WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Détermination "in vitro " du pouvoir antibactérien des huiles essentielles d'eucalyptus, myrte, clous de girofle et sarriette, et leur application à  la conservation de la viande fraàŪche type hachée.


par Souhila Boubrit et Nafaa Boussad
Université Mouloud Mammeri de Tizi-ouzou - Ingéniorat d'état en biologie, option contrôle de la qualité et analyses 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.4- Essais avec le Myrte

- Méthode d'aromatogramme

Fig. 35: Photos montrant l'effet antimicrobien de l'H.E. du Myrte par la méthode
d'aromatogramme.

- Méthode de diffusion en puits

Fig. 36: Photo montrant l'effet antimicrobien de l'H.E. du Myrte par la méthode
de diffusion en puits
.

Tableau XI : Halos d'd'inhibition (mm) en présence d'H.E. de Myrte.

Méthodes

Souches

Aromatogramme
(huile pure)

Méthode de
diffusion en puits
(huile diluée à 1/2)

S. aureus

10,69 (sensible : +)

11,5 (sensible : +)

E. coli

14,79 (très sensible :
++)

00 (resistante: -)

S. flexneri

8,55 (non sensible :-)

00 (resistante: -)

S. paratyphi A

8,83

00 (resistante: -)

B. cereus

00 (resistante: -)

00 (resistante: -)

L'aromatogramme réalisé avec l'H.E. du Myrte montre que E. coli présente une grande sensibilité (L1=14,79mm) envers cette huile en comparaison avec les autres espèces bactériennes (L1=10,69, 8,55 et 8,83 mm, respectivement pour S.aureus, S. flexneri et S. paratyphi A.). Dans une étude réalisée par SAGDIÇ et al. (2002), l'extrait de Myrte a démontré une activité antimicrobienne considérable, spécialement vis-à-vis E. coli.

B. cereus a démontré une résistance accrue vis-à-vis de l'huile de Myrte même lorsque les deux méthodes (aromatogramme et diffusion en puits) sont appliquées.

Nos résultats ont montré que P. aeruginosa est l'espèce la plus résistante vis-à-vis des H.E. testées et ceci n'est pas surprenant ! Selon la littérature et les travaux menés sur les souches de cette espèce, plusieurs hypothèses ont été supposées quant à leur résistance. Selon PIBIRI, (2006), cette dernière a la réputation d'être très résistante à toutes sortes d'agents antimicrobiens et antibiotiques en général. Il est établi que l'inhibition de cette bactérie par des agents antimicrobiens, nécessite des concentrations considérables.

Des bactéries Gram - se sont montrées généralement plus résistantes que les Gram + aux effets de diverses H.E. en raison des lipopolysaccharides présents dans la membrane externe, mais ce n'était pas toujours vrai (OUSSALAH et al., 2007). Il semble que le mécanisme d'action de ces huiles est lié essentiellement à la structure de la paroi (BERCHE , 2003). Les mécanismes d'action des H.E. et leur sélectivité envers certaines bactéries restent jusqu'à présent mal élucidés. Selon plusieurs auteurs (DORMAN et DEANS, 2000), cette sélectivité est le résultat de la composition variée des fractions actives des huiles, qui présentent souvent des actions synergiques.

La méthode de microatmosphère n'a pas été concluante pour la plupart des H.E. testées, ceci est probablement dû aux conditions expérimentales défavorables (T° très élevée) ce qui favorise l'évaporation des huiles.

Au fil du temps, on a remarqué une perte progressive de l'efficacité des H.E. sous l'effet des conditions du travail (période estivale) : chaque ouverture des flacons induit à un renouvellement de l'O2 (oxydation) ainsi que l'évaporation des huiles sous l'effet de la chaleur.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy