WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contes égyptiens anciens et les contes de l'Afrique subsaharienne: essai d'une analyse comparée


par David Elysée Magloire TESSOH
Université Yaoundé 1 - Master en littérature et civilisations africaines 2011
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE II : LES STRUCTURES NARRATIVES

Il ne serait pas superflu de rappeler que le conte se résume à un récit épisodique entrecoupé de séquences. Il consiste en une narration d'événements le plus souvent merveilleux et fortement marqués par la fiction. Son caractère épisodique et séquentiel s'illustre dans cette définition de Jean Cauvin :

« Le conte apparaît comme un récit organisé dans lequel, à une situation de départ répond une situation finale différente, après de nombreuses péripéties »28(*)

On peut retenir de ces mots de Cauvin que la nature chronologique d'un conte implique nécessairement qu'un événement advient, se développe et s'achève. Nombre de chercheurs notamment Adam, Greimas, Larivaille et propp se sont penchés sur la question de l'intrigue et de la structuration du récit. Pour notre étude nous nous limiterons aux analyses de Greimas et de Paulme. La première partie de ce chapitre portera sur l'analyse sémiotique de Greimas et consistera à étudier les schémas fonctionnels et actanciels. Dans la seconde partie nous nous attarderons sur la typologie des contes telle que définie par Paulme. Notre souci dans ce chapitre est d'examiner comparativement à la lumière des travaux de Greimas et de Paulme les contes Subsahariens et Egyptiens afin de ressortir si possible leur convergence et divergence structurelle.

II-1- L'analyse sémiotique de Greimas

La structure narrative est d'après Greimas celle qui présente les relations unissant les personnages à travers leurs actions et constituant la narration. C'est la structure supérieure au plan de l'imminence ; pour lui,

« L'analyse sémiotique est l'analyse des signes donnant une signification à la structure du récit »29(*).

Il prend en compte deux types de schémas : le schéma fonctionnel et le schéma actanciel.

II-2- Le schéma fonctionnel

D'une manière générale, le schéma fonctionnel résume les moments fondamentaux ou importants du récit. Dans ce schéma, le récit se définit fondamentalement comme étant la transformation d'un état initial ou situation initiale en un autre état final ou situation finale. Cette transformation est elle-même constituée :

- D'un élément modificateur ou complication qui permet d'enclencher l'histoire et de sortir d'un état qui pourrait durer.

- De l'enchaînement des actions ou dynamique. Dans cette dernière partie, nous avons une série d'épreuves dont les plus essentielles sont :

- L'épreuve qualifiante (E1) : elle est celle par laquelle le héros se signale comme étant différent des autres personnages en obtenant l'objet ou la qualité qui lui permettrait de vaincre.

- L'épreuve principale (E2) : Elle présente l'action primordiale que doit réaliser le héros pour obtenir l'objet de sa quête.

- L'épreuve glorifiante (E3) qui est l'occasion offerte au héros de vaincre le faux héros afin d'obtenir une consécration ou une récompense.

- Le schéma fonctionnel peut etre résumé par le tableau suivant :

Situation initiale

SI

Evénement modificateur

M

Epreuve qualifiante

E1

Epreuve principale

E2

Epreuve glorifiant

E3

Situation finale

   

II-2-1- Le schéma actanciel

D'après la terminologie de Greimas, la notion d'actant renvoie à tout personnage fictif, qui participe ou joue un rôle essentiel dans l'organisation du récit. Le schéma actanciel se résume dont en une structure qui s'appuie sur ce que font les personnages en tant que force agissante. Dans tout récit qui comporte une quête ; les actants sont au membre de six : le destinateur, le héros, l'adjuvant, l'apposant, l'objet et le destinataire.

Le destinateur ou donateur : C'est tout personnage concret ou abstrait qui incite le sujet opérateur à aller vers l'objet de valeur.

Le destinataire ou bénéficiaire : c'est tout ceux à qui l'objet de quête procure une certaine jouissance

L'objet : C'est le bien recherché ou visé par le sujet, il dépend généralement des besoins des personnages.

Le héros ou sujet : il représente celui qui va à la quête, à la recherche ou à la conquête de l'objet de valeur. Dans certains cas il peut être en même temps le destinataire.

L'adjuvant : c'est tout personnage qui aide le sujet dans la quête de l'objet.

L'opposant : comme son nom l'indique désigne l'ensemble des personnages ou des concepts que le sujet rencontre comme obstacle dans sa quête de l'objet.

Les relations entre les différents actants peuvent se schématiser de la manière suivante.

Axe de communication

Destinateur

Objet

Destinataire

Axe de l'action

Adjuvant

Sujet

Opposant

Axe du désir

Nous constatons que les actants s'entrecroisent deux à deux. Dans l'axe de la communication ou du savoir, nous avons le destinateur et le destinataire qui font agir le sujet en le chargeant de la quête.

Dans l'axe de l'action ou du pouvoir, l'adjuvant aide le sujet dans sa quête de l'objet, tandis que l'opposant l'empêche de parvenir à son but.

Il faut noter d'une part que le schéma actanciel n'est applicable qu'aux récits qui comportent une quête, et d'autre part qu'un actant peut jouer plusieurs rôles actanciels. A titre d'exemple, un héros peut être à la fois sujet et destinataire. Inversement, plusieurs actants peuvent jouer un seul rôle actanciel.

* 28 Jean CAUVIN, Comprendre les contes, Paris, Editions Saint-Paul, 1980, P.8.

* 29 Greimas, cité par Françoise,TSOUNGUI dans Clé pour le conte africain et créole, Paris, Edicef, 1988, P 183.

précédent sommaire suivant