organisation du Gouverne ment, est charge de l'elaboration et de la mise en oeuvre de la politique financiere, de la politique budgetaire, fiscale et monetaire de l'Etat. Il est fonde sur les structures et le cadre organique en partie de l'ancien ministere des Finances et du Budget et en partie de l'ancien Ministere des Investisse ments Publics et de l'A menage ment du Territoire.

Il assume les responsabilites suivantes relatives au secteur routier :

· En matiere de politique financiere, budgetaire et fiscale:

- la preparation, le suivi et le contrOle de l'execution du budget de l'Etat, tant en ce qui concerne le fonctionne ment que l'investisse ment ;

· En matiere de politique monetaire et financiere :

- la prospection, la negociation, la finalisation et le suivi de l'execution des accords et conventions de pret ;

- la gestion de la dette publique interieure et exterieure ;

- la gestion du tresor public ;

Il assure la tutelle du Fonds Routier.

Le Fonds Routier a ete institue par la Loi n°96/07 du 08 avril 1996 portant protection du patri moine routier national, modifiee et co mpletee par la Loi n°004/02 du 22 juillet 2004. Un decret presidentiel du 26 aoat 1998 fixe ses modalites de fonctionne ment et lui attribue les missions essentielles de suivre les operations de collecte des ressources, securiser les fonds mobilises, contraler la regularite des contrats et l'eligibilite des depenses, executer rapide ment les paie ments. Il s'assure aussi de l'effectivite des travaux d'entretien routier, des prestations de prevention et de securite routieres, ainsi que la protection du patri moine routier national. Des l'application de la Loi des Finances de l'exercice 1998/1999, les principales ressources du Fonds Routier

proviennent de la redevance d'usage de la route (RUR), du peage routier, du pesage routier, des produits des a mendes liees a l'usage de la route, des dons et subventions divers.

II.1.2.9 - Autres intervenants

a) Le Conseil National de la Route

Le Conseil National de la Route (CNR), est un organe consultatif mise en service depuis janvier 2005, charge de conseiller le gouverne ment sur les questions strategiques sectorielles

b) les organisations professionnelles

L'Association Nationale des Entreprises de l'Entretien Routier et des Travaux Publics du Cameroun (ANEER/TP, regroupant 139 entreprises) creee en aoat 2000, la Federation Ca merounaise des PME en 8ati ment et Travaux Publics (FECAP/TP, ayant 09 associations provinciales) creee en janvier 2001, l'Association Professionnelle des Ingenieurs Conseils et Societes d'Ingenierie au Cameroun (APICAM, ayant 24 me mbres) creee en 1999. Ces organisations regroupent les PME du secteur routier en vue de leur professionnalisation.

c) les bureaux d'etudes techniques

Ils sont responsables des etudes, du contrale et de la surveillance du reseau routier. En plus ils sont charges de la sensibilisation et de formation des populations beneficiaires des projets.

d) les entreprises des 8TP

Elles sont chargees de l'execution des travaux sur le reseau routier, dans le respect des prescriptions techniques et des clauses contractuelles.

e) les beneficiaires des projets

La route est un moyen de communication destinee a l'usage de l'ense mble des populations, urbaine et rurale, qui en sont les beneficiaires finaux. Les beneficiaires inter mediaires sont les operateurs econo miques (industriels,

agriculteurs et commergants), les transporteurs de personnes et les transporteurs de marchandises

La section qui suit, presentera les deux instruments de la gestion du reseau routier au Cameroun qui sont la Strategie sectorielle des batiments et travaux publics et le Plan directeur routier, qui constituent le cadre des investisse ments dans le secteur des routes au Cameroun.

rr.2 - Instruments de gestion du reseau routier au Cameroun

11.2.1 - La strategie sectorielle des batiments et Travaux Publics

Le secteur des infrastructures routieres a connu jusqu'ici deux grandes periodes de politique sectorielle : la periode situee avant 1996 marquee par l'execution de plusieurs projets routiers (Projets Routiers 1, 2, 3, 4, 5 et 6) et celle d'apres 1996, marquee par la mise en oeuvre du Programme Sectoriel des Transports (PST) (SS-BTP, 2005).

