WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion du réseau routier au Cameroun et développement du linéaire

( Télécharger le fichier original )
par Ludovic Feudjio Nguetsop
Université Rennes 1 et Yaoundé II - Master Analyse et Evaluation des Projets 2008
  

précédent sommaire suivant

IV.2 - Observations et suggestions

Au cours de notre etude, nous avons fait un no mbre important d'observations, sur la pertinence, la coherence, l'efficacite et l'efficience de la strategie mise en oeuvre pour la gestion du reseau routier au Cameroun. Un no mbre d'observations ont egale ment ete relevees sur la progra mmation des travaux et des etudes, puis sur leur execution.

IV.2.1 - Observations sur la mise en oeuvre de la strategie sous-secteur route

L'on a pu constater que l'insuffisance de l'etendue du reseau routier ca merounais connait plusieurs causes, a savoir :

- La faible participation des collectivites territoriales decentralisees ;

- La faible participation du secteur prive a l'investisse ment routier ;

- L'absence de progra mmation rationnelle ;

- L'insuffisance de ressources financieres ;

- Le coat de construction des routes eleve co mparative ment aux autres pays d'Afrique Sub-saharien.

Une appreciation de la strategie mise en oeuvre pour enrayer le probleme que connait le reseau, montre que :

Sur la pertinence

La strategie est pertinente car elle vise a a meliorer la satisfaction de la de mande en infrastructures routieres, qui est apres l'e mploi, la deuxieme preoccupation de la population ca merounaise (bSRP, 2003). La route est un moyen de communication destine a l'usage de l'ense mble des populations, urbaines et rurales.

L'accroisse ment du lineaire de routes desenclave le territoire et genere des activites susceptibles de reduire la pauvrete des populations defavorisees, qui sont etablies a 70% en milieu rural et contribuent a plus de 86% au taux de pauvrete nationale1.

Les voies de communications contribuent a l'insertion des populations dans le circuit econo mique et a leur acces aux services sociaux de base tels que

1 Source : ECAM 96/bSTAT citee par le rapport de Finalisation de la strategie sectorielle de la sante (Ministere de la Sante Publique - chapitres 1 a 4 - page 32)

l'education, l'eau potable, l'electricite, les soins de sante, les centres co mmerciaux.

Sur la coherence

La strategie n'est pas coherente, car le gouverne ment ne dispose pas de suffisa mment de moyens pour atteindre les objectifs fixes. La realisation de la plupart des projets est conditionnee par l'allocation de ressources exterieures.

La poursuite des difficultes a mobiliser les fonds de contreparties, qui portent sur 20 a 30% du volume des travaux d'investisse ment cofinances par les bailleurs de fonds, bloque un certain no mbre de ces projets, du fait des difficultes de tresorerie que connaissent des entreprises dans ces circonstances.

Sur l'efficacite

La strategie mise en oeuvre est planifiee, et des priorites sont plus accordees a l'extension du reseau bitu me qu'au developpe ment des voies de dessertes. Au regard de la non realisation des previsions d'extension lineaire prevu entre 2006 et 2008, l'on constate a partir des indicateurs de resultats, que la strategie n'est pas efficace. Seule l'extension du lineaire de routes bitu mees, reste la grande preoccupation du gouverne ment, et cela au detriment des autres axes, dont l'avance ment reste au stade des etudes. Ce constat de mauvaise gestion de l'extension des voies de dessertes, qui relive en majorite des collectivites territoriale ment decentralisees, vient ternir l'avancee dans le bitu mage des voies structurantes et de montre ainsi l'inefficacite de la strategie.

Sur l'efficience

Les ressources allouees pour l'execution des travaux ne sont pas toujours bien utilisees, a cause d'un mauvais suivi des travaux, tant par l'ad ministration que par les missions de contrale. C'est le cas des projets, d'ouverture de la route Mosse-Ndogbassaben et Munde mba-Musongele-Isangele, et de la construction de la route Garoua-pont de Gashiga oil les travaux sont actuelle ment suspendus. La principale cause est la mauvaise progra mmation des travaux, des etudes mal menees et leur mauvais suivi, dus au manque de moyens de l'ad ministration pour suivre correcte ment les travaux. Les ressources sont dont conso mmees sans un change ment significatif des routes.

En ce qui concerne la progra mmation des projets, elle ne respecte pas la priorite accordee dans le document de strategie sectorielle des batiments et des travaux publics. Certains projets de priorite 2 sont programmes avant ceux de priorite 1, mais ceci peut se justifier par le souci de regionalisation de l'action.

Les travaux d'investisse ment sont en majorite executes par les entreprises etrangeres, a cause de la faible capacite des PME nationales a les realiser.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.