WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La loi du 12 juillet 2010, portant engagement national pour l'environnement et la responsabilité des constructeurs

( Télécharger le fichier original )
par Florence COUTURIER- LARIVE
Université Aix- Marseille III - Master II Droit immobilier public et privé 2010
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Université Paul Cézanne- Aix- Marseille III

Faculté de Droit et de Science Politique

Master II Recherche

Mention « Droit immobilier privé et public »

LA LOI DU 12 JUILLET 2010, PORTANT ENGAGEMENT NATIONAL POUR L'ENVIRONNEMENT ET LA RESPONSABILITE DES CONSTRUCTEURS

Soutenu par :

Florence COUTURIER-LARIVE

Sous la direction de :

Madame Laetitia TRANCHANT

Professeur à l'Université d'Aix- Marseille III

Année universitaire 2010- 2011

Sommaire

INTRODUCTION 6

Chapitre premier : L'INDISPENSABLE LUTTE CONTRE LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE A L'ECHELLE PLANETAIRE 8

Chapitre II: LA LUTTE CONTRE LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE EN DROIT INTERNE, DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT 18

PREMIERE PARTIE - L'EXTENSION DE LA DEFINITION CLASSIQUE DE L'OUVRAGE : L'OUVRAGE ECO PERFORMANT 34

TITRE PREMIER : L'OUVRAGE ET LES DOMMAGES A L'OUVRAGE DANS LE REGIME CLASSIQUE DE RESPONSABILITE DES CONSTRUCTEURS DES ARTICLES 1792 ET SUIVANTS DU CODE CIVIL 36

Chapitre premier : L'ouvrage 36

Chapitre II : Les dommages à l'ouvrage entraînant la mise en oeuvre de la responsabilité légale des constructeurs 47

TITRE II : L'OUVRAGE ECO PERFORMANT 58

Chapitre premier : Un ouvrage à caractère dynamique 59

Chapitre II : Nature et effets juridiques des obligations pesant sur le Maître de l'ouvrage éco performant 92

DEUXIEME PARTIE : LA CREATION D'UNE DESTINATION DE L'OUVRAGE ISSUE DE LA LOI 113

TITRE PREMIER : L'ECO PERFORMANCE : UNE DESTINATION IMPOSEE PAR LA LOI 114

Chapitre premier : La construction jurisprudentielle de la notion de destination. 114

Chapitre II- L'extension de la notion de destination de l'ouvrage 129

TITRE II : L'ECO PERFORMANCE : UNE NOUVELLE SOURCE DE RESPONSABILITE POUR LES CONSTRUCTEURS 141

Chapitre premier : Conséquences d'une nouvelle appréciation de l'impropriété à la destination 142

Chapitre II : Des nouvelles causes d'exonération de responsabilité pour les constructeurs 153

PROPOS CONCLUSIFS 162

INDEX 171

Table des matières 176

Liste des principales abréviations

AJDI..................................................................Actualité Juridique de Droit Immobilier

Ann. Loyers............................................................................Annales des loyers

Art......................................................................................................article

Ass. plén..............................................................................Assemblée Plénière

Ass.............................................................................Arrêt d'assemblée plénière

Assoc............................................................................................Association

Avr........................................................................................................avril

Bull. civ..............................Bulletin des arrêts de la Cour de cassation (chambres civiles)

C. Ass................................................................................Code des Assurances

C. Envir.........................................................................Code de l'environnement

C. Urb..................................................................................Code de l'urbanisme

C.Civ..............................................................................................Code Civil

CA.............................................................................................Cour d'Appel

CAA.........................................................................Cour administrative d'appel

Cass. Civ.......................................................Chambre civile de la Cour de Cassation

Cass. Com.............................................Chambre commerciale de la Cour de cassation

CCH..........................................................Code de la construction et de l'habitation

CE............................................................................................Conseil d'Etat

CGI..................................................................................Code général des impôts

Ch....................................................................................................chambre

coll.................................................................................................Collection

Constr.- Urb............................................................Revue Construction Urbanisme

CPC..............................................................................Code de procédure civile

D ou Dall..............................................................................................Dalloz

déc..................................................................................................décembre

Ed.....................................................................................................éditions

févr....................................................................................................février

GP.........................................................................................Gazette du Palais

i.e........................................................................................................Id est

Ibid....................................................................................................ibidem

Immo.............................................................................................Immobilier

IR.....................................................................................Informations Rapides

janv....................................................................................................janvier

JCP N......................................................................Jurisclasseur édition notariale

JCP..............................................................................Juris Classeur Périodique

JOAN.......................................................Journal Officiel de l'Assemblée Nationale

JORF......................................................Journal Officiel de la République Française

JOUE..........................................................Journal Officiel de l'Union Européenne

Juill.....................................................................................................juillet

LPA.................................................................................. .Les Petites Affiches

N.B................................................................................................Nota Bene

n°......................................................................................................numéro

nov.................................................................................................novembre

Oct....................................................................................................octobre

Op.cit............................................................................................opere citato

Ord................................................................................................ordonnance

p..........................................................................................................page

Par ex...........................................................................................par exemple

pp........................................................................................................pages

précit...................................................................................................précité

Puf......................................................................Presses Universitaires de France

Q.....................................................................................................question

RDI...........................................................................Revue de Droit Immobilier

Rec. CE........................................................Recueil des décisions du Conseil d'Etat

Rec. Leb......................................................................................Recueil Lebon

Rev......................................................................................................revue

s........................................................................................................suivant

sept................................................................................................septembre

TGI..........................................................................Tribunal de Grande Instance

V. not......................................................................................Voir notamment

V..........................................................................................................voir

INTRODUCTION

1. Le bilan accablant des effets de l'activité humaine sur le plan environnemental- La Loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010, portant engagement national pour l'environnement1(*), dite Loi « Grenelle II », entend contribuer à inverser la tendance au réchauffement climatique de notre planète en agissant directement sur des secteurs économiques- clef, tel celui du bâtiment. Cet engagement écologique survient à la suite d'une lente prise de conscience de l'impact néfaste de l'activité humaine sur l'environnement qui pourtant, commence à faire date. « « Quoi donc ? Une vie d'insecte ? Une existence de fourmi ?La nature en fait bon marché, les renouvelle sans cesse, prodigue les êtres, les sacrifie les uns aux autres... » Oui, mais c'est qu'elle les faits. Elle donne et retire la vie, elle a le secret de leurs destinées, celui des compensations dans la suite du progrès possible. Nous, nous ne pouvons rien sur eux, sinon de les faire souffrir. » Ainsi concluait en effet déjà Jules Michelet qui, cherchant l'âme de l'insecte, y trouva celle des hommes2(*). Ainsi donc en conclut l'Homme près d'un siècle et demi après Michelet, l'Homme qui a sacrifié sans vergogne au Dieu de l'industrie, le coeur de son existence même. Les concepts trinitaires d'erreur, de rachat et de pardon sont l'éthique téléologique de l'être humain, avec pour finalité, la quête de soi. A l'heure de se racheter, l'Homo Destructor, la tête dans les mains, part du constat accablant de sa propre turpitude : menace de la pérennité de la biodiversité et des ressources naturelles, changements climatiques, surproduction, surconsommation, mondialisation, organismes génétiquement modifiés, déchets...3(*), qui à terme, aboutirait à l'auto destruction de son espèce. C'est donc à un combat indispensable auquel l'être humain se livre aujourd'hui s'il ne veut s'éteindre et c'est effectivement le phénomène de réchauffement climatique qui s'avère être la première cible à atteindre s'il veut remporter les autres luttes. Armées de règles de droit et d'une volonté d'union internationale dans ce combat, les Nations se sont pour une fois entendues, tant pour agir sur le plan international, que sur les plans internes, comme c'est le cas en France. Issue des grandes conventions internationales (Chapitre premier), la Loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement entend donc mener ce combat contre le réchauffement climatique en droit interne, notamment, on l'a vu, dans le secteur du bâtiment (Chapitre II).

Chapitre premier : L'INDISPENSABLE LUTTE CONTRE LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE A L'ECHELLE PLANETAIRE

Section I : Une lutte au plan international

§1 : La Déclaration finale de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement, Stockholm du 5 au 16 juin 1972

2. Une écologie internationale embryonnaire- Aux prémices des premières crises pétrolières, la Communauté internationale, alors balbutiante en matière d'écologie, pressentait déjà que l'impact de l'activité économique des pays alors dits « développés » n'était pas sans conséquences négatives sur l'environnement et qu'il convenait d'en tenir compte. C'est dans ce contexte que la Conférence des Nations Unies sur l'environnement, qui a eu lieu à Stockholm du 5 au 16 juin 1972, a examiné « la nécessité d'adopter une conception commune et des principes communs qui inspireront et guideront les efforts des peuples du monde en vue de préserver et d'améliorer l'environnement »4(*).

3. Des principes à visées environnementales- Plusieurs principes ont été ratifiés par les états signataires, dont la France, lesquels se sont engagés entre autres, à planifier leur développement afin que celui ci se trouve être compatible « avec la nécessité de protéger et d'améliorer l'environnement dans l'intérêt de leur population. »5(*) , ainsi qu'à mettre en oeuvre l'exploitation de leurs ressources internes dans le respect de leur propre environnement et de celui des autres états6(*).

4. Des principes peu contraignants- Face à ces plans d'attaque, les Nations Unies s'étaient tout de même réservées la possibilité d'annoter d'un bémol la partition de leur politique environnementale, en précisant que la mise en oeuvre de ces principes demeurait néanmoins soumise à des échelles de valeurs prévalant dans chaque pays et que l'applicabilité de normes valables « pour les pays les plus avancés » ne pouvaient être adaptée aux pays en voie de développement et ne pouvait être pour ces pays, d'un coût social injustifié7(*). La suite des événements a corroboré le sentiment que l'on peut avoir, à la lecture de ces principes et avec le recul de quelque quatre décennies, que ce texte relevait plus d'une « charte de bonne conscience » que d'une action concrète, efficace et motivée.

5. La prise de conscience des années 1990- Ce n'est qu'à partir des années 1990, avec cette fois ci un début réel de prise de conscience effective de la nécessité impérative de freiner la dégradation de l'environnement planétaire due à un développement effréné des sociétés de consommation des pays riches et à l'émergence de pays qui n'avaient pas encore les moyens, ou le souhait, de penser à la sauvegarde écologique, que la Communauté internationale a débuté une réelle mise en oeuvre d'une politique de lutte contre les changements climatiques.

* 1 JORF n°0160 du 13 juill. 2010

* 2 J. MICHELET, « L'insecte », essai 1857, réed. Ed. Equateur, 2011

* 3 V. www.legrenelle-environnement.fr

* 4 Déclaration finale de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement de Stockholm, V. www.unep.org/

* 5 Ibid., principe n°13

* 6 Ibid. principe n°21

* 7 Ibid. principe n° 23

sommaire suivant






La Quadrature du Net