En juin 2005 le Ministere des Travaux Publics elabore la Strategie Sectorielle des Batiments et des Travaux Publics, qui constitue le nouveau cadre de reference des investisse ments routiers au Cameroun.

Le document de strategie sectorielle des BTP relive que la de mande finale en infrastructures routieres, s'expri me en ter mes de besoins d'extension du reseau routier ou d'a melioration du niveau de service des routes existantes.

Pour repondre a cette de mande, le Cameroun dispose d'un reseau routier urbain et interurbain constitue des routes en terre et bitu mees co mportant un ensemble d'ouvrages d'art et d'assainisse ment.

Ce document relive les lacunes de la politique sectorielle avant le Programme Sectoriel des Transports, caracterisee par :


· les multiples interventions dans le secteur routier sans coherence sectorielle, ni macro-econo mique et sans coordination entre les

Bailleurs de Fonds et entre les institutions beneficiant des finance ments ou chargees de leur mise en oeuvre.


· L'absence d'initiative privee, encourageant la creation de no mbreuses entreprises publiques et parapubliques forte ment subventionnees par le budget public.

Il relive des ameliorations apportees par le Programme Sectoriel des Transports, dont l'objectif global a ete d'assurer une meilleure efficacite et un developpe ment durable et coherent du secteur, pour per mettre a celui-ci de contribuer a la croissance de l'econo mie du pays et a la reduction de la pauvrete, tout en preservant l'environne ment.

Un diagnostic de l'offre et de la de mande en route de document pendant la conduite du Programme Sectoriel des Transports, devoile deux problemes majeurs : l'un fait etat de ce que le reseau routier est insuffisa mment etendu et l'autre mentionne que l'existant est forte ment degrade. Au regard de l'i mportance de la contribution reconnue de la route a l'integration sous-regionale, au developpe ment econo mique et social du pays et de ses performances etablies dans le DSRP en ce qui concerne la reduction de la pauvrete, la nouvelle Strategie Sectorielle des Batiments et des Travaux Publics a ete elaboree avec pour priorite, le renforce ment du reseau routier tant en qualite qu'en quantite. Et l'objectif general qui lui est assigne est l'a melioration de la satisfaction de la de mande en transport routier. Les deux axes strategiques concourant a l'atteinte de cet objectif ont ete identifies et priorises.

1. en premier (axel) l'amelioration de l'etat du reseau

2. et en second (axe2) l'extension du lineaire du reseau routier

11.2.2 - Le Plan Directeur Routier Camerounais

Dans le cadre de la perennisation de ces actions, le Gouverne ment a entrepris avec l'appui des partenaires au developpe ment nota mment l'Union Europeenne, de mars 2003 a fevrier 2006, la realisation d'une etude du Plan Directeur Routier (PDR). Le PDR, qui apparait co mme un outil moderne d'aide a la decision pour une gestion toujours plus efficace des ressources affectees au reseau routier.

Suivant les ter mes de reference, les resultats obtenus portent sur :

a) une nouvelle classification et hierarchisation du reseau routier ;

b) une projection de ressources financieres a affecter aux routes pour les 20 ans a venir, selon trois scenarii de developpe ment et ;

c) la preparation, en fonction des previsions de la de mande de transport et des ressources financieres, d'un Programme d'intervention sur 20 ans (2006-2025) sur le reseau routier, pour chaque scenario.

Le Plan Directeur Routier, avec la strategie sectorielle du Batiment et Travaux Publics (BTP) elaboree en juin 2005, apporte au Ministere des Travaux Publics un ensemble articule et homogene d'instru ments pour orienter le developpe ment a moyen et long ter mes du secteur du BTP.

