WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'enfant vu par la chanson. Approche sémantiquo-linguistique de la chanson congolaise

( Télécharger le fichier original )
par Fidèle AWAZI
Université Catholique du Congo - Graduat 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II. 2. Chanson comme discours verbal

Selon la théorie des fonctions du langage d'après E. Benveniste, le discours trouve sa place dans l'énonciation et prévoit :

-L'émetteur (locuteur, destinateur énonciateur) ;

-le message (énoncé, discours) ;

-le récepteur (allocutaire, destinataire, énonciataire).

Selon Benveniste, « l'énonciation c'est la mise en fonctionnement de langue par un acte individuel d'utilisation. C'est l'acte même de produire un énoncé et non le texte de l'énoncé. L'énoncé s veut donc comme le produit de l'activité de la parole ou de l'écriture. La chanson peut être identifiée sous cet angle ou message, au discours, l'énoncé que produit le locuteur, qui est le compositeur de la chanson, à l'intention du destinataire (public).

Dans toute communication verbale, les trois étapes c'est-à-dire l'émetteur, message et récepteur s'accomplissent au même moment lors du déclenchement de l'acte du langage, mais dans le cas de la chanson il en va autrement. Avec la chanson, comme le dit Ginzanza, le compositeur amorce le processus d'énonciation en « écrivant » sa chanson, et qui connaîtra son accomplissement au moment où celle ci sera diffusée au moyen des medias. L'on peut donc dans ce cas considérer la chanson comme étant un acte d'énonciation dont le processus de déclenchement est décalé dans le temps.

Dans le cas de notre travail, nous allons étudier la chanson en tant qu'énoncé, un discours verbal. En tant que discours verbal (énoncé), la chanson utilise la langue parlée et peut à ce titre être considérée comme un acte de langage au sens linguistique du terme, c'est-à-dire « une performance particulière réalisée par un locuteur donné dans un espace-temps donné. Parler est une forme particulière d'action. La production d'un énoncé constitue un acte »23(*) d'où nous allons utiliser l'approche sémantico linguistique pour enfin étudier la chanson sous ses aspects sémantique, syntaxique et pragmatique.

Nous pouvons donc dire que la chanson congolaise moderne est un discours verbal chanté. Ceci nous permet de comprendre son locuteur qui est ici le musicien congolais, le contexte d'énonciation pour bien découvrir la signification profonde de ce discours et l'audience à la quelle est destinée ce discours.

Signalons que, en ce qui concerne l'audience de la chanson congolaise, nous pouvons distinguer trois types de destinataires24(*) : le destinataire anonyme : une chanson peut ne pas s'adresser directement à quelqu'un ; elle est ainsi destinée à tous, dans la mesure de la compréhension de chacun.

Le destinataire implicite : Certaines chansons peuvent s'adresser à un individu ou à un groupe précis, mais que le locuteur ne peut ou ne veut pas nommer.

le destinataire explicite : la chanson peut s'adresser à un individu ou à un groupe clairement identifié par un nom, le locuteur décidant d'endosser toutes les conséquences de cette désignation, notamment si c'est à son avantage.

Voilà d'une manière générale ce que nous pouvons dire de la chanson congolaise moderne en tant que media de communication et d'expression de masse. Reste à démontrer comment cette chanson avec toute son influence et sa structure construit des discours sociopolitiques en rapport avec les droits de l'enfant.

* 23 KAZADI, op cit.

* 24 Pour plus de détails à ce sujet on peut lire GINZANZA, op cit, p 82

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net