Les bases de la nouvelle classification faites en tenant co mpte du contexte actuel du pays, sont les suivantes :

Tableau 4 : Base de la nouvelle classification des routes

FONCT1ONS DU RESEAU NAT1ONAL

Fl

Liaison internationale

F2

Liaison CEMAC, transafricaine ou retenue au Plan Consensuel CEA-AC

F3

Liaison entre la capitale et les chefs-lieux de province ou entre deux chefs-lieux de province ou desservant un centre inter modal

F4

Autre route d'i mportance nationale ou strategique ou de contourne ment

d'agglo meration urbaine

F5

Liaison a un grand pale d'interat national (industriel, touristique etc.)

FONCTIONS DU RESEAU PROVINCIAL

F6

Liaison transfrontalière d'intérat provincial

F7

Liaison entre chefs-lieux de province et chefs-lieux de départe ment ou a une route nationale

F8

Liaison entre deux chefs-lieux de départe ment ou inter-provinciale

F9

Liaison a un pale d'intérat provincial

FONCTIONS DU RESEAU DEPARTEMENTAL

F10

Liaison entre chefs-lieux de départe ment, chefs-lieux d'arrondisse ment a autres unités ad ministratives ou a une route nationale ou assurant la continuité du réseau

F11

Liaison entre deux chefs-lieux d'arrondisse ment ou interdéparte mentales

F12

Liaison a un pale d'intérat départe mental

FONCTIONS DU RESEAU RURAL

F13

Desserte des villages, co mmunautés locales, unités de productions, plantations

Source : Plan Directeur Routier du Cameroun

La hiérarchisation du réseau routier, a été établie par le biais d'un facteur socio-écono mique calculé pour chaque section de route sur la base d'une analyse multicriteres, dont les criteres de calcul sont les suivants :

Tableau 5 : Criteres de hiérarchisation des routes

 

CRITERES ECONOMIQUES

POIDS

C1

TRAFIC JOURNALIER MOYEN (TJM): 4 tris haut>1000 v/j, 3 haut 999-400 v/j,
2 moyen 399-200 v/j, 1 bas 199-50 v/j, 0 tris bas <50 v/j

4

 

TRAFIC POIDS LOURDS EN VEH/JOUR: 2 haut >200, 1 moyen 50-200, 0 bas <50

4

C3

PRODUCTION AGRICOLE: 2 haute >125.000 T, 1 moyenne 125.000-50.000 T, 0
basse <50.000 T

4

C4

PRODUCTION INDUSTRIELLE: 2 haute:>100.000T/an, 1 moyenne:20.000-
100.000 T/an, 0 basse<20.000 T/an

4

C5

RAVITAILLEMENT CENTRES URBAINS: 2 haute (Yaoundé-Douala), 1 moyenne
(centres >200.000 hab), 0 basse (autres)

4

C6

POTENTIEL DE DEVELOPPEMENT: 2 haut (no mbreux pro jets de développe ment),
1 moyen (bon potentiel de développe ment)

4

 

CRITERES SOCIAUX

 

C7

POPULATION DESSERVIE: 2 haute > 300.000 hab., 1 moyenne 150.000-300.000
hab., 0 basse <150.000 hab.

3

C8

ACCESSIBILITE AUX SERVICES SOCIAUX: 2 haute (CL Province-Départe ment)
, 1 moyenne (CL Arrondissement), 0 basse (autres)

3

C9

ZONE STRATEGIQUE OU DE SECURITt OU ENCLAVEE (2 frontières, 1
securite, 0 autres)

3

 

CRITERES ENVIRONNEMENTAUX

 

C10

ZONE SENSIBLE: 2 sensibilites basses, 1 sensibilite moyenne, 0 sensibilite haute

3

Source : Plan Directeur Routier du Cameroun

La nouvelle classification a ainsi modifie la situation actuelle, co mme suit:

21.901 K m de routes classees dont 4.851 bitu mees et 16.448 en terre; celles de priorite 1 ont un lineaire de 15.635 K m, dont environ 30% bitu mes; celles de priorite 2 font 6.266 K m, presque entierement en terre.

A l'exterieur des routes classees il existe un lineaire considerable de routes rurales, pour lesquelles l'analyse n'a pas pu etre conduite en raison du manque d'infor mations: elles font au total environ 28.300 K m, dont 12.300 sont considerees prioritaires par le MINTP.

Au niveau des ressources financieres, les reponses du Plan Directeur Routier pour les 20 prochaines annees, se mblent s'inspirer des lacunes du passe.

L'Etat y fait preuve de prudence, en etablissant trois scenarii possibles :

- le scenario bas adopte une estimation tres prudente de croissance du PIB a taux contant (5%), qui s'applique egale ment aux ressources internes des allocations au Fonds Routier basees sur les lois actuelles (transfert total du peage et transfert partiel taxe essieux), et au montant de l'aide exterieure au niveau actuel (40 a 60 milliards de Fcfa par an) ;

- le scenario moyen ad met une croissance moyenne du PIB de 5,2 a 7%, une augmentation soutenue des fonds pour l'entretien (transfert total du peage, augmentation progressive du no mbre de postes, transfert total taxe essieux), ainsi que de l'aide exterieure, croissante de 50 a 100 milliards par an, en plus de la remise de la dette a partir de 2007 ;

- le scenario haut prevoit l'aug mentation du pourcentage des allocations publiques aux investisse ments routiers, fondee sur la croissance souhaitee du

PIB de 5,2 a 7%, la concession du peage, une refor me du Fonds Routier lui accordant plus de ressources, et parallelement un accroisse ment de l'aide exterieure, de 50 jusqu'à 150 milliards de Fcfa par an, en plus des reto mbees des remises de dettes a partir de 2007.

Dans les deux premiers scenarii, le niveau de satisfaction des besoins reste partiel. Pour le dernier scenario en revanche, les ressources sont suffisantes pour realiser aise ment l'entretien et la rehabilitation d'infrastructures routieres, ainsi que les a menage ments (bitumage sur environ 5000 K m) la creation de nouvelles routes de desenclave ment et frontalieres, et les grands travaux (passage a 2X2 voies des RN3, la RN4 et la RN5), les penetrantes de Yaounde et la route pour l'aeroport de Nsi malen, ainsi que le contourne ment nord de Douala). Les investisse ments sur les 20 ans du programme s'elevent a 1.861 milliards de Fcfa.

A mi-parcours, le Plan prevoit que 100 milliards de FCFA seront necessaires chaque annee pour l'a melioration du secteur routier, alors que ce budget devra etre stabilise a 200 milliards de FCFA vers la fin du projet en 2025.

Le PDR va per mettre au gouverne ment ca merounais de choisir ses priorites dans le secteur routier, en meme temps qu'il fournit des donnees fiables aux bailleurs de fonds pour le finance ment du secteur. Il se propose jusqu'en 2025 d'entretenir et de rehabiliter les routes existantes, bitu mer pres de 5000 K m de routes et de creer de nouvelles routes transfrontalieres en vue de desenclaver la sous- region Afrique centrale.

La deuxieme partie de notre travail qui s'intitule « evaluation de la gestion du reseau routier au Cameroun >>, consiste tout d'abord, a presenter la strategie mise en oeuvre pour l'extension du reseau, ensuite a partir des donnees des enquetes de terrain de prendre connaissance des realisations et du suivi de la strategie. Enfin en co mparant les resultats obtenus aux objectifs de depart, l'on pourra justifier les ecarts de realisation, et donner quelques reco mmandations pour une reorientation au projet pour l'atteinte des objectifs.

bEUXIEME PARTIE :

EVALUATION bE LA GESTION bU RESEAU ROUTIER

AU CAMEROUN

Avant de commencer une evaluation, il i mporte de definir claire ment les objectifs du projet, afin d'apporter le juge ment sur une base de depart. bans le chapitre qui va suivre, la strategie mise en oeuvre pour l'extension du reseau sera entierement presentee. Par la suite, l'on presentera l'avance ment de l'execution des differentes actions de la strategie, afin de faciliter l'appreciation des efforts fournis pour son application.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Moins de 5 interactions sociales par jour